25/06/2009
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE LA COMMISSION D’EXPERTS DU PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE SUR LA RÉFORME DU SYSTÈME MONÉTAIRE ET FINANCIER INTERNATIONAL


Le Président de la Commission d’experts du Président de l’Assemblée générale sur la réforme du système monétaire et financier international, M. Joseph Stiglitz, a estimé cet après-midi que le travail de la Commission et celui de la Conférence sur la crise financière et économique mondiale et son incidence sur le développement étaient « complémentaires des autres efforts en cours, comme ceux du G-20, pour tenter de résoudre cette crise ».


« Les discussions ont démontré les raisons pour lesquelles il était nécessaire d’aller au-delà du G-20, et d’avoir un processus plus représentatif et plus inclusif », a expliqué M. Stiglitz, lors d’une conférence de presse au Siège des Nations Unies, à New York. 


Le lauréat du prix Nobel d’économie de 2001 était accompagné, lors de cette conférence de presse, de trois autres membres de la Commission, MM. Andrei Bougrov, Directeur exécutif et membre du Conseil d’administration de la Banque internationale pour la reconstruction et le développement, Yaga Venugopal Reddy, ancien Gouverneur de la Banque de réserve de l’Inde, et Yu Yongding, ancien membre du Comité de la politique monétaire de la Banque populaire de Chine.


La Conférence sur la crise financière et économique mondiale « reflète le fait que les pays en développement ont été durement touchés par la crise » et qu’ils sont des « victimes innocentes ».  La crise a également frappé, a-t-il dit, « certains des pays en développement qui suivent de bonnes politiques macroéconomiques ».


« Nous avons toujours su que l’on ne pouvait pas résoudre en trois jours des problèmes aussi complexes que ceux de cette crise », a affirmé M. Stiglitz.  « Ce que l’on peut espérer avec une réunion comme celle-ci, c’est un consensus et une compréhension partagée de certains des facteurs qui ont contribué à cette crise, de certaines des choses qui doivent être réglées et de la manière de les régler », a-t-il ajouté.  « C’est peut-être un moment d’espoir. »


Établie par le Président de l’Assemblée générale des Nations Unies, la Commission d’experts a pour mandat de réfléchir aux causes de la crise, d’évaluer ses incidences sur tous les pays et de proposer des mesures adéquates pour éviter une nouvelle crise et rétablir la stabilité économique mondiale.


La Commission a ainsi présenté une gamme de propositions visant à réformer le système monétaire et financier international, dans l’intérêt de l’ensemble de la communauté internationale, en précisant et en évaluant les mérites et les limites des différentes solutions qui sont mises en avant dans le débat actuel.


Les recommandations de la Commission ont fait l’objet d’un rapport* qui a été examiné au cours des travaux préparatoires de la Conférence sur la crise financière mondiale et son incidence sur le développement.


*     A/63/838


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel