15/11/2007
Secrétaire général
SG/SM/11277
OBV/663

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DE L’ONU RAPPELLE AUX ÉTATS QU’ILS SONT LES AGENTS DU CHANGEMENT EN MATIÈRE DE LUTTE CONTRE L’INTOLÉRANCE


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée internationale de la tolérance, le 16 novembre:


En 1995, lorsque l’UNESCO a proclamé le 16 novembre Journée internationale annuelle de la tolérance, elle a énuméré quelque 16 pactes, déclarations, conventions et recommandations qui portaient tous sur la nécessité de la tolérance.  Tous ces instruments demeurent pertinents aujourd’hui, et aucun d’entre eux n’est encore respecté intégralement.


Le monde se trouve aujourd’hui aux prises avec la guerre, le terrorisme, les crimes contre l’humanité, le nettoyage ethnique, la discrimination contre les minorités et les migrants et une multitude d’autres violences faites à l’être humain.  Même la mondialisation, qui nous rapproche les uns des autres, peut accroître la peur et inciter au repli sur soi.  Et plus lourdes sont les terribles menaces qui pèsent sur la vie de notre planète, plus grand est le risque de tensions suscitant l’intolérance.


Nous savons comment combattre ces menaces. Nous savons que les meilleurs outils à notre disposition sont la diversité culturelle, les activités de développement durable et l’éducation en faveur de la tolérance et de la paix.  Nous savons que les moyens de protection les plus efficaces sont l’existence d’une société civile dynamique, soucieuse des droits de l’homme et  de médias libres et responsables.


Mais nous savons aussi que les véritables agents de changement sont les États qui signent les conventions et pactes internationaux. Les politiques mises en place relèvent de leur responsabilité, même si la lourde tâche de leur venir en aide revient à la communauté internationale.


La journée d’aujourd’hui est une occasion de rappeler aux chefs de ces États les engagements et les obligations qui sont les leurs.  Nous sommes tous très conscients de la nécessité de la tolérance, mais notre volonté d’agir doit être encore plus ferme.  En cette Journée internationale de la tolérance, n’oublions pas que demain, notre tâche recommencera.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel