22/10/2008
Conseil de sécurité
CS/9478

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5999e séance –matin


CONSEIL DE SÉCURITÉ: M. B. LYNN PASCOE ENCOURAGE UNE INTENSIFICATION DES NÉGOCIATIONS ISRAÉLO-PALESTINIENNES D’ICI À LA FIN DE L’ANNÉE


Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. B. Lynn Pascoe, a souhaité, ce matin, devant le Conseil de sécurité, une intensification d’ici à la fin de l’année des négociations israélo-palestiniennes selon les objectifs convenus lors de la Conférence d’Annapolis, lesquels prévoient l’établissement d’un État palestinien. 


« Malgré la transition en cours en Israël, nous espérons que les négociations israélo-palestiniennes non seulement se poursuivront, mais s’intensifieront d’ici à la fin de l’année dans le cadre d’Annapolis », a déclaré M. Pascoe, lors de l’exposé mensuel du Secrétariat sur la situation au Moyen-Orient.


De l’avis du Secrétaire général adjoint, « les conditions sur le terrain en Cisjordanie doivent s’améliorer de manière significative en respectant les engagements de la Feuille de route », tandis qu’à Gaza, le calme doit être « prolongé » et l’unité « poursuivie » sous les auspices de l’Égypte. 


M. Pascoe a en outre encouragé « la poursuite et l’intensification des pourparlers indirects israélo-syriens », mettant l’accent sur la nécessité de profiter des « événements positifs récents au Liban ».


Le Secrétaire général « continuera de travailler de manière intensive en vue de la mise en œuvre de toutes les résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et de la réalisation d’une paix juste, durable et globale au Moyen-Orient », a souligné M. Pascoe.


Le Secrétaire général adjoint a entamé son exposé par une description du processus politique.  Les contacts israélo-palestiniens se poursuivent, alors qu’en Israël, « la transition politique est en cours ».  M. Pascoe a notamment indiqué que la nouvelle dirigeante du parti Kadima, l’actuelle Ministre des affaires étrangères, Mme Tzipi Livni, avait été chargée par le Président Shimon Peres de former un nouveau gouvernement. 


Le 26 septembre, le Secrétaire général a réuni les principaux responsables du Quatuor au Siège des Nations Unies à New York.  Le Quatuor, a-t-il dit, « a appelé les parties à n’épargner aucun effort pour aboutir à un accord d’ici à la fin 2008 » et « a souligné son engagement sur le caractère irréversible du processus menant à la création d’un État palestinien vivant côte à côte avec Israël, dans la paix et la sécurité ».


La situation sur le terrain, a cependant fait observer le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, « ne s’améliore pas autant que nécessaire ».  Au cours du mois écoulé, sept Palestiniens, dont deux enfants, ont été tués.  Les violences ont également fait 116 blessés côté palestinien et 34 côté israélien. 


Bien que le Gouvernement israélien ait pris des mesures positives en vue de faciliter la circulation des Palestiniens en Cisjordanie, il subsiste actuellement 630 restrictions, selon le Bureau de la coordination des affaires humanitaires (OCHA).  La construction du mur israélien dans le Territoire palestinien occupé s’est poursuivie, en dépit de l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ).


M. Pascoe a également dit n’avoir observé aucun progrès concernant les engagements essentiels pris par Israël en vertu de la Feuille de route et concernant les promesses faites à Annapolis, à savoir le gel des activités de colonisation, la suppression des avant-postes et l’ouverture d’institutions palestiniennes à Jérusalem-Est.


Sur le front diplomatique entre Israël et la Syrie, M. Pascoe a constaté qu’aucun pourparler indirect n’avait eu lieu sous les auspices de la Turquie au cours du mois écoulé.  Le Quatuor a exprimé son désir de voir ces négociations s’intensifier dans le but d’aboutir à la paix selon les termes du mandat de Madrid, a-t-il dit, souhaitant qu’elles reprennent rapidement. 


La situation dans le Golan syrien occupé est demeurée calme, en dépit de la poursuite des activités de colonisation israéliennes, a ajouté le Secrétaire général adjoint.  Il a également rappelé l’attentat à la bombe du 29 septembre à Damas, la capitale syrienne, qui avait fait 17 morts parmi les civils et une dizaine de blessés.


Par ailleurs, le 16 octobre, le Liban et la Syrie ont signé un accord sur l’établissement de relations diplomatiques entre les deux pays.  Il s’agit d’un « accord phare », susceptible d’apporter des « avantages aux deux pays et à la région », a-t-il souligné.   


À Tripoli, dans le nord du Liban, des incidents ont continué de se produire.  Ainsi, le 29 septembre, l’explosion d’une bombe qui visait les Forces armées libanaises a fait six morts, dont quatre soldats.  La situation dans la zone d’opération de la Force intérimaire des Nations Unies au Liban (FINUL) est restée « tendue, mais globalement calme », a-t-il également observé, faisant état d’une moyenne au quotidien d’une dizaine de violations aériennes israéliennes.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel