11/11/2008
Communiqué de presse
Conférence de presse

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

CONFÉRENCE DE PRESSE DE M. MIGUEL D’ESCOTO BROCKMANN , PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE


« Nous sommes une espèce moralement en faillite », a déclaré cet après-midi, à propos de l’humanité, le Président de l’Assemblée générale, M. Miguel d’Escoto Brockmann, lors d’une conférence de presse au Siège de l’ONU, à New York, consacrée essentiellement à la Réunion de haut niveau sur le thème « culture de paix » qui aura lieu à l’Assemblée générale les 12 et 13 novembre.  


M. d’Escoto a précisé que cette réunion n’était pas organisée pour « parler de religion ou de théologie ».  Ce serait intéressant mais ce n’est pas le sujet, a-t-il ajouté.  L’idée serait plutôt de fixer un contexte, a ajouté le Président de l’Assemblée générale qui a comparé la réunion à ce qui est advenu il y a 60 ans aux Nations Unies, lors de l’élaboration de la Déclaration universelle des droits de l’homme.  Les rédacteurs de cette Déclaration avaient alors puisé au plus profond de leurs valeurs, a affirmé M. d’Escoto.  Les États Membres ont souhaité distinguer la réunion de haut niveau d’un dialogue interreligieux.  Si, pour la grande majorité, ces valeurs ont pour source une foi religieuse, pour d’autres, elles peuvent être liées à des religions, mais de tradition éthique ou philosophique.  La religion peut être un thème qui divise beaucoup.  « Nous nous devons, cependant, de chercher des valeurs qui unissent, qu’elles trouvent leur origine dans une foi religieuse, ou dans d’autres origines philosophiques et éthiques, a poursuivi M. d’Escoto.  Il a souhaité que la réunion permette d’unir les valeurs spirituelles pour « sauver » l’humanité, en recourant au terme anglais de « bail out » utilisé lors de la crise financière pour tenter de sauver le système bancaire mondial.  


« Nous sommes ici pour reconnaître que ce fut une grande erreur d’accepter l’idée que certaines activités humaines peuvent être menées en dehors des valeurs éthiques », a encore ajouté M. d’Escoto qui a cité, à cet égard, le domaine financier. 


M. d’Escoto a déclaré que « personne n’a été mise de côté, tous les chefs d’État ont été invités » à la réunion de haut niveau.  « Nous sommes une communauté de pêcheurs qui tentent de progresser, et nous devons accepter quiconque veut parler et se joindre afin que nous unissions nos forces, par exemple pour combattre la faim », a-t-il ajouté.  « Personne n’est exempt de contradiction et de critiques.  J’accueille à cette réunion quiconque vient pour parler », a-t-il poursuivi, avant d’affirmer: « nous ne sommes pas ici pour former un front contre quiconque mais pour nous unir contre le plus grand ennemi de l’humanité: la faim, la pauvreté ».  À cet égard, M. d’Escoto a jugé les Objectifs du Millénaire pour le développement (OMD) « minimalistes et très peu ambitieux ».  Il a estimé que ces Objectifs ont été fixés comme pour dire « nous faisons quelque chose ».  « Nous ne sommes pas ici pour « faire quelque chose » mais pour résoudre des problèmes », a rappelé le Président de l’Assemblée générale.  


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel