3/12/2009
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE À L’OCCASION DE LA NOMINATION DE STEVIE WONDER COMME MESSAGER DE LA PAIX DE l’ONU


« C’est réellement un honneur, au-delà de tout ce que je pouvais imaginer réaliser dans ma vie », a déclaré Stevie Wonder, nommé aujourd’hui Messager de la paix de l’ONU, lors d’une conférence de presse au Siège de l’Organisation, en présence du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, et de la Représentante permanente des États-Unis, Susan Rice, à l’occasion de la Journée internationale des personnes handicapées.


Cette nomination est un honneur mais aussi un nouveau défi, comme écrire une chanson, a confié l’auteur-compositeur-interprète américain.  Lorsque j’écris une nouvelle chanson, elle doit être numéro un, et je ferai de cet honneur un numéro un également, a-t-il dit, indiquant qu’il porterait particulièrement l’accent sur les personnes handicapées qui rassemblent 10% de la population mondiale, soit près de 700 millions de personnes.


Stevie Wonder a expliqué qu’il souhaitait principalement encourager les États à subventionner de nouvelles technologies qui permettent aux personnes handicapées de mieux communiquer avec les autres.  L’idée, c’est de montrer que ces technologies existent et qu’il est possible d’en développer l’usage et de les rendre plus accessibles et à meilleur marché, a-t-il insisté.


Nous ne pouvons pas nous contenter d’en parler, il faut le réaliser et j’irai là où il faut pour le faire, a promis le musicien.  Je ne peux pas croire que 10% de la population ne sont d’aucune importance pour les 90% autres, a-t-il déclaré, estimant insensé qu’en 2010, l’humanité ne soit pas parvenue à rendre le monde accessible à tous.  Je ne dis pas ça parce que je suis moi-même aveugle, mais parce que j’espère que les 90% de la population qui vivent sans handicap ne le seront pas, a-t-il dit.


Chaque individu et chaque dirigeant dans le monde doivent s’engager à rendre ce monde plus accessible à tous, a-t-il insisté.  Interrogé sur les difficultés de convaincre l’opinion publique américaine de la légitimité des Nations Unies, il a estimé que ceux qui s’engagent pour la paix et pour faire une différence devaient être respectés « comme le plus puissant des rois ».


Nous le connaissons tous en tant que génie de la musique mais il est également un acteur humanitaire acharné qui a lutté contre l’Apartheid en Afrique du Sud, s’est engagé pour les enfants dans le monde et pour les personnes handicapées, a souligné de son côté Ban Ki-moon, présentant le nouveau Messager de la paix aux journalistes.  À travers ses chansons, Stevie Wonder nous rappelle de ne jamais renoncer à nos espoirs, il nous montre également que ce n’est pas parce qu’un individu n’a pas l’usage de ses yeux qu’il n’a pas de vision, a renchéri Susan Rice.


Mme Rice a rappelé que Stevie Wonder n’était que la onzième personnalité à être nommée Messager de la paix et a salué son travail pour les personnes handicapées, notamment au sein du Comité présidentiel des États-Unis pour le travail des personnes handicapées.  Les États-Unis ont récemment signé la Convention relative aux droits des personnes handicapées, la première Convention des droits de l’homme du XXIe siècle, mais ce n’est qu’une première étape et nous avons de la chance d’avoir Stevie Wonder à nos côtés pour aller plus loin, a-t-elle dit.


Susan Rice a rappelé que, partout dans le monde, les personnes handicapées étaient davantage touchées par le chômage et la pauvreté, et que les enfants handicapés étaient également plus souvent déscolarisés, particulièrement dans les pays en développement.  Cette discrimination n’est pas seulement injuste, elle est également un frein au développement et corrode la société, a-t-elle dit.


Elle a également souligné qu’une attention particulière devait être portée aux personnes handicapées au niveau international et dans le cadre de plans nationaux pour espérer atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD).


Ban Ki-moon a en outre souhaité l’appui de Stevie Wonder à quelques jours du Sommet de Copenhague sur les changements climatiques.  Sa chanson « Signed, sealed, delivered » (Signé, scellé, livré) serait parfaite pour ce Sommet, a plaisanté le Secrétaire général.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel