04/05/2009
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DU COORDONNATEUR PRINCIPAL DU SYSTÈME DE L’ONU POUR LA GRIPPE SUR L’ÉTAT DE PRÉPARATION AU VIRUS GRIPPAL A(H1N1 )


Le Coordonnateur principal du système des Nations Unies pour la grippe a, au cours d’une conférence de presse donnée au Siège de l’ONU, à New York, placé l’état de préparation du système des Nations Unies aux pandémies de la grippe dans le contexte du virus grippal A(H1N1).


Le travail fait depuis 2005 sur la grippe aviaire se révèle très utile dans la préparation à une éventuelle pandémie de la grippe A(H1N1), a affirmé David Nabarro.  Ce que nous avons fait, a-t-il indiqué, c’est de mettre en place des comités composés de représentants des divers organes des Nations Unies qui se sont engagés entre autres, avec la Fédération internationaledes sociétés de la Croix-Rouge et du Croissant-Rouge (FISCR), des acteurs du monde économique et des organisations non gouvernementales (ONG).


Au niveau du système des Nations Unies, y compris la Banque mondiale et le Fonds monétaire international (FMI),  nous avons, a ajouté le Coordonnateur principal, eu accès aux organes de régulation financière, aux organisations touristiques, aux voyagistes, aux autorités aéroportuaires et aux organisations concernées par les questions alimentaires, agricoles et humanitaires.


Ce travail a permis l’élaboration de plans de préparation à la pandémie dans tous les pans du système des Nations Unies, y compris les opérations et missions de maintien de la paix et les agences et les fonds.  Ces plans sont régulièrement réexaminés par le Comité permanent présidé par la Vice-Secrétaire générale.  


« Je ne sais pas comment la grippe A(H1N1) va évoluer mais il se pourrait que l’on soit confronté à une grave pandémie », a prévenu le Coordonnateur principal pour souligner l’importance de mettre en place des plans de préparation.


En prévision de sa visite à Genève, dans deux semaines, le Secrétaire général a convié les États, les pays donateurs et le secteur privé à une réunion qui s’inscrit dans les efforts visant une œuvre efficace de la stratégie de préparation.


David Nabarro a souligné l’importance qu’il y a à diffuser des informations fiables sur la grippe A(H1N1).  Pour être sûr que le message est bien reçu, l’ONU utilise au maximum ses capacités d’information, en usant de tous les moyens de communication existants, « quitte à être parfois ennuyeux ».  


S’agissant du personnel même de l’ONU, le Coordonnateur principal s’est refusé à notifier et à quantifier les éventuels cas d’infections. « Faire ce type d’annonces ne rentre pas dans mes prérogatives » a-t-il précisé, avant d’ajouter que l’Organisation n’avait pas, pour l’instant, interdit à son personnel de voyager.


À ce jour, a-t-il poursuivi, aucun plan ne prévoit la fermeture du Siège de l’ONU à New York.  Mais, en cas de pandémie (H1N1), il est prévu de réduire considérablement le nombre de fonctionnaires qui y travaillent », a-t-il souligné.  


Selon l’Organisation mondiale de la santé (OMS), 20 pays ont notifié à ce jour 985 cas d’infection.  Le Mexique en a notifié 590, dont 25 morts et les États-Unis, 226 dont un décès.  L’OMS ne prévoit pas de relever le niveau d’alerte à 6 et ne recommande pas non plus de restrictions concernant les voyages ordinaires ni la fermeture des frontières.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel