12/11/2008
Secrétaire général
SG/SM/11920
OBV/743

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

BAN KI-MOON APPELLE À PROMOUVOIR LA TOLÉRANCE, CLEF DE VOÛTE D’UNE CULTURE D’HARMONIE ET DE PAIX DANS LE MONDE


Vous trouverez, ci-après, le texte du message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale de la tolérance, le 16 novembre 2008:


La tolérance est le fondement de la compréhension et du respect mutuels.  C’est une façon d’aborder la vie qui contribue à la richesse et à la diversité des cultures du monde.  C’est aussi la clef de voûte des efforts que nous déployons pour promouvoir l’harmonie dans le monde.  Comme l’affirme la Déclaration de principes sur la tolérance par l’UNESCO en 1995, « la tolérance est une vertu qui rend la paix possible et contribue à substituer une culture de la paix à la culture de la guerre ».


Il est d’autant plus important de promouvoir la tolérance aujourd’hui que la mondialisation, la mobilité et l’interdépendance prennent de plus en plus d’ampleur.  Si la diversité est un précieux atout, elle peut aussi être une source de tension.  La tolérance peut désamorcer les conflits potentiels.  Elle peut aussi prévenir l’apparition de théories de la supériorité raciale ou culturelle et aider les sociétés à venir progressivement à bout des préjugés de longue date et des stéréotypes négatifs.


Il ne faudrait pas prendre la tolérance pour de la concession ou de la condescendance.  La véritable tolérance est faite d’ouverture d’esprit, de curiosité et de volonté de communication. Elle va de pair avec la connaissance et la compréhension.  L’éducation est l’un des meilleurs moyens de prévenir l’intolérance, en mettant en évidence les similitudes qui rapprochent les gens et en aidant à promouvoir le respect salutaire des différences.


La tolérance ne doit pas non plus être confondue avec l’indifférence.  Être tolérant ne signifie pas rester passif face au racisme, à la xénophobie et à la volonté d’exclusion, ni garder le silence lorsque les minorités, les réfugiés, les travailleurs migrants et autres groupes vulnérables sont victimes d’abus.  La tolérance nous impose tous de lutter et de faire entendre notre voix pour défendre tous ceux qui sont privés de leurs droits et libertés fondamentaux.


En cette Journée internationale de la tolérance et en cette année marquant le soixantième anniversaire de la Déclaration universelle des droits de l’homme, j’engage chacun d’entre nous à renouveler son engagement en faveur de la tolérance et à redoubler d’efforts pour atteindre l’objectif de longue date que constitue l’instauration d’une culture d’harmonie et de paix dans le monde.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel