13/12/2006
Secrétaire général
SG/SM/10797
HR/4911
L/T/4400

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL APPLAUDIT L’ÉVÉNEMENT HISTORIQUE QU’EST L’ADOPTION DE LA CONVENTION RELATIVE AUX DROITS DES PERSONNES HANDICAPÉES


(Publié le 25 janvier 2007 – retardé à la traduction)


On trouvera ci-après le texte du message du Secrétaire général Kofi Annan sur l’adoption de la Convention relative aux droits des personnes handicapées, dont lecture a été donnée par Mark Malloch Brown, Vice-Secrétaire général, à New York, aujourd’hui 13 décembre:


Pour la plupart des personnes rassemblées ici, ce jour est historique : c’est en effet aujourd’hui que l’Assemblée générale adopte la Convention relative aux droits des personnes handicapées.  Mais pour les 650 millions de personnes handicapées à travers le monde, ce jour est le prélude d’une ère nouvelle, une ère dans laquelle les personnes handicapées ne feront plus l’objet des pratiques et des attitudes discriminatoires qui n’ont été que trop longtemps tolérées.


Cette convention est un document remarquable et visionnaire.  Elle met l’accent sur les droits et l’épanouissement des personnes handicapées, tout en s’intéressant à la société dans son ensemble et en évoquant la nécessité de permettre à chacun d’y contribuer du mieux qu’il peut.


Le traitement réservé à travers les âges aux personnes handicapées a révélé certains des pires aspects de la nature humaine.  Les personnes handicapées ont été trop souvent considérées comme sources d’embarras, et au mieux, comme justifiant des sentiments de pitié et de charité.  Certaines sociétés ont même tout fait pour qu’elles ne soient ni vues ni entendues.  Sur le papier, elles avaient les mêmes droits que les autres; en réalité, elles étaient souvent reléguées à l’écart et privées des facultés que d’autres tenaient pour acquises.


Ce sont les personnes handicapées elles-mêmes qui se sont faites les défenseurs infatigables et obstinés de cette convention, et l’Organisation des Nations Unies a répondu à leur demande.  En l’espace de trois ans, la Convention est déjà appelée à faire date: c’est le premier instrument relatif aux droits de l’homme à être adopté au XXIe siècle, c’est l’instrument relatif aux droits de l’homme le plus rapidement négocié dans l’histoire du droit international et c’est le premier instrument à avoir fait l’objet d’une campagne intensive sur l’Internet.


Nous savons d’expérience que, dans les pays qui ont adopté une loi touchant les personnes handicapées, les choses évoluent rapidement.  Une fois adoptée, signée et ratifiée, la Convention ne manquera pas d’influer sur les lois nationales et, partant, de transformer l’existence des personnes handicapées.  Elle nous permettra de faire en sorte que les personnes handicapées jouissent des mêmes droits fondamentaux que tout le monde, qu’il s’agisse d’éducation, d’emploi, d’accès aux bâtiments et autres installations ou encore d’accès à la justice.


Cela ne se fera pas du jour au lendemain.  Il reste beaucoup à faire si l’on veut que la Convention donne les résultats que l’on attend d’elle.  Je demande instamment aux gouvernements de la ratifier puis de l’appliquer sans tarder.


Selon le calendrier chrétien occidental, l’adoption de la Convention tombe le jour de la Sainte-Lucie, qui est fêtée dans certains pays comme la sainte patronne des aveugles et de la lumière.  Faisons en sorte que cette journée ouvre sur une aube nouvelle.  Puisse-t-elle annoncer que le temps est venu pour les personnes handicapées du monde entier de devenir des membres à part entière de leur communauté.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel