04/02/2010
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE L’ADMINISTRATEUR ASSISTANT DU PNUD SUR LE PROGRAMME « ESPÈCES CONTRE TRAVAIL» EN HAÏTI


M. Jordan Ryan, Administrateur assistant du Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD) a annoncé aujourd’hui, lors d’une conférence de presse au Siège à New York, que 30 000 personnes participaient désormais au programme « Espèces contre travail» lancé par le PNUD en Haïti pour accélérer le développement du pays.


« Le programme « Espèces contre travail » est une des composantes clefs du relèvement rapide d’Haïti. Il est conçu pour donner un coup d’envoi à un plan de relèvement plus vaste qui doit être mis sur pied aussi vite que possible et aller de pair avec des programmes de formation professionnelle», a indiqué M. Ryan.


Il a expliqué qu’en échange d’une rémunération quotidienne de 180 gourdes haïtiennes, soit 4,47 dollars plus une aide alimentaire, les personnes inscrites au programme participaient au déblaiement des routes, au triage des débris et à la protection des sources d’eau.


Ce programme a été lancé dans différents quartiers de Port-au-Prince, notamment à Carrefour et Bel Air, ainsi que dans les agglomérations de Léogâne, Petit-Goâve et Grand-Goâve.  Le PNUD envisage également de recourir à l’imagerie satellite pour identifier les zones prioritaires, a-t-il ajouté.


« Nous cherchons à donner à la population un sentiment de fierté dans la reconstruction de leur pays et à lui permettre de bénéficier d’une formation professionnelle », a-t-il dit.


L’Administrateur assistant a précisé que chaque personne recrutée par le biais d’une ONG locale, est censée travailler quinze jours en moyenne. Il s’est félicité de ce que les femmes représentent 40% de cette main d’œuvre.


« Il est important de cibler les femmes en premier lieu car une fois qu’elles ont leur argent en poche, elles s’en servent pour aider leurs enfants et leurs proches.  Les femmes sont un élément clef pour « reconstruire en mieux », a notamment expliqué M. Ryan, qui a confirmé que les femmes étaient aussi aptes à faire des travaux physiques que les hommes.


S’agissant de l’Appel éclair de 35,6 millions de dollars pour financer ce programme, M. Ryan a indiqué que le PNUD disposait à présent de 10 millions de dollars, et que des promesses de contribution de 7 millions de dollars supplémentaires avaient été faites par d’autres pays dont le Japon et la République démocratique du Congo (RDC).


Il a salué le fait qu’un nombre important de pays africains avaient conscience que l’emploi était un impératif social.  « Le sentiment de solidarité des pays en développement est d’autant plus remarquable qu’ils sont eux-mêmes confrontés à de nombreux défis », a-t-il estimé.


Quant à l’absence d’un système de permis de bâtir en Haïti, M. Ryan a invoqué le programme « Reconstruire en mieux » promu par l’ancien Président américain et Envoyé spécial de l’ONU en Haïti, Bill Clinton.  « L’ONU tient absolument à s’assurer que la réponse apportée à ce désastre prenne en compte la nécessité de s’y préparer », a-t-il assuré.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel