13/05/2010
Assemblée générale
AG/10939

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante-quatrième session

86e séance plénière - matin


L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE ÉLIT QUATORZE MEMBRES DU CONSEIL DES DROITS DE L’HOMME


Elle décide également de convoquer, en septembre 2011, une réunion de haut

niveau sur la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles


L’Assemblée générale a élu aujourd’hui 14 des 47 membres du Conseil des droits de l’homme.  L’Angola, l’Équateur, l’Espagne, le Guatemala, la Jamahiriya arabe libyenne, la Malaisie, les Maldives, la Mauritanie, l’Ouganda, la Pologne, le Qatar, la République de Moldova, la Suisse et la Thaïlande siègeront pour un mandat de trois ans, prenant effet le 19 juin 2010, dans cet organe intergouvernemental chargé de renforcer la promotion et la protection des droits de l’homme à travers le monde.


Ces 14 pays remplacent les États Membres suivants, dont le mandat s’achève le 18 juin 2010: Afrique du Sud, Angola, Bolivie, Bosnie-Herzégovine, Égypte, Inde, Indonésie, Italie, Madagascar, Nicaragua, Pays-Bas, Philippines, Qatar et Slovénie.  Parmi eux, seuls l’Afrique du Sud, l’Inde, l’Indonésie, les Pays-Bas et les Philippines, qui ont effectué deux mandats consécutifs, n’étaient pas rééligibles.  Ils devront attendre au moins un an avant de pouvoir se représenter.


Le Conseil, qui est renouvelable par tiers tous les ans, a été créé par l’Assemblée générale de l’ONU, le 15 mars 2006, avec le but principal d’examiner des situations de violations des droits de l’homme et de formuler des recommandations à leur encontre.


En outre, l’Assemblée générale a décidé* de convoquer, en septembre 2011, une réunion de haut niveau « sur la prévention et la lutte contre les maladies non transmissibles, avec la participation de chefs d’État et de gouvernement ».  L’Assemblée tiendra des consultations sur « la portée, les modalités, la forme et l’organisation » de cette réunion de haut niveau, « celles-ci devant être menées à terme de préférence avant la fin de 2010 ».


Elle a invité les États Membres à « examiner, pendant les travaux de la séance plénière de haut niveau de la soixante-cinquième session de l’Assemblée générale consacrée à l’examen des Objectifs du Millénaire pour le développement, qui se tiendra en septembre 2010, l’incidence croissante et l’impact économique et social du taux élevé de prévalence des maladies non transmissibles dans le monde ».


La représentante de Trinité-et-Tobago qui, au nom de la Communauté des Caraïbes (CARICOM), présentait le projet de résolution, a estimé que son adoption constituait un « tournant historique dans la lutte mondiale visant à prévenir et contrôler les maladies non transmissibles et leur impact ».  « La bataille contre les maladies non transmissibles n’a pas obtenu le niveau d’attention, de coordination et de financement suffisant pour refléter leur taux de mortalité stupéfiant et leur impact économique et social », a-t-elle expliqué.


S’exprimant au nom de l’Union européenne, son homologue de l’Espagne a mis l’accent sur la nécessité pour l’Organisation mondiale de la santé (OMS) et les États Membres de fournir davantage d’efforts pour « réduire le fardeau des maladies non transmissibles et des morts prématurées ».  Le délégué des États-Unis a estimé que l’accès aux médicaments était « essentiel pour réaliser les droits de tous, profiter du meilleur état de santé physique et mentale possible ».  « Cette résolution renforce ce droit », a-t-il dit.


Par ailleurs, sur recommandation de sa Cinquième Commission, chargée des questions administratives et budgétaires, l’Assemblée a autorisé** des dépenses supplémentaires d’un maximum de 120 641 800 dollars pour assurer le fonctionnement de la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) pendant l’exercice allant du 1er juillet 2009 au 30 juin 2010. 


Les dépenses supplémentaires qui seront engagées viennent s’ajouter au budget déjà approuvé pour cet exercice et sont destinées à permettre à la Mission de faire face aux conséquences du séisme du 12 janvier dernier.  Cette résolution fait suite à celle que le Conseil de sécurité avait adoptée le 19 janvier 2010***, par laquelle il avait augmenté l’effectif global de la force de la MINUSTAH « aux fins de l’appui aux efforts immédiats de relèvement, de reconstruction et de stabilisation ».


En début de séance, les membres du Conseil de sécurité avaient observé une minute de silence à la mémoire du Président du Nigéria, Alhaji Umaru Yar’Adua, décédé le 5 mai dernier.


Le Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, le Président de l’Assemblée générale, M. Ali Abdussalam Treki, ainsi que les représentants du Cameroun, au nom des États d’Afrique, du Bangladesh, au nom des États d’Asie, de la Hongrie, au nom des États d’Europe orientale, du Pérou, au nom des États d’Amérique latine et des Caraïbes, de l’Australie, au nom des États d’Europe de l’Ouest et autres États, et des États-Unis, en tant que pays hôte, ont présenté leurs condoléances à la famille du défunt, au Gouvernement et au peuple du Nigéria.


Le Secrétaire général a déclaré avoir été « très attristé » à l’annonce du décès du Président nigérian.  Alhaji Umaru Yar’Adua a « laissé une empreinte importante pour son pays », a-t-il affirmé, saluant « sa contribution indéfectible à la gouvernance démocratique, à la revitalisation économique et, en particulier, à ses efforts déterminés pour ramener la paix dans le delta du Niger ».  M. Ban s’est dit également reconnaissant pour son « engagement en faveur des objectifs et des principes des Nations Unies ».


Pour M. Treki, le Président Alhaji Umaru Yar’Adua était un « homme de paix ».  « Nous nous souviendrons de ses efforts pour parvenir au progrès et assurer la paix pour son peuple et de sa contribution à la stabilité sur le continent africain », a-t-il souligné.


La représentante du Nigéria a remercié les États Membres pour l’hommage qu’ils viennent de rendre à un homme « très dévoué pour son peuple », et qui « partageait la vision des Nations Unies ».


Le Secrétaire général, le Président de l’Assemblée générale et les représentants qui ont pris la parole ce matin ont également présenté leurs condoléances aux proches des victimes de l’accident d’avion, survenu hier en Libye.  Le délégué de la Jamahiriya arabe libyenne a exprimé sa gratitude et indiqué qu’il transmettrait ces condoléances à son gouvernement.


Détail des votes concernant les élections au Conseil des droits de l’homme


Pour les quatre sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d’Afrique, l’Angola (170 voix), la Mauritanie (167 voix), l’Ouganda (164 voix) et la Jamahiriya arabe libyenne (155 voix) ont été élus.  Le nombre des bulletins valides était de 188.


Pour les quatre sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d’Asie, les Maldives (185 voix), la Thaïlande (182 voix), la Malaisie (179 voix) et le Qatar (177 voix) ont été élus.  Le nombre des bulletins valides était de 188.


Pour les deux sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d’Europe orientale, la République de Moldova (175 voix) et la Pologne (171 voix) ont été élues.  Le nombre des bulletins valides était de 188.


Pour les deux sièges à pourvoir au sein du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes, l’Équateur (180 voix) et le Guatemala (180 voix) ont été élus.  Le Pérou a recueilli une voix.  Le nombre des bulletins valides était de 188.


Pour les deux sièges à pourvoir au sein du Groupe d’Europe de l’Ouest et autres États, l’Espagne (177 voix) et la Suisse (175 voix) ont été élues.  Le nombre des bulletins valides était de 188.


Composition du Conseil des droits de l’homme à compter du 19 juin 2010


Angola, Arabie saoudite, Argentine, Bahreïn, Bangladesh, Belgique, Brésil, Burkina Faso, Cameroun, Chili, Chine, Cuba, Djibouti, Équateur, Espagne, États-Unis, Fédération de Russie, France, Gabon, Ghana, Guatemala, Hongrie, Jamahiriya arabe libyenne, Japon, Jordanie, Kirghizistan, Malaisie, Maldives, Maurice, Mauritanie, Mexique, Nigéria, Norvège, Ouganda, Pakistan, Pologne, Qatar, République de Corée, République de Moldova, Royaume-Uni, Sénégal, Slovaquie, Suisse, Thaïlande, Ukraine, Uruguay et Zambie.


*     A/64/L.52

**    A/64/774

***   S/RES/1908(2010)


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel