17/09/2008
Conseil de sécurité
SC/9446

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LE YÉMEN


On trouvera ci-après le texte intégral de la déclaration faite à la presse aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, M. Michel Kafando (Burkina Faso), concernant le Yémen:


Les membres du Conseil de sécurité ont condamné dans les termes les plus vifs l’attentat terroriste qui a été perpétré à l’entrée de l’ambassade des États-Unis à Sanaa (Yémen), le 17 septembre 2008, causant des morts parmi le personnel de sécurité yéménite ainsi que de nombreux blessés.


Ils ont exprimé leur compassion et leurs condoléances sincères aux familles des victimes et au Gouvernement yéménite.


Les membres du Conseil de sécurité ont souligné que les auteurs, organisateurs et commanditaires de cet acte de terrorisme répréhensible, ainsi que ceux qui l’ont financé, doivent être traduits en justice, ont salué l’engagement du Gouvernement yéménite à cet égard et ont demandé instamment à tous les États, agissant conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international et à ses résolutions pertinentes, de coopérer activement avec les autorités yéménites à cette fin.


Les membres du Conseil de sécurité ont réitéré que tous les actes de terrorisme sont des crimes injustifiables, quels qu’en soient les motifs, et ont réaffirmé la nécessité de combattre par tous les moyens, conformément aux dispositions de la Charte des Nations Unies, les menaces que les actes de terrorisme font peser sur la paix et la sécurité internationales. Ils ont rappelé aux États qu’ils devaient faire en sorte que les mesures visant à combattre le terrorisme respectent toutes les obligations que leur impose le droit international, en particulier les instruments relatifs aux droits de l’homme et aux réfugiés, et le droit humanitaire.


Les membres du Conseil ont exprimé leur détermination à combattre toutes les formes de terrorisme, conformément aux responsabilités que leur confère la Charte des Nations Unies.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel