10/10/2008
Secrétaire général
SG/SM/11857
OBV/734

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE PARTENARIAT EST LA VOIE DE L’AVENIR, DÉCLARE BAN KI-MOON À L’OCCASION DE LA JOURNÉE DES NATIONS UNIES


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée des Nations Unies, le 24 octobre:


À l’occasion de ce soixante-troisième anniversaire de notre Organisation, je célèbre avec vous la Journée des Nations Unies.


C’est une année cruciale dans la vie de notre Organisation. Nous avons à peine franchi le point médian de l’effort engagé pour atteindre les objectifs du Millénaire pour le développement –notre vision commune pour bâtir un monde meilleur au XXIe siècle.  Il est plus clair que jamais que les menaces de ce siècle n’épargnent personne.  Ni le changement climatique, ni la propagation des maladies et des armes meurtrières, ni le fléau du terrorisme ne connaissent de frontières. Si nous voulons assurer le progrès de l’humanité, nous devons préserver le patrimoine mondial.


Les pays sont nombreux à avoir pris du retard, de sorte qu’ils risquent de ne pas atteindre les Objectifs du Millénaire pour le développement à la date butoir de 2015.  Je suis profondément préoccupé également par les répercussions de la crise financière mondiale.  Jamais l’esprit d’initiative et le partenariat n’ont été plus importants.


Le succès de la réunion de haut niveau tenue en septembre sur les objectifs du Millénaire pour le développement n’en est que plus remarquable.  Nous avons rassemblé au service du changement une large coalition de responsables gouvernementaux, de chefs d’entreprise et de représentants de la société civile.  Nous avons suscité engagements sans précédent, annonces de contributions et partenariats, pour aider les pauvres du monde.


Nous n’avons pas encore fini le décompte, mais le montant total des contributions annoncées à la réunion sur les Objectifs du Millénaire pour le développement pourrait dépasser 16 milliards de dollars.


Le partenariat est la voie de l’avenir.  Il suffit de regarder les progrès réalisés contre le paludisme.  Notre action mondiale de lutte antipaludique nous a permis de contenir une maladie qui tue un enfant toutes les 30 secondes.  Cette victoire a été possible grâce à une planification ciblée par pays, à un financement plus important, à une gestion coordonnée à l’échelle mondiale et à des moyens scientifiques et technologiques de la plus haute qualité.


Nous avons besoin d’exemples comme celui-ci pour nous attaquer à d’autres tâches ardues, notamment le changement climatique, à l’approche des conférences de Poznan et de Copenhague.  Nous en avons besoin pour atteindre tous les autres Objectifs du Millénaire pour le développement.


Maintenons le cap pour continuer d’avancer dans cette voie.  Nous n’avons pas de temps à perdre. On attend des Nations Unies qu’elles donnent des résultats, pour l’avènement d’un monde plus sûr, plus sain et plus prospère.  À l’occasion de cette Journée des Nations Unies, j’en appelle à tous les partenaires et à tous les dirigeants pour qu’ils assument leur part de responsabilité et tiennent leur promesse.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel