19 mars 2007
Secrétaire général
SG/SM/10906
OBV/612

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL SOULIGNE L’IMPORTANCE D’ADOPTER UNE APPROCHE INTÉGRÉE ET DURABLE POUR GÉRER LES RESSOURCES EN EAU


Vous trouverez ci-après le texte intégral du message du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars:


Cette année, la Journée mondiale de l’eau est plus particulièrement axée sur le thème « Lutter contre la pénurie d’eau ».


La pénurie d’eau peut être d’ordre physique, économique ou institutionnel, et peut fluctuer dans le temps et selon le lieu.  Elle touche aujourd’hui environ 700 millions de personnes dans 43 pays et ce chiffre pourrait dépasser 3 milliards d’ici à 2025.


L’état des ressources en eau dans le monde reste précaire et il est plus urgent que jamais que leur gestion soit conçue de façon globale et dans une optique de durabilité.  Les réserves disponibles sont mises à rude épreuve du fait de la forte croissance démographique, de modes de consommation non viables, de mauvaises pratiques de gestion, de la pollution, de l’insuffisance des investissements consacrés à l’infrastructure et du manque de rationalité de l’utilisation de l’eau.


Or, on aura besoin de plus en plus d’eau à l’avenir: pour les cultures vivrières, pour assurer l’approvisionnement en eau potable propre et la fourniture de services d’assainissement, faire fonctionner les industries et soutenir l’expansion des villes.  L’écart entre l’approvisionnement et la demande en eau va vraisemblablement se creuser encore, au risque de mettre en péril le développement économique et social et la préservation de l’environnement.  La gestion intégrée des ressources en eau sera déterminante pour venir à bout de la pénurie d’eau.  Il en ira de même de la coopération internationale, nombre de cours d’eau et de terrains aquifères étant partagés entre des pays.  Une telle coopération peut en outre favoriser de manière générale des relations transfrontières harmonieuses.


Les Objectifs du Millénaire pour le développement ont contribué à mettre en lumière combien il importe d’avoir accès à des réserves d’eau potable et à des services d’assainissement adéquats, éléments qui marquent sans conteste la séparation entre les personnes qui mènent une vie saine et productive et celles qui vivent dans la pauvreté et sont les plus exposées à diverses maladies potentiellement mortelles.  Il est indispensable d’appliquer concrètement le programme mondial relatif à l’eau et à l’assainissement pour parvenir à éliminer la pauvreté et à réaliser les autres objectifs de développement.


La voie à suivre est claire: il faut renforcer les capacités institutionnelles et la gouvernance à tous les niveaux, promouvoir davantage de transferts de technologie, mobiliser plus de ressources financières, et transposer à une plus grande échelle les pratiques optimales et les enseignements tirés de l’expérience.  En cette Journée mondiale de l’eau, j’invite le système des Nations Unies et toutes les parties prenantes à forger des partenariats plus solides et à prendre davantage de mesures concertées, non seulement cette année, mais aussi tout au long de la Décennie internationale d’action sur le thème « L’eau, source de vie », qui a été proclamée pour la période allant de 2005 à 2015.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel