18/05/2010
Conseil de sécurité
CS/9929

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6315e séance – matin


CONSEIL DE SÉCURITÉ: LE REPRÉSENTANT PERSONNEL DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SALUE

LA REPRISE DES POURPARLERS ENTRE ISRAÉLIENS ET PALESTINIENS


« La reprise des négociations exige des actions positives pour

renforcer la confiance à Gaza et en Cisjordanie », déclare Robert Serry


Le Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient et Représentant personnel du Secrétaire général, M. Robert Serry, a salué ce matin la reprise, avec la médiation des États-Unis, de pourparlers entre Israéliens et Palestiniens.


« Le Secrétaire général a appuyé activement la reprise de ces pourparlers, et le Quatuor s’est félicité de ce développement le 11 mai dernier », a souligné M. Serry, lors de la réunion mensuelle que consacre le Conseil de sécurité à la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne. 


M. Serry s’est félicité du courage politique dont ont fait preuve les dirigeants des deux parties pour permettre la reprise des pourparlers.  « Ce courage sera mis à l’épreuve à la table des négociations, dans ce format indirect, en vue de passer dès que possible à des pourparlers directs », a-t-il dit.


M. Serry a indiqué que les parties israélienne et palestinienne avaient pris des engagements spécifiques qui devront être respectés, « comme ceux pris au titre de la Feuille de route et en vertu du droit international ».  « Nous saluons la réaffirmation par le Président des États-Unis, M. Barack Obama, que les deux parties seront tenues responsables de toutes actions qui éventuellement seraient susceptibles de saper la confiance pendant les pourparlers », a-t-il ajouté.


Pour Robert Serry, les objectifs des efforts en cours sont clairs, « comme l’ont expliqué les membres du Quatuor le 19 mars dernier à Moscou, à savoir: la résolution des questions fondamentales, la fin de l’occupation commencée en 1967 et la réalisation de la solution à deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité ». 


Le Représentant personnel a ensuite affirmé que la reprise des négociations exige que des actions positives soient engagées sur le terrain pour renforcer la confiance à Gaza et en Cisjordanie, y compris Jérusalem-Est. 


« Nous soulignons l’ampleur des besoins insatisfaits à Gaza, où la population civile continue d’endurer les conséquences de près de trois ans de blocus ainsi que les lourdes répercussions de l’opération Plomb durci », a d’abord déclaré M. Serry.  S’il a exhorté Israël à lever sans délai la clôture de la bande de Gaza, il a néanmoins tenu à mettre en avant les récents efforts consentis par le Gouvernement israélien pour atténuer l’impact du blocus sur les civils. 


Il a notamment relevé que le projet de traitement de l’eau de Tel Sultan sera achevé à la fin du mois, et que la construction d’un lotissement de 1 501 maisons sera terminée dans les mois à venir.  « Entre le 11 avril et le 8 mai, 2 469 camions transportant du bois, de l’aluminium et du verre sont entrés dans Gaza, ce qui représente une modeste augmentation par rapport à la période précédente », a-t-il aussi indiqué.  Le Représentant personnel du Secrétaire général a mis l’accent sur la nécessité urgente de rétablir l’assainissement de l’eau pour en permettre la consommation normale par la population et favoriser la relance de la productivité agricole. 


Il a également insisté sur le fait que l’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), « qui en 2010 doit être davantage soutenu financièrement par les pays de la région », doit construire 100 écoles dans la zone, la population estudiantine dépassant de 15 000 élèves les capacités actuelles de l’Office. 


M. Serry a en outre souligné l’importance de rétablir des activités commerciales normales dans Gaza, où, selon lui, le blocus israélien incite au développement de la contrebande. 


Passant ensuite à la situation en Cisjordanie, Robert Serry a assuré que, pendant la période examinée, aucune démolition d’habitations palestiniennes n’avait eu lieu et qu’aucune nouvelle installation de colons à Jérusalem-Est n’avait été approuvée.  « J’exhorte Israël à mettre en œuvre ses obligations au titre de la Feuille de route et à respecter le droit international dans la Ville sainte », a-t-il lancé, soulignant l’importance que les parties fassent preuve de retenue dans leurs déclarations et dans les actes qu’elles posent, concernant Jérusalem. 


Abordant la question des violences, M. Serry a exhorté Israël à faire plus pour mettre fin aux débordements causés par les colons extrémistes, et il a demandé à l’Autorité palestinienne d’intensifier ses efforts de sécurité, conformément, là encore, à la Feuille de route.  Pour ce qui est de la situation financière de l’Autorité, il a déploré qu’à ce jour, seuls 380 millions de dollars sur le 1,24 milliard requis pour 2010, aient été fournis par les donateurs. 


« Je lance un appel pour qu’un appui accru soit accordé au budget de l’Autorité palestinienne, car la croissance du secteur privé est essentielle pour assurer un développement économique viable », a déclaré Robert Serry.  Il a demandé à cet effet aux États Membres de participer activement à la deuxième Conférence palestinienne sur l’investissement, qui se tiendra les 2 et 3 juin prochains, pour faciliter et mobiliser les ressources dont ont besoin les entreprises palestiniennes, y compris celles exerçant dans le secteur du tourisme. 


En ce qui concerne le Liban, M. Serry a constaté que si la situation est restée stable sur place, les allégations faisant état de transferts d’armes au Hezbollah, via la Syrie, ont créé des tensions entre Israël et les autorités libanaises.  « Les dirigeants libanais, les leaders du Hezbollah et les responsables syriens ont rejeté ces accusations, un nombre important de dirigeants arabes et européens s’étant de leur côté employés à dissiper les tensions », a expliqué le Représentant personnel. 


Il a abordé la question de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL), dont les activités ont pu être menées dans le calme, aucune violation de la Ligne bleue n’ayant été signalée au cours de la période examinée.  « Les violations de l’espace aérien libanais par l’aviation israélienne ont continué de manière quasi quotidienne », a-t-il cependant ensuite signalé, avant d’appeler à la reprise des négociations régionales.  Les engagements entre Israéliens et Syriens, et entre Israéliens et Libanais sont des pistes à poursuivre, et le cadre fourni par l’Initiative de paix arabe doit être pleinement intégré dans les efforts déployés pour la recherche d’une paix globale au Moyen-Orient, a dit Robert Serry, en rappelant que le Quatuor avait reconnu cette nécessité à Moscou.


Concluant son exposé, Robert Serry a reconnu que les efforts de paix israélo-arabe venaient d’entrer dans une nouvelle phase.  « La communauté internationale doit appuyer ces efforts tout en reconnaissant que le temps est compté et que les négociations sur les questions de fond ne pourront souffrir aucune stagnation », a-t-il prévenu, assurant que les Nations Unies continueront de jouer pleinement leur rôle dans ces efforts, conformément aux résolutions du Conseil de sécurité.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel