24/10/2007
Conseil de sécurité
CS/9156

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5768e séance – soir


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ APPELLE À UNE PARTICIPATION CONSTRUCTIVE DE TOUTES LES PARTIES AUX POURPARLERS DE SYRTE SUR LE DARFOUR


Il se dit prêt à prendre des mesures contre ceux qui tenteraient de saper le processus de paix et déplore par ailleurs les retards dans le déploiement de laMINUAD


Le Président du Conseil de sécurité pour le mois d’octobre, M. Leslie Kojo Christian (Ghana), a fait ce soir la déclaration suivante, au nom des membres du Conseil:


Le Conseil de sécurité souligne la nécessité urgente d’un règlement politique global et durable au Darfour et se félicite vivement, à ce sujet, de l’organisation de pourparlers de paix à Sirte, le 27 octobre sous la conduite de Jan Eliasson, Envoyé spécial de l’Organisation des Nations Unies, et de Salim Salim, Envoyé spécial de l’Union africaine, qu’il assure de son soutien.


Le Conseil se déclare profondément préoccupé par la détérioration persistante de la sécurité et de la situation humanitaire au Darfour et engage toutes les parties à faire immédiatement montre de retenue, en évitant toutes représailles et escalade des tensions.


Le Conseil demande à toutes les parties d’assister aux pourparlers et d’y prendre pleinement part de façon constructive et d’emblée, d’arrêter et d’observer sans délai une cessation des hostilités sous la supervision de l’ONU et de l’Union africaine. Il se déclare déterminé à prendre des mesures contre toute partie qui tenterait de saper le processus de paix, y compris en ne respectant pas cette cessation des hostilités ou en faisant obstacle aux pourparlers et activités de maintien de la paix ou d’aide humanitaire. Il considère en outre que la justice doit suivre son cours.


Le Conseil souligne qu’un règlement politique global et le déploiement réussi de la MINUAD sont indispensables au rétablissement de la paix et de la stabilité au Darfour. Il déplore vivement les retards enregistrés dans ce déploiement. À ce sujet, il demande aux États Membres de mettre d’urgence à disposition les unités d’aviation et de transport terrestre qui manquent à la mission, et à toutes les parties de faciliter le déploiement effectif de la mission dans les meilleurs délais.


Le Conseil prie le Secrétaire général de lui rendre compte, dans le rapport sur la MINUAD qu’il lui présente tous les 30 jours, de l’évolution du processus politique, des obstacles rencontrés et de la situation sur le terrain.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel