29/04/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU PRÉSIDENT DE LA CONFÉRENCE DES PARTIES CHARGÉES D’EXAMINER

LE TRAITÉ SUR LA NON-PROLIFÉRATION DES ARMES NUCLÉAIRES, PRÉVUE DU 3 AU 28 MAI


« La voie est libre et dégagée pour la tenue d’une conférence dont aucun des participants ne souhaite qu’elle connaisse des blocages ou ne se termine dans un cul-de-sac », a déclaré aujourd’hui le Président de la Conférence des Parties chargées d’examiner le Traité sur la non-prolifération des armes nucléaires en 2010, M. Libran N. Cabactulan, des Philippines.


Lors d’une conférence de presse tenue au Siège de l’ONU, à New York, le diplomate philippin a assuré que la présidence de la Conférence, dont les travaux débuteront lundi, le 3 mai, et qui durera quatre semaines, sera « neutre et transparente ». 


« Ce que je souhaite, et que j’ai dit aux Parties à l’occasion des nombreuses consultations que j’ai pu avoir avec leurs représentants, c’est que la Conférence permette de clarifier les positions de chacun et d’avancer sur trois axes principaux: la rédaction d’un plan de désarmement nucléaire, la création d’une zone exempte d’armes nucléaires au Moyen-Orient, et le renforcement du régime du Traité lui-même », a expliqué l’Ambassadeur philippin.


M. Cabactulan a également estimé que l’universalisation du Traité sur la non-prolifération (TNP), l’élaboration d’une convention internationale sur les armes nucléaires et la question de l’appui technique aux pays en développement désireux d’utiliser l’énergie atomique à des fins civiles, seraient des thèmes saillants de la Conférence. 


Sur tous ces points, « les Parties au TNP doivent être inventives, proposer de nouvelles directions pour, entre autres, convaincre les États qui n’ont pas encore rejoint le Traité de le faire rapidement », a encore noté le Président de la Conférence, qui a à cet égard cité Israël, le Pakistan et l’Inde. 


Concernant la situation au Moyen-Orient, M. Cabactulan a fait savoir que la présence du Président de la République islamique d’Iran, M. Mahmoud Ahmadinejad, n’avait toujours pas été confirmée. 


« Le Secrétaire général a dit ce qu’il fallait à ce sujet, à savoir que si le Président iranien devait participer à la Conférence, il est à souhaiter qu’il le fasse de manière constructive, en rassurant notamment la communauté internationale quant au bien-fondé du programme nucléaire de son pays.  Toutes les participations d’États Parties au Traité sont bonnes à prendre, puisque toutes peuvent contribuer à enrichir le débat d’idées », a-t-il commenté. 


M. Cabactulan a aussi considéré que la situation au Moyen-Orient posait « d’énormes problèmes », car « des déséquilibres existent qui font, par exemple, qu’il ne faut pas s’attendre à ce que des pays comme l’Égypte ou l’Iran signent bientôt de nouveaux protocoles additionnels de l’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA) ». 


Pour ce qui est d’une éventuelle convention internationale sur les armes nucléaires, l’Ambassadeur philippin a affirmé qu’elle serait à terme un moyen de réaffirmer la volonté politique des Parties au TNP de parvenir à l’objectif ultime d’élimination totale des arsenaux atomiques. 


Répondant aux questions des correspondants de presse, il n’a pas manqué de saluer la conclusion d’un nouvel accord américano-russe de désarmement nucléaire, en rappelant toutefois que « les puissances nucléaires parties au TNP sont de toute manière tenues, au titre de l’article VI du Traité, d’éliminer complètement et de manière irréversible leurs arsenaux ».  « Il s’agit là d’une étape, d’une avancée dans la bonne direction », a-t-il dit. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel