02/07/2007
Secrétaire général
SG/SM/11073
OBV/639
POP/959

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

É TABLIR DES PARTENARIATS AVEC LES HOMMES EST UNE STRAT ÉGIE IMPORTANTE POUR LA PROMOTION DE LA SANTÉ GÉNÉSIQUE ET DES DROITS DE PROCRÉATION, SOULIGNE BAN KI-MOON


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée mondiale de la population, le 11 juillet:


Le thème de la Journée mondiale de la population 2007 (« Les hommes, des partenaires pour la santé maternelle ») appelle l’attention sur le rôle fondamental que jouent les hommes dans la promotion des droits de la femme, notamment son droit à la santé génésique et sexuelle.


Aujourd’hui encore, plus d’un demi-million de femmes, dont 99% vivent dans un pays en développement, meurent pendant leur grossesse ou en couches.  Beaucoup d’autres souffrent de complications graves qui compromettent lourdement leur qualité de vie et celle de leur famille.  La quasi-totalité de ces décès et de ces complications n’est pourtant pas une fatalité.


En tant que partenaires au service de la santé maternelle, les hommes peuvent sauver des vies.  Ils jouent en effet un rôle décisif à de nombreux égards. Le mari prend souvent des décisions concernant le planning familial et l’utilisation des ressources du ménage qui influent sur le bien-être et l’avenir de la famille tout entière.  Le soutien d’un mari bien informé améliore les chances de voir la grossesse et l’accouchement se dérouler sans problème; et si des complications surviennent qui exigent des soins médicaux immédiats, ce soutien devient une question de vie ou de mort pour sa femme.  Et des pères qui sont de bons partenaires peuvent jouer un rôle important dans l’amour, les soins et l’accompagnement prodigués à leurs enfants.


Beaucoup trop de femmes meurent pendant leur grossesse ou en couches parce que le droit à la santé génésique et sexuelle leur est refusé.  L’inquiétante propagation du sida chez les femmes nous rappelle de façon tragique que, dans de nombreuses régions du monde, elles sont sans pouvoir quand il s’agit de protéger leur propre santé.  Si une femme peut planifier le nombre de ses enfants, elle peut planifier les autres aspects de sa vie.  Si elle est en bonne santé, elle peut produire davantage.  Et si ses droits en matière de procréation sont publiés et protégés, elle jouit de la liberté nécessaire pour participer pleinement et dans des conditions d’égalité à la vie de la société.


Plusieurs pays sont parvenus en l’espace d’une décennie à réduire sensiblement leur taux de mortalité maternelle en offrant aux femmes des services de planning familial et en leur facilitant l’accès à des sages-femmes et à des soins obstétriques d’urgence.  Toutefois, des efforts considérables seront encore nécessaires pour atteindre d’ici à 2015 l’objectif du Millénaire pour le développement consistant à améliorer la santé maternelle dans le monde.  Établir des partenariats avec les hommes constitue une stratégie importante au service de la promotion de la santé génésique et des droits en matière de procréation.  De plus, l’égalité des sexes, autre objectif du Millénaire, aura beaucoup plus de chances d’être atteinte lorsque les hommes prendront conscience que leur vie et celle des femmes sont interdépendantes et que l’autonomisation des femmes est dans l’intérêt de tous.


En cette Journée mondiale de la population, je vous invite, tous et toutes, à encourager les hommes à se comporter en partenaires et en acteurs du changement en soutenant par tous les moyens les droits humains et la santé maternelle et, ainsi, à contribuer à l’avènement d’un monde qui offrira à tous de meilleures perspectives de santé et d’épanouissement.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel