13/09/2010
Assemblée générale
AG/10982

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-quatrième session

121e séance plénière – après-midi


L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE RENVOIE POUR EXAMEN AU SOMMET SUR LES OBJECTIFS DU MILLÉNAIRE POUR LE DÉVELOPPEMENT SON PROJET DE DOCUMENT FINAL


Elle reporte la date de clôture de sa

soixante-quatrième session au mardi 14 septembre


L’Assemblée générale a décidé1cet après-midi de renvoyer pour examen à la Réunion plénière de haut niveau sur les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD), qui se tiendra du 20 au 22 septembre 2010, le projet de document final de cette Réunion. 


L’Assemblée générale a en outre fixé aux 24 et 25 septembre 2010 la date de la Réunion de haut niveau chargée d’examiner les progrès de l’application de la Stratégie de Maurice, et a défini les modalités de la Réunion de haut niveau à titre de contribution à l’Année internationale de la biodiversité, qui se tiendra le 22 septembre prochain.


Du fait de consultations en cours sur un projet de résolution2 présenté par les 27 États membres de l’Union européenne et relatif à la participation de l’Union européenne aux travaux de l’Organisation des Nations Unies, l’Assemblée générale a décidé de reporter la date de clôture de sa soixante-quatrième session à mardi 14 septembre.


L’Assemblée générale a adopté, sans vote, le projet de résolution déposé par son Président, par lequel elle décide de renvoyer pour examen à la Réunion plénière de haut niveau sur les Objectifs du Millénaire pour le développement le projet de document final intitulé « Tenir les promesses: unis pour atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement ».  L’Assemblée générale a également décidé de continuer à consacrer un point spécifique de son ordre du jour au suivi du Sommet de 2005.


Après l’adoption de la résolution, le représentant du Yémen a indiqué que le Groupe des 77 et la Chine, au nom duquel il s’exprimait, avait décidé de se rallier au consensus en dépit des réserves émises par certains États membres du Groupe au sujet du texte. 


Son homologue du Venezuela a regretté que le texte salue les performances des institutions de Bretton Woods, « alors qu’elles ont lamentablement échoué et sont les premières responsables de la crise actuelle, en particulier dans les pays en développement ».  En outre, a-t-il dit, la résolution ne mentionne pas l’importance d’instruments comme les droits de tirage spéciaux (DTS) et n’insiste pas assez sur l’importance de l’aide publique au développement (APD), qui est loin d’être réalisée. 


La délégation de la Colombie a précisé, comme son collègue vénézuélien, qu’il n’existait pas encore de consensus autour de la « notion de sécurité humaine », pourtant évoquée dans la résolution.  Celle de Cuba, enfin, a estimé que plusieurs de ses dispositions ne satisfaisaient pas les pays en développement et qu’elle péchait par « manque d’analyse critique ».  Elle a souhaité que le document final du Sommet des OMD ne tombât pas dans cet écueil.


Quant au représentant de la République islamique d’Iran, il a affirmé que les pays développés avaient essayé injustement de dénaturer le contenu de cette résolution en mettant l’accent sur certaines questions, au détriment d’autres.


L’Assemblée générale a par ailleurs fixé3 les modalités de la Réunion de haut niveau à titre de contribution à l’Année internationale de la biodiversité, qui se tiendra le 22 septembre prochain, en décidant qu’à la séance plénière d’ouverture, les orateurs seront le Président de l’Assemblée générale, le Secrétaire général de l’ONU, ainsi que les représentants du Groupe des 77 et de la Chine, de l’Union européenne, de l’Allemagne, du Brésil et du Japon.


L’Assemblée générale a également décidé4 que la Réunion de haut niveau chargée d’examiner les progrès de l’application de la Stratégie de Maurice pour la poursuite de la mise en œuvre du Programme d’action pour le développement durable des petits États insulaires en développement se tiendrait le 24 et le 25 septembre 2010.  Elle présentera5à cette occasion pour examen un projet de document final.


Au titre du suivi et de la mise en œuvre des textes issus de la Conférence internationale de 2002 sur le financement du développement et de la Conférence d’examen de 2008, l’Assemblée générale a pris note du rapport d’activité du Groupe de travail spécial à composition non limitée de l’Assemblée générale chargé d’assurer le suivi des questions figurant dans le Document final de la Conférence sur la crise financière et économique mondiale et son incidence sur le développement6.


L’Assemblée générale a par ailleurs reporté à sa soixante-cinquième session l’examen d’un certain nombre de points de son ordre du jour: prévention des conflits armés, suite donnée aux recommandations de la Commission d’enquête indépendante sur la gestion administrative et le contrôle interne du programme « pétrole contre nourriture » de l’Organisation des Nations Unies, financement de la Mission des Nations Unies au Timor oriental.


L’Assemblée générale a décidé de maintenir à l’ordre du jour de sa soixante-cinquième session les points relatifs à la question de Chypre; à l’agression armée contre la République démocratique du Congo; à la question des îles Falkland (Malvinas); à la situation de la démocratie et des droits de l’homme en Haïti; à l’agression armée israélienne contre les installations nucléaires iraquiennes et ses graves conséquences pour le système international établi en ce qui concerne les utilisations pacifiques de l’énergie nucléaire, la non-prolifération des armes nucléaires et la paix et la sécurité internationales; et aux conséquences de l’occupation du Koweït par l’Iraq et de l’agression iraquienne contre le Koweït.


Les États Membres se sont également prononcés sur un éventail d’autres sujets.  L’Assemblée générale a ainsi adopté le rapport7 du Groupe de travail spécial sur la revitalisation de l’Assemblée générale et a décidé de continuer, lors de sa prochaine session, en séances plénières officieuses, les négociations

intergouvernementales sur la réforme du Conseil de sécurité en s’inspirant des progrès réalisées lors de la présente session, ainsi que de convoquer le Groupe de travail à composition non limitée sur la question de la représentation équitable au Conseil de sécurité et de l’augmentation du nombre de ses membres.


L’Assemblée générale se réunira demain, mardi 14 septembre, à 10 heures, pour clôturer les travaux de sa soixante-quatrième session.


1    A/64/L.72

2  A/64/L.67

3    A/64/L.70

4    A/64/L.71

5    A/64/L.68

6    A/64/884

7    A/64/903


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel