12/09/2007
Conseil de sécurité
SC/9113
AFR/1586

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LA RÉPUBLIQUE DÉMOCRATIQUE DU CONGO


Vous trouverez ci-après la déclaration à la presse faite le 11 septembre par le Président du Conseil de sécurité, Jean-Maurice Ripert (France), sur la République démocratique du Congo:


Après avoir auditionné le 7 septembre dernier le Département des Opérations de Maintien de la Paix, les membres du Conseil de sécurité ont entendu ce jour un exposé du Secrétaire général adjoint aux Affaires humanitaires, Sir John Holmes, qui portait essentiellement sur la situation dans l’est de la République démocratique du Congo.


Les membres du Conseil expriment leur profonde préoccupation devant les affrontements qui ont eu lieu dernièrement au Nord Kivu entre les éléments dissidents fidèles à Laurent Nkunda et les Forces Armées de la République démocratique du Congo (FARDC), ainsi que la poursuite des activités des Forces Démocratiques de Libération du Rwanda (FDLR) et d’autres groupes armés illégaux.  Les membres du Conseil sont particulièrement inquiets de la poursuite des violences et atrocités contre les civils, qui génèrent des déplacements massifs de population.


Les membres du Conseil de sécurité exhortent toutes les parties à respecter le droit international humanitaire et à faciliter l’accès des opérateurs humanitaires aux populations affectées par le conflit.  Ils expriment leur soutien à l’action de la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC), notamment en faveur de la protection des civils, qui a permis de parvenir à une cessation des hostilités.  Les membres du Conseil de sécurité appellent instamment toutes les parties à respecter le cessez-le-feu et à entamer un dialogue.


Les membres du Conseil de sécurité insistent sur la nécessité de s’assurer que tous les groupes armés illégaux encore présents dans l’est de la République démocratique du Congo ne bénéficient d’aucun soutien, et exigent que ces combattants et leurs dirigeants déposent les armes sans plus tarder.  Les membres du Conseil de sécurité soulignent que le Gouvernement de la République démocratique du Congo est la seule autorité légitime et souveraine sur le territoire du pays.  Ils rappellent également que le Gouvernement de la RDC est responsable du règlement de la question de la présence des FDLR sur son territoire, qui demeure l’une des principales causes de la poursuite de l’instabilité à l’est de la RDC.


Les membres du Conseil appellent également les autorités congolaises à intensifier leur lutte contre l’impunité, avec l’appui international approprié, en particulier au regard de l’ampleur des violences sexuelles et des abus commis contre les femmes et les enfants dans l’est de la R.D.C.


Les membres du Conseil de sécurité exhortent les autorités congolaises à redoubler d’efforts pour rechercher une solution politique globale en vue d’aborder et de résoudre les causes profondes des tensions actuelles dans les Kivus, en particulier en tenant la table ronde envisagée.  Ils saluent en outre la déclaration conjointe publiée par la République démocratique du Congo et le Rwanda le 3 septembre et appellent les deux Gouvernements à la mise en œuvre rapide des mesures convenues.


Les membres du Conseil de sécurité constatent enfin que le plan d’action humanitaire des Nations unies pour la RDC est aujourd’hui sous-financé, et appellent les donateurs à ne pas relâcher leur effort au bénéfice de la R.D.C.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel