15/05/2009
Conseil de sécurité
CS/9661

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

6125e séance – après-midi


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ RÉAFFIRME SON APPUI AU GOUVERNEMENT FÉDÉRAL DE TRANSITION DE LA SOMALIE ET CONDAMNE LA RÉCENTE REPRISE DES COMBATS


Le Conseil de sécurité a réaffirmé aujourd’hui son appui au Gouvernement fédéral de transition de la Somalie et a condamné la récente reprise des combats dans le pays, « dirigée par al-Shabaab et d’autres extrémistes, qui constitue une tentative de renversement de l’autorité légitime par la force ».


Dans une déclaration lue par son Président, M. Vitaly Churkin, Représentant permanent de la Fédération de Russie, le Conseil de sécurité se déclare « préoccupé  par les informations selon lesquelles l’Érythrée aurait fourni des armes aux opposants » au Gouvernement fédéral de transition, en violation de l’embargo sur les armes imposé par l’ONU et prie le Groupe de contrôle sur la Somalie de mener une enquête à ce sujet.


Il demande aux groupes d’opposition de « mettre immédiatement fin à leur offensive, de déposer les armes, de renoncer à la violence et de participer aux efforts de réconciliation ».  Le Conseil rappelle ses déclarations et résolutions antérieures sur la Somalie, notamment la résolution 1863 (2009) du 16 janvier 2009, qui réaffirme que l’Accord de paix de Djibouti constitue la base d’un règlement du conflit en Somalie.


Déclaration présidentielle


« Le Conseil de sécurité réitère ses précédentes résolutions et les déclarations de son président concernant la Somalie, en particulier sa résolution 1863 (2009) dans laquelle il réaffirmait que l’Accord de paix de Djibouti constituait la base d’un règlement durable du conflit en Somalie.


Le Conseil réaffirme son appui au Gouvernement fédéral de transition, dans lequel il voit l’autorité légitime de la Somalie en vertu de la Charte fédérale de transition, et condamne la récente reprise des combats dirigée par al-Shabaab et d’autres extrémistes, qui constitue une tentative de renversement de l’autorité légitime par la force.  Il demande aux groupes d’opposition de mettre immédiatement fin à leur offensive, de déposer les armes, de renoncer à la violence et de participer aux efforts de réconciliation.


Le Conseil prie instamment la communauté internationale d’accorder son plein appui au Gouvernement fédéral de transition afin de renforcer la Force nationale de sécurité et la Force de police somalienne, réaffirme son appui à l’AMISOM, exprime sa reconnaissance aux Gouvernements du Burundi et de l’Ouganda, pays fournisseurs de contingents, pour leur contribution et condamne toute hostilité envers la Mission.


Le Conseil se déclare préoccupé par les pertes en vies humaines et par l’aggravation de la situation humanitaire qui découlent de la reprise des combats, et appelle toutes les parties à s’acquitter des obligations qui leur incombent en vertu du droit international humanitaire en particulier celle de respecter la sécurité des civils, des travailleurs humanitaires et du personnel de l’AMISOM.


Le Conseil se déclare également préoccupé par les informations selon lesquelles l’Érythrée aurait fourni des armes aux opposants au Gouvernement fédéral de transition de la Somalie, ce qui constitue une violation de l’embargo sur les armes imposé par l’ONU, et prie le Groupe de contrôle sur la Somalie de mener une enquête.


Le Conseil réaffirme son appui au processus politique exposé dans la Charte fédérale de transition, qui fournit un cadre pour un règlement politique durable de la situation en Somalie.  Les tentatives déployées actuellement pour prendre le pouvoir par la force ne peuvent que retarder le processus politique et prolonger les souffrances du peuple somalien. »


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel