15/12/2008
Secrétaire général
SG/2147

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION DU QUATUOR POUR LE MOYEN-ORIENT


On trouvera ci-après le texte de la déclaration faite aujourd’hui à New York par le Quatuor (Organisation des Nations Unies, Fédération de Russie, États-Unis d’Amérique, Union européenne):


Les représentants de membres du Quatuor -le Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, le Ministre des affaires étrangères de la Fédération de Russie, M. Sergei Lavrov, la Secrétaire d’État des États-Unis d’Amérique, Mme Condoleezza Rice, le Haut Représentant pour la politique étrangère et de sécurité commune de l’Union européenne, M. Javier Solana, la Commissaire aux relations extérieures de l’Union européenne, Mme Benita Ferrero-Waldner, et le Ministre des affaires étrangères de la France, M. Bernard Kouchner– ont approuvé la déclaration suivante sur la situation au Moyen-Orient.  Le Représentant du Quatuor, M. Tony Blair, s’est joint à eux.


Le Quatuor a réaffirmé son appui aux négociations israélo-palestiniennes bilatérales, globales, directes, continues et confidentielles qui sont en cours et félicité Israël et les Palestiniens des efforts qu’ils continuent de faire en vue de conclure un traité de paix pour résoudre tous les problèmes en suspens, sans exception, comme l’ont déclaré le Président palestinien, M. Mahmoud Abbas, et la Ministre des affaires étrangères d’Israël, Mme Tzipi Livni, à l’issue de leurs entretiens du 9 novembre à Charm el-Cheikh.  Le Quatuor considère que le processus de négociations bilatérales lancé à Annapolis est irréversible et que les négociations doivent être intensifiées afin de mettre fin au conflit et de créer dès que possible l’État de Palestine, vivant côte à côte avec Israël dans la paix et la sécurité.  Le Quatuor a affirmé qu’un traité définitif et une paix durable seront possibles grâce à des efforts simultanés, et synergiques portant dans trois directions: poursuivre les négociations, mettre en place les institutions d’un État palestinien – notamment promouvoir le développement économique grâce à l’amélioration des conditions sur le terrain, et, pour les parties, s’acquitter des obligations que leur assigne la Feuille de route, comme il est dit dans l’Accord commun d’Annapolis.


Prenant note des résolutions adoptées par la Ligue arabe le 26 novembre, le Quatuor a réaffirmé que la situation à Gaza ne pouvait être réglée durablement que par des voies pacifiques.  Il a réitéré l’appel qu’il avait lancé précédemment pour que tous les Palestiniens s’engagent sur trois points: non-violence, reconnaissance d’Israël et acceptation des accords et obligations antérieures.  Restaurer l’unité palestinienne sur la base des engagements de l’Organisation de libération de la Palestine (OLP) –représentant légitime et internationalement reconnu du peuple palestinien– serait un facteur important dans ce processus.


Le Quatuor a renouvelé son appui à la trêve négociée par l’Égypte, entrée en vigueur le 19 juin 2008, a demandé instamment que celle-ci soit respectée et élargie et a exprimé l’espoir qu’elle se traduirait par une amélioration de la sécurité et de la situation humanitaire des Israéliens comme des Palestiniens, par des mesures visant à atténuer les problèmes humanitaires et par le rétablissement de la normalité pour les civils de Gaza.  À cet égard, le Quatuor s’est déclaré préoccupé que la trêve ait été menacée, a condamné les attaques systématiquement dirigées contre Israël et a demandé qu’il soit mis fin immédiatement à la violence.  Le Quatuor s’est dit extrêmement préoccupé par la fermeture récente de nouveaux points de passage, à la suite des actes de violence commis à Gaza, ce qui a eu pour effet de réduire la quantité et l’assortiment de produits de première nécessité et de secours humanitaires ainsi que des liquidités dont l’Autorité palestinienne et l’UNRWA ont besoin à Gaza, d’où une aggravation de la situation économique et humanitaire sur le terrain.  Le Quatuor a souligné que la fourniture de secours humanitaires, y compris les denrées alimentaires, combustibles, produits pharmaceutiques et pièces de rechange pour les réseaux d’alimentation en eau et d’assainissement, à la population de Gaza doit être assurée de façon continue.  Le Quatuor réitère également l’appel qu’il avait lancé à Israël pour que soit autorisé l’acheminement à Gaza de matériels suffisants pour faciliter la reprise de projets des Nations Unies ou financés par d’autres donateurs qui sont actuellement interrompus et a exprimé son soutien aux efforts déployés par le Secrétaire général et le Représentant du Quatuor, M. Blair, à cet égard.  Le Quatuor a demandé par ailleurs la libération immédiate et inconditionnelle du caporal israélien Gilad Shalit.


Le Quatuor a demandé à tous les États de manifester leur soutien au Processus d’Annapolis et leur attachement à la solution des deux États en contribuant à l’instauration de conditions propices au règlement du conflit.  À cet égard, le Quatuor a noté qu’une paix durable ne pouvait reposer que sur une fidélité inébranlable aux principes de la liberté, de la sécurité, de la justice, de la dignité et de la reconnaissance et du respect mutuels, sur la promotion d’une culture de paix et de non-violence, sur la lutte contre le terrorisme et l’incitation au terrorisme et sur l’application de la solution des deux États, dans le prolongement des accords et obligations précédemment souscrits.  Comme les parties les y avaient invités, les donateurs internationaux se sont engagés, à la Conférence de Paris, à fournir un appui d’un niveau sans précédent au Processus d’Annapolis, assurant ainsi une certaine stabilité, élément indispensable à l’aboutissement du Processus.  Le Quatuor a encore engagé tous les États et toutes les organisations internationales à continuer de fournir, selon le principe du partage équitable des charges, une aide économique au Gouvernement palestinien légitime, qui accepte ses principes, dans les domaines de la réforme de la sécurité, du renforcement des institutions et des capacités, et du développement économique, et à tenir leurs engagements.  Il a demandé le renforcement de l’appui offert aux Palestiniens dans l’action qu’ils mènent pour bâtir une économie viable qui favorise la croissance et l’emploi et qui s’intègre dans le système économique mondial.  Cela exigeait d’importantes améliorations en matière de liberté d’accès et de circulation et de sécurité.


Le Quatuor a salué les progrès accomplis par l’Autorité palestinienne dans le domaine de la sécurité et s’est félicité de l’importante coopération entre Israéliens et Palestiniens en vue du renforcement de la sécurité et de l’état de droit en Cisjordanie, en particulier à Djénine et Hébron.  Le succès du déploiement des services de sécurité palestiniens à Hébron était l’exemple le plus récent des importants progrès accomplis depuis la Conférence d’Annapolis.


Rappelant aux parties qu’elles avaient repris, à Annapolis, l’engagement de respecter les obligations qui leur incombent en vertu de la Feuille de route, le Quatuor a demandé aux Palestiniens de continuer de s’efforcer de réformer leurs services de sécurité et de démanteler l’infrastructure du terrorisme.  D’autre part, il a demandé à Israël de geler toutes les activités de peuplement, qui pèsent sur le climat des négociations et sur la relance de l’économie palestinienne, et de s’attaquer à la menace de plus en plus lourde que constitue l’extrémisme de certains colons.  Il a exhorté les parties à accomplir sur le terrain, les temps qui viennent, de nouveaux progrès dans l’application du train de mesures élaboré par son Représentant, Tony Blair.


Le Quatuor s’est déclaré favorable à l’intensification des efforts diplomatiques menés en faveur de la coexistence pacifique de tous les États de la région et d’une paix juste, durable et complète au Moyen-Orient, conformément aux résolutions 242, 338, 1397, 1402 et 1515 du Conseil de sécurité.  À ce propos, il a salué les efforts déployés pour relancer l’Initiative de paix arabe, dans le cadre de l’approche globale du règlement du conflit arabo-israélien, et déclaré qu’il attendait avec intérêt l’intensification des négociations israélo-syriennes.  En consultation avec les parties, il s’est prononcé en faveur de la convocation d’une réunion internationale à Moscou en 2009.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel