03/03/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU REPRÉSENTANT PERMANENT DE L’AFGHANISTAN, M. ZAHIR TANIN, PRÉSIDENT

DES NÉGOCIATIONS INTERGOUVERNEMENTALES SUR LA RÉFORME DU CONSEIL DE SÉCURITÉ


Le Représentant permanent de l’Afghanistan, M. Zahir Tanin, qui préside les négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité, a indiqué aujourd’hui, lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies à New York, qu’il avait demandé aux États Membres de lui fournir, avant le 5 mars, leurs propositions en vue d’établir un « texte de base » pour les discussions futures.


Lors de la soixante-troisième session de l’Assemblée générale, les États Membres ont entamé des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité, qui a fait l’objet de plus de 16 ans de consultations au sein du Groupe de travail à composition non limitée.


Nommé par le Président de l’Assemblée générale, M. Zahir Tanin a rappelé que ces négociations avaient commencé en février 2009.  « Nous avons parcouru un long chemin depuis », a-t-il déclaré, précisant qu’il s’est avéré nécessaire de tenir quatre séries de discussions.


Lors de ces quatre sessions, ont été examinées de « manière exhaustive » les propositions des États Membres sur les cinq questions clefs de la réforme du Conseil de sécurité –qui est composé de cinq membres permanents possédant le droit de veto et de 10 autres membres élus pour un mandat de deux ans–.  Ces questions clefs sont celles relatives aux catégories de membres, au droit de veto, à la représentativité régionale, à l’élargissement du Conseil, et enfin, à ses méthodes de travail, en particulier ses relations avec l’Assemblée générale.


« Au cours du quatrième round de pourparlers, les États Membres m’ont demandé de produire un texte, qui doit servir de base aux négociations futures », a affirmé M. Tanin, ajoutant: « Je leur ai demandé de soumettre leurs positions avant le 5 mars ».  Ensuite, a-t-il dit qu’il produirait « un texte de négociations basé sur toutes les propositions reçues lors du quatrième round ».


Ce processus, a poursuivi l’Ambassadeur afghan, sera « ouvert, transparent et inclusif ».  Il a en effet expliqué que le document « sera basé sur toutes les positions exprimées » et « sera ouvert à des amendements et à des commentaires, comme c’est toujours le cas dans des négociations des Nations Unies ».


Le Président des négociations intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité a indiqué qu’il avait observé jusqu’ici une « certaine flexibilité » parmi les États Membres.  « Le fait de produire un texte constitue une étape historique », a-t-il estimé.  « Mais c’est insuffisant, et c’est la raison pour laquelle nous n’avons pas, pour l’instant, de solution », a-t-il dit.  « Nous sommes encore loin d’un compromis. »


M. Tanin s’est toutefois déclaré « optimiste ».  « Nous avons l’opportunité de pouvoir faire avancer maintenant le processus », a-t-il souligné, notant que « dans toute négociation, le résultat n’émerge qu’à la fin ».


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel