12/11/2010
Assemblée générale
AG/EF/3297

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LA DEUXIÈME COMMISSION RECOMMANDE À L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DE PROMOUVOIR L’ÉCOTOURISME COMME VECTEUR DE DÉVELOPPEMENT


La Commission était saisie de 17 autres projets

de texte, qui seront ultérieurement soumis à son adoption


La Commission économique et financière (Deuxième Commission) a recommandé ce matin à l’Assemblée générale de souligner la nécessité de porter à leur maximum les avantages économiques, sociaux et environnementaux découlant de l’écotourisme, notamment en Afrique, dans les pays les moins avancés (PMA) et dans les petits États insulaires en développement (PEID).


En adoptant par consensus un projet de résolution qui lui était soumis sur la question, la Deuxième Commission recommanderait à l’Assemblée générale d’inviter en outre les États Membres à promouvoir l’investissement en faveur de l’écotourisme, notamment en créant des petites et moyennes entreprises et en facilitant l’accès au financement dans les régions présentant un fort potentiel écotouristique.


Par une autre résolution, elle aussi adoptée par consensus par les délégations de la Deuxième Commission, l’Assemblée, si elle venait à suivre les recommandations de la Commission, reconnaîtrait qu’il importe de renforcer les stratégies relatives aux activités opérationnelles de développement pour mieux contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) d’ici à 2015, en particulier dans les pays les moins avancés et les autres pays en développement.


La Deuxième Commission a également adopté par consensus un autre projet de résolution, par lequel elle recommande à l’Assemblée générale de renommer le Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population, qui serait désormais appelé « Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets ».


Les États Membres ont également été saisis de 17 projets de résolution, sur lesquels la Deuxième Commission se prononcera ultérieurement.  Le représentant du Yémen, qui s’exprimait au nom du Groupe des 77 et de la Chine, en a présenté sept, dont l’un, qui recommande à l’Assemblée générale de réaffirmer que l’identification et la mobilisation de sources supplémentaires de financement du développement occupe une place centrale dans la promotion du partenariat mondial pour le développement.


Un autre projet de résolution adopté par la Commission recommanderait à l’Assemblée d’engager les États Membres « à s’armer d’ambition, d’optimisme et de détermination » pour faire en sorte que la seizième session de la Conférence des Parties à la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques, qui se tiendra à Cancún, au Mexique, du 29 novembre au 10 décembre prochains, aboutisse à des résultats concrets et ambitieux.


Aux termes d’un autre texte, également présenté par le représentant du Yémen, la Deuxième Commission recommanderait à l’Assemblée générale de proclamer la période 2011-2020: « Décennie des Nations Unies pour la diversité biologique » en vue de contribuer à la mise en œuvre du plan stratégique pour la diversité biologique au cours de cette période.


S’il venait à être adopté, un autre texte, présenté par le représentant du Yémen, recommanderait à l’Assemblée générale d’engager la communauté internationale à investir systématiquement dans la réduction des risques de catastrophes en vue d’atteindre les objectifs de la Stratégie internationale de prévention des catastrophes.  Aux termes d’un autre projet de résolution dont elle a été saisie, la Deuxième Commission demande à l’Assemblée générale de plaider en faveur d’une coopération internationale pour l’atténuation des effets du phénomène El Niño.


Six autres projets de résolution ont été présentés par le représentant du Yémen, au nom du Groupe des 77 et de la Chine: ils étaient intitulés « Vers le développement durable de la mer des Caraïbes pour les générations présentes »; « Suivi et application de la Stratégie de Maurice pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement »; « Application des décisions prises par la Conférence des Nations Unies sur les établissements humains (Habitat II) »; « Renforcement du Programme des Nations Unies pour les établissements humains (ONU-Habitat) »; « Migrations internationales et développement »; « Deuxième Décennie des Nations Unies pour l’élimination de la pauvreté (2008-2017) », et « Développement agricole et sécurité alimentaire ».


Le représentant de la Lituanie a présenté le projet de résolution relatif aux « Mesures de coopération pour évaluer et faire mieux connaître les effets sur l’environnement des déchets provenant de munitions chimiques immergées en mer ».  Ses homologues du Honduras et du Panama ont présenté des projets de texte relatifs au « Code mondial d’éthique du tourisme » et à la « Suite donnée à l’Année internationale de l’assainissement 2008 ».


La délégation du Tadjikistan a présenté, quant à elle, le projet de résolution aux termes duquel la Commission recommanderait à l’Assemblée de décider de proclamer l’année 2012 « Année internationale de la diplomatie de l’eau », tandis que celle de la Bolivie a présenté le texte intitulé « Harmonie avec la Nature ».  Enfin, le représentant de l’Égypte a présenté un projet de résolution intitulé « Souveraineté permanente du peuple palestinien dans le territoire palestinien occupé, y compris Jérusalem-Est, et de la population arabe dans le Golan syrien occupé sur leurs ressources naturelles ».


Par ailleurs, M. Even Fontaine Ortiz, membre du Corps commun d’inspection (CCI), a présenté un rapport portant sur lesobstacles à la réalisation de la cohérence et de l’intégration au sein du système des Nations Unies, de faire des recommandations pour surmonter ces obstacles, et de proposer un modèle souple de cohérence et d’intégration qui puisse être adapté aux besoins et aux souhaits de tous les pays où le système des Nations Unies travaille, pays qui sont en voie de développement ou en situation d’après-conflit.


M. Kenneth Herman, Conseiller pour la coordination des politiques de gestion de l’information du CCS, a quant à lui présenté les observations du Secrétaire général dans le rapport y afférent, ainsi que celles du Conseil des chefs de secrétariat des organismes des Nations Unies pour la coordination, qui ont noté que le rapport renfermait des observations précieuses sur la cohérence et l’intégration, qui sont « deux objectifs dont la réalisation se poursuit séparément quoiqu’en parallèle ».


La prochaine séance plénière de la Deuxième Commission sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


Les documents soumis à la Commission sont publiés sous les cotes suivantes: A/C.2/65/L.10; A/C.2/65/L.14; A/C.2/65/L.19; A/C.2/65/L.37; A/C.2/65/L.33; A/C.2/65/L.39; A/C.2/65/L.36; A/C.2/65/L.23; A/C.2/65/L.38; A/C.2/65/L.29; A/C.2/65/L.27; A/C.2/65/L.34; A/C.2/65/L.26; A/C.2/65/L.40; A/C.2/65/L.32; A/C.2/65/L.35; A/C.2/65/L.24; A/C.2/65/L.30; A/C.2/65/L.25; A/C.2/65/L.31; JIU/REP/2009/9; A/65/394 et A/65/394/Add.1


DÉCISIONS SUR LES PROJETS DE RÉSOLUTION


En adoptant par consensus la résolution intitulée « Promotion de l’écotourisme aux fins de l’élimination de la pauvreté et de la protection de l’environnement » (A/C.2/65/L.10), l’Assemblée générale soulignerait qu’il faut porter à leur maximum les avantages économiques, sociaux et environnementaux découlant des activités d’écotourisme dans tous les pays, notamment en Afrique, dans les pays les moins avancés et dans les petits États insulaires en développement.


En adoptant ce projet de résolution, l’Assemblée soulignerait qu’il importe de mettre en place, au niveau national, et conformément aux priorités nationales, des principes directeurs et des règlements judicieux pour promouvoir et soutenir l’écotourisme et pour réduire toute incidence négative qu’il pourrait avoir.  Elle inviterait en outre les États Membres à promouvoir l’investissement en faveur de l’écotourisme, notamment en créant des petites et moyennes entreprises et en facilitant l’accès au financement dans les régions présentant un fort potentiel écotouristique.


L’Assemblée insisterait aussi sur le fait qu’il faut prendre en considération, respecter et promouvoir tous les aspects des cultures, traditions et connaissances autochtones dans l’élaboration des politiques d’écotourisme et soulignerait combien il importe de promouvoir la pleine participation des populations locales et autochtones à la prise des décisions qui les touchent.


Le projet de résolution intitulée « Activités opérationnelles de développement du système des Nations Unies » (A/C.2/65/L.14) a été adopté par consensus.  Si l’Assemblée générale suivait les recommandations de la Deuxième Commission, elle reconnaîtrait qu’il importe de renforcer les stratégies relatives à ce types d’activités pour mieux contribuer à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement d’ici à 2015, en particulier dans les pays les moins avancés et les autres pays en développement.


L’Assemblée rappellerait en outre qu’elle a décidé que le prochain examen complet des activités opérationnelles de développement du système des Nations Unies aurait lieu en 2012, et que les examens suivants auraient lieu tous les quatre ans.


En adoptant par consensus la résolution « Renommer le Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population de façon à inclure le Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets » (A/C.2/65/L.19), que lui a recommandé aujourd’hui la Deuxième Commission, l’Assemblée générale déciderait que le nom du Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement et du Fonds des Nations Unies pour la population sera changé en « Conseil d’administration du Programme des Nations Unies pour le développement, du Fonds des Nations Unies pour la population et du Bureau des Nations Unies pour les services d’appui aux projets ».


*  ***  *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel