27/12/2007
Conseil de sécurité
CS/9217

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5816e séance – après-midi


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ CONDAMNE DANS LES TERMES LES PLUS FORTS L’ATTENTAT QUI A COÛTÉ LA VIE À L’ANCIEN PREMIER MINISTRE DU PAKISTAN BENAZIR BHUTTO


Il appelle tous les Pakistanais à faire preuve de retenue et à maintenir la stabilité dans le pays


Le Président du Conseil de sécurité pour le mois de décembre, M. Marcello Spatafora (Italie), a lu cet après-midi, au nom des membres du Conseil, et en présence du Secrétaire général des Nations Unies, M. Ban Ki-moon, la déclaration suivante:


« Le Conseil de sécurité condamne dans les termes les plus énergiques l’attaque-suicide terroriste perpétrée par des extrémistes à Rawalpindi, au Pakistan, le 27 décembre 2007, qui a causé la mort de Benazir Bhutto, ancien Premier Ministre du Pakistan, et fait de nombreuses autres victimes.  Il exprime sa profonde sympathie pour les victimes de cet acte de terrorisme odieux et adresse ses plus sincères condoléances à leur famille, ainsi qu’au peuple et au Gouvernement pakistanais.  Le Conseil rend hommage à l’ancien Premier Ministre Bhutto.


Le Conseil de sécurité appelle tous les Pakistanais à faire preuve de retenue et à maintenir la stabilité dans le pays.


Le Conseil de sécurité souligne qu’il faut traduire en justice les auteurs, organisateurs et commanditaires de ces actes de terrorisme inqualifiables et ceux qui les ont financés, et demande instamment à tous les États, conformément aux obligations qui leur incombent en vertu du droit international et de sa résolution 1373 (2001) et conformément à sa résolution 1624 (2005), de coopérer activement avec les autorités pakistanaises à cette fin.


Le Conseil de sécurité réaffirme que le terrorisme sous toutes ses formes et dans toutes ses manifestations constitue l’une des menaces les plus graves contre la paix et la sécurité internationales et que tout acte de terrorisme est un crime injustifiable quels qu’en soient les motifs, le lieu, l’époque ou l’auteur.


Le Conseil de sécurité réaffirme également qu’il faut lutter par tous les moyens, dans le respect de la Charte des Nations Unies, contre les menaces que les actes de terrorisme constituent pour la paix et la sécurité internationales.  Il rappelle aux États qu’ils doivent veiller à ce que toutes les mesures qu’ils prennent pour combattre le terrorisme soient conformes à leurs obligations au regard du droit international, en particulier du droit international des droits de l’homme, du droit international des réfugiés et du droit international humanitaire.


Le Conseil de sécurité réaffirme sa volonté de lutter contre toutes les formes de terrorisme, conformément aux responsabilités qui lui incombent en vertu de la Charte des Nations Unies ».


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel