13/09/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DE LA SOIXANTE-QUATRIÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE


Le Président de la soixante-quatrième session de l’Assemblée générale, M. Ali Abdussalam Treki, a annoncé à la presse, cet après-midi, qu’un accord avait été obtenu sur un projet de document final du prochain Sommet sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui se tiendra au Siège des Nations Unies, à New York, du 20 au 22 septembre.


Le Président de l’Assemblée générale a précisé avoir « présidé les dernières négociations qui ont abouti à cet accord ».  Le projet de document final a été conclu dans un « très bon » esprit de coopération entre les pays donateurs et les pays bénéficiaires.


Les pays donateurs ont promis de respecter leurs engagements et de fournir « tous les efforts possibles » afin de permettre aux pays bénéficiaires de parvenir à la réalisation de leurs objectifs d’ici à 2015, a déclaré le Président de l’Assemblée générale. 


Le diplomate libyen s’est dit « honoré » de coprésider avec son successeur, M. Joseph Deiss, ancien Président de la Confédération suisse, le Sommet sur les OMD.


Lors de cette conférence de presse, M. Treki a dressé le bilan de la soixante-quatrième session de l’Assemblée générale, placée, a-t-il dit, « sous le signe du consensus ».  L’« engagement des dirigeants mondiaux » a permis de renforcer « le dialogue et la compréhension commune », s’est félicité le Président de l’Assemblée générale.  Il a, en particulier, mis l’accent sur l’action de la communauté internationale en faveur des sinistrés d’Haïti et des victimes des inondations au Pakistan.


M. Treki a également rappelé que cette session avait été marquée par un certain nombre de progrès significatifs dans des domaines aussi variés que le développement durable ou les OMD, en passant par les changements climatiques et les défis rencontrés par les petits États insulaires en développement, les questions relatives à la situation au Moyen-Orient et la création de l’entité « ONU-femmes », la nouvelle entité des Nations Unies pour l’égalité des sexes et l’autonomisation des femmes.


M. Treki a toutefois estimé que les efforts devaient se poursuivre afin de parvenir à la revitalisation des travaux de l’Assemblée générale et à la réforme du Conseil de sécurité.  « Il est aujourd’hui clair que la majorité des États Membres des Nations Unies veulent un changement immédiat », a-t-il dit, notant qu’il y a encore « de la place pour des améliorations ». 


Depuis sa création, l’Organisation a évolué et « si nous ne voulons pas que l’ONU reste à la périphérie des principaux défis, sa méthode de travail doit être améliorée », a-t-il ajouté.  Si la question est posée aux 192 États Membres, « il est certain que la majorité requise des deux tiers appuierait la réforme du Conseil de sécurité », mais une telle décision nécessite d’être appuyée par les cinq membres du Conseil de sécurité, « ceux qui disposent du veto », a souligné le Président de l’Assemblée générale.


Enfin, M. Treki a jugé qu’il était nécessaire de trouver une issue à la question relative à la Palestine.  « Les Nations Unies doivent jouer un rôle important » concernant cette question, a assuré le Président de l’Assemblée générale.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel