12/09/2008
Conseil de sécurité
SC/9445
AFR/1745

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONG0 (RDC)


On trouvera ci-après le texte intégral de la déclaration faite à la presse aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, M. Michel Kafando (Burkina Faso), concernant la République démocratique du Congo (RDC):


Les membres du Conseil ont entendu un exposé de M. Mulet sur la situation au Nord et au Sud-Kivu (République démocratique du Congo).


Les membres du Conseil se sont dits très préoccupés par les récents combats opposant les FARDC et les éléments armés du CNDP (Congrès national pour la défense du peuple) et par ses conséquences humanitaires.  Ils ont souligné que ces heurts violaient les Actes d’engagement de Goma aux termes desquels le CNDP et d’autres groupes armés au Nord et au Sud-Kivu s’étaient engagés à observer un cessez-le-feu total et immédiat, à procéder au désengagement de leurs forces en vue de leur brassage ou de leur désarmement, démobilisation et réinsertion, et à respecter strictement les règles du droit international humanitaire et des droits de l’homme.


Les membres du Conseil ont déploré que les signataires n’aient pas respecté et mis en œuvre effectivement et de bonne foi leurs engagements.  Ils ont exhorté le CNDP à mettre fin immédiatement à ses opérations offensives, à regagner les positions qu’il occupait jusqu’au 28 août, à rendre le matériel militaire pris aux FARDC au cours des récents combats, et à participer de nouveau de manière constructive au processus de paix de Goma, y compris dans le cadre des travaux de la Commission technique mixte sur la paix et la sécurité.  Les membres du Conseil ont pris note de la lettre du CNDP du 11 septembre annonçant un retrait unilatéral et immédiat de ses troupes.


Les membres du Conseil ont rappelé que le Conseil a exigé, dans sa résolution 1794 (2007), de tous les groupes armés illégaux présents dans l’est de la RDC, notamment la milice dissidente de Laurent Nkunda, qu’ils déposent leurs armes.


Les membres du Conseil condamnent les actes hostiles dirigés contre la MONUC et expriment leur appui sans réserve à celle-ci dans l’exécution de son mandat, en particulier en ce qu’elle fait pour protéger les civils en danger.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel