08/02/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE LA REPRÉSENTANTE SPÉCIALE ADJOINTE DE LA MINUSTAH ET COORDONNATRICE HUMANITAIRE SUR LA SITUATION DANS LE PAYS, MME KIM BOLDUC


La Représentante spéciale adjointe pour la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH), Coordonnatrice résidente et Coordonnatrice de l’action humanitaire, Mme Kim Bolduc, a indiqué ce matin que, depuis le tremblement de terre survenu le 12 janvier dernier, près de 500 000 Haïtiens avaient quitté la capitale, Port-au-Prince, pour les régions rurales.


Lors d’une visioconférence organisée au Siège de l’ONU à New York, Mme Bolduc a expliqué que cet exode était une source de préoccupation majeure pour la communauté internationale.  « L’aide n’arrive pas dans ces zones où ont trouvé refuge les démunis de Port-au-Prince, et cette arrivée risque de représenter bientôt une pression supplémentaire pour les familles d’accueil, souvent très pauvres », a-t-elle précisé.


Mme Bolduc a ensuite mis l’accent sur la nécessité que les quelque 30 millions de dollars demandés par l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), au titre de l’Appel éclair des Nations Unies, soient financés dans les meilleurs délais. 


« À ce stade, seulement 30% de la somme ont été mobilisés, ce qui est nettement insuffisant pour que les Haïtiens puissent préparer la saison des semences qui doit débuter en mai, et sans laquelle aucune récolte ne sera possible.  Faute de récoltes, nous serons obligés de prolonger pour une période indéterminée les distributions à grande échelle de nourriture », a-t-elle prévenu.


Mme Bolduc a en outre indiqué que le Programme alimentaire mondial (PAM), « dont les convois et les distributions d’eau et de nourriture sont efficacement escortés par les troupes américaines et de la MINUSTAH », aidait actuellement 93% des 2 millions d’Haïtiens qu’il s’est engagé à assister pendant 6 mois.


« L’effort se concentre sur les populations les plus vulnérables, comme les orphelins ou les malades », a-t-elle ajouté.  Elle a également souligné que le Fonds des Nations Unies pour l’enfance (UNICEF) allait lancer, sous peu, un appel de fonds pour accélérer la construction de latrines et de toilettes publiques, car « la pénurie de services sanitaires risque de compliquer rapidement la situation en termes de santé ».


Mme Bolduc a par ailleurs signalé que, sur le million de personnes visées, 250 000 bénéficiaient pour l’heure d’un abri temporaire.  À l’approche de la saison des pluies, qui commencera en mai, elle a fait savoir que l’ONU, le Gouvernement haïtien et les États-Unis réfléchissaient aux moyens de mobiliser les ressources pour faciliter la construction de logements résistant aux ouragans.  « Pour cela, nous allons avoir besoin du port de la capitale pour réceptionner des équipements trop lourds pour être transportés par avion », a-t-elle dit.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel