25/06/2008
Conseil de sécurité
SC/9374
AFR/1719

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA GUINÉE-BISSAU


On trouvera ci-dessous le texte intégral de la déclaration faite à la presse aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, M. Alejandro D. Wolff (États-Unis), concernant la Guinée-Bissau:


Le Conseil de sécurité a entendu, le 25 juin 2008, des exposés sur la situation en Guinée-Bissau présentés par le Représentant spécial du Secrétaire général, M. Shola Omoregie, le Directeur exécutif de l’Office des Nations Unies contre la drogue et le crime (ONUDC), M. Antonio Maria Costa, et la Présidente de la Commission de consolidation de la paix siégeant en formation Guinée-Bissau, l’Ambassadrice Maria Luiza Ribeiro Viotti.


Les membres du Conseil se sont félicités du progrès accompli dans les préparatifs de l’élection législative qui doit avoir lieu le 16 novembre 2008, et ils demandent au Gouvernement de la Guinée-Bissau et à toutes les parties de faire en sorte que les conditions soient propices à la tenue d’élections libres et régulières. Ils ont félicité les partenaires de différents pays qui se sont engagés à apporter leur soutien aux élections, et demandé instamment à la communauté internationale de fournir des ressources techniques, matérielles et financières pour combler les lacunes actuelles et faire en sorte que l’élection ait bien lieu, à la date prévue.


Les membres du Conseil ont à nouveau exprimé l’inquiétude que leur inspire la grave menace que le trafic de drogues et la criminalité organisée font peser sur le processus de consolidation de la paix dans le pays. Ils ont pris acte de ce que fait le Gouvernement de la Guinée-Bissau, avec l’appui persistant de la communauté internationale, pour mettre en œuvre le plan opérationnel antidrogue, et demandé à la communauté internationale de renforcer encore le soutien qu’elle apporte à l’action menée aux niveaux national et international pour combattre ce fléau. Ils ont applaudi les mesures que le Gouvernement a prises récemment pour traduire les trafiquants de drogues en justice, et recommandé qu’il y soit donné suite sans délai.


Les membres du Conseil ont demandé au Gouvernement de faire preuve d’un esprit de coopération sans réserve, aux niveaux régional et international, afin de s’attaquer au trafic de drogues et à la criminalité organisée. Ils se sont félicités que le Cap-Vert ait décidé d’accueillir la Conférence régionale de la CEDEAO (Communauté économique des États de l'Afrique de l'Ouest) sur le trafic de drogues et la criminalité organisée en Afrique de l’Ouest.


Les membres du Conseil ont répété l’importance que revêt la réforme du secteur de la sécurité en Guinée-Bissau, et pressé le Gouvernement d’intensifier l’action qu’il mène sur tous les aspects de cette réforme. Ils ont pris note avec satisfaction du démarrage de la mission européenne sur les politiques de la Guinée-Bissau en matière de sécurité et de défense, et demandé à la communauté des donateurs de continuer à apporter un soutien financier afin de compléter l’appui fourni par l’Union européenne à la réforme du secteur de la sécurité, aux activités de maintien de l’ordre et à l’appareil de justice criminelle.


Les membres du Conseil se sont déclarés favorables à la coopération du Gouvernement avec la Commission de la consolidation de la paix, qu’ils ont encouragée, et ils attendent avec intérêt le plan stratégique de consolidation de la paix de la Guinée-Bissau. Ils se tiennent prêts à examiner, selon qu’il conviendra, les recommandations du Secrétaire général, en particulier en ce qui concerne le renforcement des capacités du Bureau d’appui des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau (BANUGBIS) et de l’équipe de pays des Nations Unies, afin de fournir l’appui voulu pour que la consolidation de la paix se fasse de manière intégrée et efficace.


Les membres du Conseil ont de nouveau déclaré qu’ils appuyaient l’action entreprise par l’Union africaine, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP) dans le cadre du processus de consolidation de la paix en Guinée-Bissau.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel