30/07/2006
Secrétaire général
SG/SM/10579

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

« BIEN DES QUESTIONS ENTOURENT LA MORT TRAGIQUE DES QUATRE OBSERVATEURS DE L’ONU TUÉS AU LIBAN ET IL FAUDRA Y RÉPONDRE », DÉCLARE KOFI ANNAN EN LEUR RENDANT HOMMAGE


(Publié le 10 août, retardé à la traduction)


On trouvera ci-après le message du Secrétaire général de l’Organisation des Nations Unies, M. Kofi Annan, à un service honorant la mémoire des observateurs militaires des Nations Unies qui ont trouvé la mort le 25 juillet 2006 à la base de patrouille de Khiyam.  Ce message a été prononcé le 30 juillet à Jérusalem par Alvaro de Soto, Coordonnateur spécial des Nations Unies pour le processus de paix au Moyen-Orient:


C’est avec une profonde douleur que j’envoie ce message à tous ceux qui, au siège de l’ONUST –Government House à Jérusalem– sont venus rendre hommage aux observateurs militaires des Nations Unies –Du Zhaoyu, Paeta Hess-Von Kruedener, Hans-Peter Lang et Jarno Makinen– qui, le 25 juillet 2006, ont trouvé la mort à la base de patrouille de Khiyam, au Liban du sud.


Venus de différentes nations, les hommes que nous avons perdus mardi dernier œuvraient ensemble pour accomplir la mission difficile que leur avait confiée l’Organisation des Nations Unies.  Mais ils étaient aussi des pères, des maris, des fils, des frères, des amis et des collègues.  Ils sont morts à leur poste.  Nous, leurs collègues, devons tous les pleurer amèrement, mais aussi être fiers de leur exemple.  L’ONU leur sera éternellement reconnaissante.


Nos collègues décédés rejoignent 44 de leurs prédécesseurs qui ont sacrifié leur vie au service de l’ONUST, ainsi que les 259 hommes et femmes morts au service de la FINUL –y compris, je le crains, le fonctionnaire civil et son épouse portés disparus à Tyre le 17 juillet– et les 42 hommes et femmes morts au service de la FNUOD.  Ces chiffres sont un rappel du sacrifice suprême consenti au Moyen-Orient par des personnes de nombreuses nations qui ont donné leur vie en servant la cause de la paix sous le pavillon bleu de l’Organisation des Nations Unies.


Ceux qui sont morts mardi à la base de patrouille de Khiyam étaient les yeux du monde, rendant compte en détail des actions des armées et des milices au Liban du sud, théâtre le plus dangereux d’un conflit qui désormais embrase tout le pays, ainsi qu’une bonne partie du nord d’Israël.


Bien des questions entourent la mort tragique de ces soldats sans armes et il faudra y répondre.  Sans hélas les rendre à leur famille, cela aidera à mieux assurer la sécurité présente et future des autres soldats de la paix.  En attendant, rendons leur hommage en faisant cesser dès que possible les tueries et les ravages et en venant en aide à tous ceux dont la vie est bouleversée.


Que ces braves reposent en paix.  Que les familles en deuil soient réconfortées par la noble cause pour laquelle ils sont morts.  Que les nations qui les ont envoyés ici soient fières de leurs hommes et de leurs femmes en uniforme.  Et que leurs collègues trouvent, dans leur sacrifice suprême, le courage et la détermination de continuer à servir la cause de la paix au Moyen-Orient et dans le monde entier.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel