09/01/2006
Assemblée générale
GA/SM/366
GA/10445

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

L’ONU DOIT AUJOURD’HUI ETRE PLUS EFFICACE QUE JAMAIS, DIT LE PRÉSIDENT DE L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE DANS SON MESSAGE À L’OCCASION DU SOIXANTIÈME ANNIVERSAIRE DE LA PREMIÈRE SESSION DE L’ASSEMBLÉE


(Publié le 27 janvier – retardé à la traduction)


On trouvera ci-après le texte de la déclaration faite le 10 janvier par le Président de l’Assemblée générale, Jan Eliasson (Suède), à l’occasion du soixantième anniversaire de la première session de l’Assemblée générale des Nations Unies:


Il y a exactement 60 ans jour pour jour que la première session de l’Assemblée générale des Nations Unies s’est ouverte à Londres.


Au fil des ans, l’Assemblée a beaucoup évolué.  En 1946, les États Membres étaient au nombre de 51; ils sont aujourd’hui 191.  En 1946, l’ordre du jour était centré sur les problèmes du monde au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. Dans les années 50 et 60, c’est la décolonisation qui y occupait une place prépondérante.


Tout au long des 60 dernières années, l’Assemblée à adopté des décisions historiques sur des questions intéressant l’humanité tout entière, de la Déclaration universelle des droits de l’homme, en 1948, aux Objectifs du Millénaire pour le développement, en 2000.  Quant à l’ONU, elle a dirigé un nombre considérable d’activités concrètes visant à promouvoir le développement, la démocratie et les droits de l’homme, à protéger l’environnement et à maintenir la paix et la sécurité.


Aujourd’hui, les responsabilités de l’Assemblée s’étendent aux menaces et aux problèmes anciens et nouveaux qui touchent la sécurité internationale, le développement et l’atténuation de la pauvreté, la lutte contre les maladies transmissibles, le respect des droits de l’homme, l’assistance humanitaire, la non-prolifération et le désarmement, ou encore la lutte contre le terrorisme.


En revanche, certaines de ses principales caractéristiques n’ont pas évolué. L’Assemblée générale reste le seul organe intergouvernemental universel dans le monde et, en septembre 2005, la plus grande rencontre de dirigeants mondiaux jamais organisée a été l’occasion de réaffirmer « son rôle central en tant que principal organe délibérant et représentatif de l’Organisation des Nations Unies ».


Les mots du docteur Zuleta Angel, de Colombie, le premier orateur à prendre la parole le 10 janvier 1946, restent remarquablement d’actualité.  Il avait déclaré: « Le monde entier attend maintenant nos décisions, et de bon droit, quoique avec une appréhension compréhensible, il attend que nous montrions notre capacité à régler nos difficultés ».


Dans un monde plein d’incertitude et de méfiance, nous avons besoin plus que jamais d’une Organisation des Nations Unies dynamique et d’une Assemblée générale efficace.  C’est à nous, Membres de l’Assemblée, de nous montrer capables de relever énergiquement les grands défis du XXIe siècle.  C’est également à nous de répondre aux exigences de la coopération internationale et du multilatéralisme auxquelles le monde doit aujourd’hui faire face.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel