24/05/2007
Assemblée générale
AG/10597

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Assemblée générale

Soixante et unième session

101e séance plénière - matin


SRGJAN KERIM, DE L’EX-RÉPUBLIQUE YOUGOSLAVE DE MACÉDOINE, EST ÉLU PRÉSIDENT DE LA SOIXANTE-DEUXIÈME SESSION DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE


Les délégations des États Membres ont également désigné ce matin

les présidents et les membres des bureaux des six grandes commissions de l’Assemblée


M. Srgjan Kerim de l’ex-République yougoslave de Macédoine a été, ce matin, élu par acclamation, Président de la soixante-deuxième session de l’Assemblée générale dont les travaux s’ouvriront au mois de septembre prochain.  Universitaire, diplomate et entrepreneur, M. Kerim a notamment été Ministre des affaires étrangères et Représentant permanent de l’ex-République yougoslave de Macédoine auprès des Nations Unies.


Exercer les fonctions et l’autorité de Président de l’Assemblée générale exige de l’élu qu’il déploie tous les efforts nécessaires à la concrétisation des idéaux et des valeurs des Nations Unies, a déclaré le Président élu, en prenant pour la première fois la parole devant les États Membres de l’Organisation.  Après avoir remercié les États d’Europe orientale qui ont présenté sa candidature, Srgjan Kerim a indiqué qu’il apporterait tout son soutien aux efforts déployés par le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, pour revitaliser l’ONU; renforcer son rôle dans le maintien de la paix et le désarmement; et assurer à l’Organisation une gestion plus cohérente et plus rigoureuse.


M. Kerim a souligné que les défis qui se posent au monde actuel transcendaient les frontières: les questions que posent la mondialisation, les changements climatiques, le terrorisme, les migrations et le développement durable ne peuvent en effet être résolues au niveau national ou régional.  « L’avenir de la planète est l’affaire de tous », a lancé le Président élu aux États Membres.  Il a insisté sur la nécessité de faire face aux conséquences du réchauffement climatique dans chaque aspect de la vie quotidienne.  Si la Convention-cadre des Nations Unies sur les changements climatiques est le cadre de négociation dans ce domaine, l’Assemblée générale devrait être le forum d’une action concertée, a-t-il dit.  « La gouvernance internationale de l’environnement se doit d’être à l’image de l’esprit démocratique qui anime la mission de l’Assemblée générale », a souligné M. Kerim.


Le Président élu a, en outre, déclaré qu’il fallait accélérer la mise en œuvre des politiques et des programmes qui permettraient de parvenir aux Objectifs du Millénaire pour le développement, estimant qu’il ne s’agissait pas seulement là d’un test posé à la capacité que doit avoir la communauté internationale à respecter ses engagements, mais, par-dessous tout, d’un défi posé au respect des obligations morales qui sont inscrites dans la Charte des Nations Unies.  Parmi les priorités à assigner à la soixante-deuxième session de l’Assemblée, M. Kerim a cité l’examen des progrès accomplis dans la mise en œuvre de la Stratégie antiterroriste mondiale; la préparation de l’examen de la mise en œuvre du Consensus de Monterrey, lors de la rencontre prévue à Doha; et, entre autres, la poursuite des débats portant sur la réforme du Conseil de sécurité.  Nous devons tous, d’autre part, développer un plus grand respect de l’« autre », a poursuivi M. Kerim, en soulignant qu’il était temps de promouvoir dans les faits le dialogue entre civilisations et cultures, qui est garant de la compréhension, de la fraternité et de la paix entre les peuples.


Saluant l’élection de M. Kerim, le Secrétaire général de l’ONU, M. Ban Ki-Moon, a rappelé que le Président élu était un diplomate expérimenté, un universitaire prolifique et un entrepreneur accompli qui allait apporter la richesse de ses expériences à l’Assemblée générale.  Il a souligné que, dans un monde complexe et changeant, l’Organisation des Nations Unies était plus indispensable que jamais et que l’accroissement de la coopération entre les principaux organes de l’ONU permettrait de renforcer sa capacité à répondre aux attentes de millions de personnes à travers le monde.  « Le rôle de l’Assemblée générale est à cet égard vital », a encore indiqué le Secrétaire général, qui a expliqué que cet organe était central pour la mise en œuvre des réformes essentielles dont l’ONU a besoin et pour son adaptation aux réalités du XXIe siècle.  L’Assemblée a notamment un rôle essentiel à jouer pour l’accélération des efforts de réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement à l’horizon 2015.  


S’exprimant également à l’issue de l’élection de Srgjan Kerim, Sheikha Haya Rashed Al Khalifa (Bahreïn), Présidente de la soixante et unième session de l’Assemblée générale, a souligné les qualités personnelles de M. Kerim ainsi que ses efforts constants pour favoriser la paix et la stabilité, qui sont des valeurs chères aux Nations Unies.  Il a une expérience directe de l’importance du multilatéralisme dans la résolution des disputes politiques, a-t-elle poursuivi.  Elle a rappelé que M. Kerim aurait la lourde tâche de gérer un certain nombre d’importantes réformes qui sont vitales pour l’avenir des Nations Unies.


Les représentants de la République-Unie de Tanzanie, qui représentait le Groupe des États d’Afrique; du Sri Lanka, au nom du Groupe des États d’Asie; de la Lettonie, au nom du Groupe des États d’Europe orientale; de la Jamaïque, au nom du Groupe des États d’Amérique latine et des Caraïbes; et du Portugal, au nom des États d’Europe occidentale et autres États, ont félicité le Président élu et rendu hommage à la Présidente sortante. 


Le Secrétaire général, M. Ban Ki-moon, a d’autre part procédé, comme chaque année, à un tirage au sort pour déterminer quel État Membre occupera le premier siège dans la salle de l’Assemblée générale pendant la soixante-deuxième session.  Le Mexique a à cet égard été désigné.


L’Assemblée a ensuite élu, par acclamation, les Présidents et les membres des bureaux de ses six grandes commissions pour sa soixante-deuxième session.  Au terme de cette procédure, la Commission des questions de désarmement et de sécurité internationale (Première Commission) sera présidée par M. Paul Badji (Sénégal).  Les postes de vice-présidents ont été attribués à MM. Bassam Darwish (République arabe syrienne); Ricardo Morote (Pérou); et Roman Hunger (Suisse).  M. Dainius Baublys (Lituanie) a été élu rapporteur de la Première Commission. 


La présidence de la Commission des questions politiques spéciales et de la décolonisation (Quatrième Commission) a été attribuée à M. Abdalmahmood Abdalhaleem Mohamad (Soudan).  M. Hossein Maleki (République islamique d’Iran) et Mme Viktoriia Kuvshynnykova (Ukraine) en ont été élus vice-présidents, tandis que M. Reniery Valladares Gómez (Honduras) était élu rapporteur.  L’élection de l’autre vice-président de la Quatrième Commission a été repoussée à une date ultérieure. 


La Commission économique et financière (Deuxième Commission) aura à sa présidence Mme Kirsti Lintonen (Finlande).  L’élection de ses vice-présidents et de son rapporteur aura lieu au cours d’une autre séance de la Commission.


Concernant la Commission des questions sociales, humanitaires et culturelles (Troisième Commission), les délégations ont élu M. Raymond Wolfe (Jamaïque) à sa présidence.  Elles ont ensuite désignés M. Takashi Ashiki (Japon); Mme Kristine Malinovska (Lettonie); et M. Alan Gibbons (Irlande) aux fonctions de vice-présidents.  Mme Tebatso Future Baleseng (Botswana) a été élue au poste de rapporteur des travaux de la Troisième Commission.


À la suite du vote des délégations, M. Hamidon Ali (Malaisie) a été élu Président de la Commission des questions administratives et budgétaires (Cinquième Commission).  MM. Alejandro Torres Lepori (Argentine); Tomáš Mičánek (République tchèque); et Klaus de Rijk (Pays-Bas), seront les vice-présidents de cette Commission dont les fonctions de rapporteur seront assumées par M. Steven Ssenabylya Nkayivu (Ouganda).


Enfin, la Commission des questions juridiques (Sixième Commission) sera présidée par M. Alexei Tulbure (République de Moldova).  MM. Jerzy Makarowski (Suède) et Alvaro Sandoval Bernal (Colombie), auxquels les délégations ont joint Mme Karen Renée Odaba-Mosoti (Kenya) occuperont les postes de vice-présidents de cette Commission.  Le rapporteur de la Sixième Commission sera M. Adam Mulawarman Tugio (Indonésie).


L’élection des Vice-Présidents de l’Assemblée générale a quant à elle, été reportée à une date ultérieure. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel