21/07/2006
Conseil de sécurité
SC/8783
AFR/1411

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

DÉCLARATION À LA PRESSE DU CONSEIL DE SÉCURITÉ CONCERNANT LA GUINÉE-BISSAU


Vous trouverez ci-après la déclaration à la presse faite, le 21 juillet, par le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet, Jean-Marc de La Sablière (France), concernant la Guinée-Bissau:


Les membres du Conseil de sécurité ont reçu aujourd’hui du Représentant du Secrétaire général pour la Guinée-Bissau, M. João Bernardo Honwana, des informations sur l’évolution récente de la situation en Guinée-Bissau, telles qu’elles figurent dans le dernier rapport du Secrétaire général (S/2006/487).


Les membres du Conseil se sont déclarés préoccupés par la fragilité persistante de la situation politique dans le pays, les progrès limités en ce qui concerne la consolidation de la paix et de la stabilité et la lenteur de la réconciliation nationale. 


Les membres du Conseil se sont félicités des mesures prises par le Président Vieira pour engager un dialogue constructif avec les acteurs nationaux, notamment les partis politiques, les entreprises et les syndicats, mais aussi les partenaires de la société civile, dans le cadre des efforts déployés pour promouvoir la stabilité institutionnelle, accroître les chances d’une paix durable et satisfaire l’aspiration du peuple bissau-guinéen à un avenir plus prometteur. 


Les membres du Conseil ont déploré les pertes en vies humaines, les déplacements de population et la tension politique qu’ont entraîné les opérations menées par les forces armées de la Guinée-Bissau contre une faction du Mouvement des forces démocratiques de la Casamance dans le nord de la Guinée-Bissau.  


Les membres du Conseil ont réitéré l’appel du Secrétaire général à répondre positivement à l’appel éclair, afin de couvrir les besoins urgents des populations affectées par les opérations militaires au nord. 


Les membres du Conseil ont pris note de l’existence d’un trafic de stupéfiants dans les îles côtières de la Guinée-Bissau et encouragé la communauté internationale à susciter une prise de conscience et à examiner les moyens d’aider le Gouvernement de la Guinée-Bissau à lutter contre ce problème. 


Les membres du Conseil ont demandé instamment à tous les dirigeants politiques en Guinée-Bissau de faire preuve de la volonté politique nécessaire et de rechercher un dialogue constructif, non exclusif et pacifique visant à consolider le processus démocratique. 

Les membres du Conseil ont renouvelé leur appel à la communauté internationale pour lui demander de rester engagée en Guinée-Bissau, en particulier de continuer à apporter aux pays une assistance économique et financière, ainsi que dans le domaine de la réforme du secteur de la sécurité.  À cet égard, ils ont rendu hommage au soutien financier apporté par le Nigéria, la Communauté économique des États de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) et le Brésil, au nom de la Communauté des pays de langue portugaise (CPLP), et encouragé les autres membres de la communauté internationale à agir en ce sens. 


Les membres du Conseil ont par ailleurs réaffirmé leur intention de suivre de près l’évolution de la situation en Guinée-Bissau, en tant que moyen de garantir les efforts actuellement consentis pour consolider le processus démocratique et la paix, et se sont déclarés prêts à examiner les recommandations que fera le Secrétaire général sur le rôle futur du Bureau d’appui des Nations Unies pour la consolidation de la paix en Guinée-Bissau. 


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel