12/07/2006
Conseil économqiue et social
ECOSOC/6221

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil économique et social

Session de fond de 2006 – après-midi


L'ECOSOC TIENT UN DIALOGUE AVEC L'ÉQUIPE DE L'ONU EN INDONÉSIE SUR LE RÔLE DE L'ONU POUR LA CRÉATION D'EMPLOIS


(Publié tel que reçu)


Genève, 12 juillet (Service d’information des Nations Unies) -- Le Conseil économique et social a tenu cet après-midi un échange avec l'équipe de pays des Nations Unies en Indonésie sur « le rôle de la coopération des Nations Unies au développement pour la création d'emplois et le travail décent: résultats, cohérence et appui à l'échelle du système grâce au Plan-cadre des Nations Unies pour l'aide au développement ».


M. Léo Mérorès, Vice-Président du Conseil économique et social, a introduit le débat en déclarant que l'Indonésie, qui a fait face à plusieurs problèmes majeurs ces dernières années, est autant assaillie de défis que riche de potentialités.  Les exposés devraient permettre de voir comment ce pays répond aux défis consistant à réduire la pauvreté et réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement, notamment au moyen de stratégies d'emploi, et de déterminer quel est le rôle stratégique de la coopération du système des Nations Unies pour le développement. 


M. Bambang Widianto, Ministre délégué à la planification de l'Indonésie, a insisté sur l'importance de connaître les conditions propres aux pays avant d'émettre des recommandations en matière de coopération.  L'assistance au développement doit s'aligner sur les stratégies de développement et de réduction de pauvreté du pays concerné, a-t-il souligné.  Le Ministre a signalé que l'Indonésie, qui compte 11 millions de chômeurs, a établi diverses stratégies pour résoudre ce problème: mesures d'action au niveau des collectivités, développement d'emplois dans les zones rurales ou mesures visant à améliorer les systèmes de protection sociale. 


M. Bo Asplund, Coordonnateur résident du système des Nations Unies en Indonésie, a présenté le contexte dans lequel s'insèrent les activités des institutions des Nations Unies en Indonésie.  Leur action implique trois grands groupes de travail dont les résultats sont mesurables en termes de renforcement du développement humain dans le cadre des Objectifs du Millénaire pour le développement.  Une difficulté propre à l'Indonésie est celle des énormes disparités régionales que connaît ce pays, disparités qui se reflètent dans la structure de l'implantation des bureaux des Nations Unies. 


M. Peter Rademaker, Directeur adjoint du bureau de l'Organisation internationale du travail en Indonésie, a souligné qu'il y a eu une croissance importante en Indonésie mais qu'elle ne s'est pas traduite par la création d'emplois.  Afin d'améliorer la situation de l'emploi, il a proposé, entre autres mesures, d'améliorer la gestion des marchés, de favoriser le dialogue entre les différents partenaires sociaux et de veiller à limiter la fuite des cerveaux. 


M. Masayoshi Matsushita, représentant de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), a présenté plusieurs projets précis engagés par son organisation en matière de développement industriel durable.  L'Indonésie est un pays gigantesque regroupant des communautés très diverses: il est donc très difficile d'y définir une politique de développement nationale, l'action dans ce domaine devant être régionale. 


Mme Gwi-Yeop Son, Directrice de pays et représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le développement, a mis en évidence la forte corrélation qui existe entre fort taux de chômage et violence et, à cet égard, souligné l'importance de favoriser la cohésion et l'intégration sociales.  Elle a également mis en évidence l'importance du développement économique et de l'emploi dans la consolidation de la paix, citant divers exemples de mesures initiées par les Nations Unies à Banda Aceh. 


La Guinée, les États-Unis, la France, la Finlande (au nom de l'Union européenne) et la Fédération de Russie ont participé au débat, soulevant des questions relatives notamment au choix des secteurs d'action, l'importance de la bonne gouvernance pour l'application des programmes de développement, la composition des équipes des Nations Unies sur le terrain et leurs relations entre elles.  Le problème des effets de l'afflux massif de fonds d'aide après le raz-de-marée en 2004/2005 a été évoqué par certains intervenants. 


En début de séance, la représentante de l'Inde a remercié le Conseil économique et social de l'expression de ses condoléances suite aux attaques terroristes qui se sont produites hier, notamment à Mumbai, rappelant que la communauté internationale doit continuer de lutter avec détermination contre le terrorisme. 


La journée de demain sera consacrée à une discussion générale sur la suite donnée aux recommandations de politique générale de l'Assemblée générale et du Conseil s'agissant des activités opérationnelles du système des Nations Unies au service de la coopération internationale pour le développement.  Le Conseil doit clore dans l'après-midi son débat consacré aux activités opérationnelles. 



Dialogue avec l'équipe de pays des Nations Unies en Indonésie


Introduction


M. LÉO MÉRORÈS, Vice-Président du Conseil économique et social, a insisté sur la nécessité de déterminer comment lier les deux niveaux de discussion que sont l'efficacité du système des Nations Unies à l'échelon national et l'examen des problèmes mondiaux, de sorte que le rôle du système des Nations Unies pour le développement dans le contexte des problèmes mondiaux soit mis en avant dans le contexte national.  Il s'agit aussi de situer dans un contexte spécifiquement national les réformes opérationnelles actuellement mises en œuvre pour assurer que le système des Nations Unies pour le développement soit mieux à même de régler efficacement les questions de portée mondiale.


M. Mérorès a indiqué que la réunion-débat de cet après-midi accueille l'équipe de pays des Nations Unies en Indonésie qui fera part de son expérience et de ses idées sur le thème du « rôle de la coopération du système des Nations Unies pour le développement dans la création d'emplois et dans la recherche d'un travail décent: résultats, cohérence et appui à l'échelle du système des activités menées au titre du Plan-cadre des Nations Unies pour l'aide au développement ».  L'Indonésie a fait face à plusieurs problèmes majeurs, a rappelé M. Mérorès: crise financière asiatique, transition incertaine après 30 années d'autocratie, corruption patente des institutions publiques, entre autres.  On peut dire que ce pays se trouve toujours dans une période de transition, même si sa transition démocratique est désormais bien enracinée.  L'Indonésie, en réalité, est autant assaillie de défis que riche de potentialités.  Les exposés qui vont suivre devraient permettre de mieux connaître ce pays et de voir comment il répond aux défis consistant à réduire la pauvreté et à réaliser les Objectifs du Millénaire pour le développement, notamment au moyen des stratégies d'emploi.  Il s'agira également de déterminer quel est le rôle stratégique de la coopération du système des Nations Unies pour le développement.  Le Conseil attend du représentant du Gouvernement et des membres de l'équipe de pays des Nations Unies en Indonésie qu'ils indiquent dans quel sens il convient d'orienter les prochaines mesures de réforme, a précisé le Vice-Président de l'ECOSOC. 


Présentations


M. BAMBANG WIDIANTO, Ministre délégué à la planification de l'Indonésie, a souligné que le problème du chômage revêt une grande importance pour son pays et contribue au problème de la pauvreté.  Il a fait observer que la capacité de s'adapter à la situation propre à chaque pays est primordiale pour assurer une aide de qualité.  De fait, l'assistance au développement doit s'aligner sur les stratégies de développement et de réduction de la pauvreté propres au pays concerné, a-t-il souligné.  Il faut également veiller à éviter les double-emplois pour garantir une véritable qualité de l'aide.  En ce qui concerne le cas de l'Indonésie, la question de la vulnérabilité revêt une importance particulière pour aborder les problèmes de pauvreté.  Pour ce qui est de la scolarisation, 99% de la classe d'âge concernée est inscrite à l'école primaire, mais il existe une forte disparité entre pauvres et riches -disparité que l'on retrouve au niveau de l'éducation supérieure.  Il existe en outre une disparité entre villes et campagnes, a poursuivi M. Widianto.  De plus, les pauvres n'ont pas accès à l'eau potable, a-t-il ajouté.  M. Widianto a souligné que la réduction de la pauvreté fait partie intégrante des plans de développement de l'Indonésie.  Les autorités indonésiennes ne sont pas en mesure de préciser quelles seront les dépenses nécessaires pour parvenir à la réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement, a-t-il ajouté.  Actuellement, l'Indonésie compte 11 millions de chômeurs, a-t-il indiqué.  Parmi les stratégies mises en œuvre par l'Indonésie pour pallier ce problème, figurent notamment des mesures visant à rendre autonomes les pauvres eux-mêmes, à agir au niveau des collectivités, à développer des emplois en milieu rural et à améliorer les systèmes de protection sociale.  Le Ministre délégué à la planification a affiché la volonté de l'Indonésie de supprimer le travail des enfants, de favoriser l'emploi des jeunes et d'améliorer le marché du travail. 


M. BO ASPLUND, Coordonnateur résident du système des Nations Unies, Coordonnateur pour les affaires humanitaires et Représentant résident du PNUD en Indonésie, a présenté le cadre dans lequel s'insèrent les activités des institutions des Nations Unies en Indonésie.  Les programmes des Nations Unies y sont intégrés dans un cadre commun d'aide au développement, a-t-il souligné.  L'évaluation par pays est très liée au plan de développement national, a-t-il également fait valoir.  La coopération avec les ministères et la société civile indonésiens est très étroite, le nombre de programmes communs ne cessant d'augmenter, a-t-il précisé.  Le renforcement des capacités des gouvernements locaux est une priorité, de même que le suivi des travaux, a indiqué M. Asplund.  Un autre axe d'action consiste à renforcer la gouvernance.  Enfin un troisième axe d'action est celui de la protection et de l'autonomisation des personnes les plus vulnérables, le chômage étant à cet égard un très important facteur de marginalisation.  Les priorités du plan quinquennal indonésien guident l'action des Nations Unies sur le terrain, a souligné le Coordonnateur résident.  En outre, les résultats enregistrés dans la réalisation du plan national de développement sont également pris en compte par les experts des Nations Unies.  Le budget sur cinq ans est évalué à cinq milliards de dollars, soit une somme dépassant déjà le montant de l'aide publique au développement -ce qui témoigne de l'importance de l'action des Nations Unies, a fait observer M. Asplund.  La réalisation des Objectifs du Millénaire pour le développement en Indonésie avance dans la bonne direction puisque l'on enregistre plusieurs bons résultats, mais pas en matière de réduction de la mortalité infantile, a-t-il précisé.  Une difficulté propre à l'Indonésie réside dans les énormes disparités régionales que connaît ce pays composé de plus de 17 000 îles; ces disparités se reflètent dans la structure de l'implantation des bureaux des Nations Unies.  M. Asplund a mis l'accent sur l'action menée par les Nations Unies à Aceh suite au raz-de-marée de 2004/2005.  Un programme est géré par le Programme des Nations Unies pour le développement et certaines actions sont ciblées sur les provinces les plus pauvres du pays, soit la partie orientale de l'Indonésie. 


M. PETER RADEMAKER, Directeur adjoint du bureau de l'Organisation internationale du travail en Indonésie, a fait observer que l'Indonésie a connu une croissance importante qui ne s'est toutefois pas traduite par la création d'emplois.  Pour pallier les divers problèmes auxquels doit faire face ce pays, il a notamment proposé d'améliorer la gestion des marchés.  Il faut parvenir à un équilibre entre souplesse et sécurité, a-t-il souligné, expliquant qu'il faut de la souplesse et de la flexibilité pour intégrer les marchés, tout en veillant à protéger les travailleurs.  Pour cette raison, un dialogue a été entamé avec les différents acteurs sociaux en Indonésie, notamment avec les syndicats, a-t-il précisé.  M. Rademaker a fait remarquer que l'Indonésie a fait des progrès considérables en matière d'élimination du travail des enfants.  Il a d'autre part indiqué que l'Indonésie est au deuxième rang des pays exportateurs de main d'œuvre, ce qui constitue une perte de compétences.  La question se pose donc de la protection de ces migrants, a déclaré M. Rademaker, ajoutant qu'heureusement, les Nations Unies s'activent dans ce domaine. 


M. MASAYOSHI MATSUSHITA, représentant de l'Organisation des Nations Unies pour le développement industriel (ONUDI), a présenté plusieurs projets précis engagés par son organisation en matière de développement industriel durable: développement des petites et moyennes entreprises, renforcement de l'efficacité énergétique, réinsertion des communautés des zones touchée par les conflits ou les catastrophes naturelles, programmes axés sur l'emploi des jeunes.  Les disparités de revenus sont très importantes en Indonésie, les zones orientales étant très peu industrialisées et donc peu susceptibles de créer des emplois, a-t-il fait observer.  Aussi, a-t-il fait part d'un programme de développement à l'intention de ces régions, qui vise notamment le secteur alimentaire et celui de la pêche.  Une méthode de normalisation des produits agricoles a permis d'en augmenter les débouchés.  L'Indonésie est un pays gigantesque regroupant des communautés très diverses: il est donc très difficile de définir une politique de développement nationale, l'action dans ce domaine devant avoir une dimension avant tout régionale, a poursuivi M. Matsushita.  Les programmes opérationnels dans les régions de l'après-conflit et dans celles touchées par le raz-de-marée de décembre 2004 ont permis de dégager des leçons utiles pour l'application des plans des Nations Unies, lesquels ont toujours pour objectif la création d'emplois par la reprise industrielle.  Les secteurs concernés sont en particulier la menuiserie, la production d'énergie et les télécommunications, a précisé le représentant de l'ONUDI, ajoutant que l'aide concerne aussi les petites et moyennes entreprises.


MME GWI-YEOP SON, Directrice de pays et représentante résidente du Programme des Nations Unies pour le développement en Indonésie, a attiré l'attention sur la forte corrélation qui existe entre taux de chômage élevé et violence.  Elle a souligné l'importance de favoriser la cohésion et l'intégration sociales, ce qui, dans le cas de l'Indonésie, passe par l'adoption de mesures visant à favoriser le dialogue entre musulmans et chrétiens.  Elle a en outre souligné l'importance du développement économique et de l'emploi pour la consolidation de la paix.  En Aceh, suite à la catastrophe, le système des Nations Unies est parvenu à générer plus de 50 000 emplois; afin que la transition se fasse sans heurt, plus de 20 000 personnes ont reçu une assistance, un soutien a été apporté aux petites et moyennes entreprises et des projets de micro-financement ont été mis en place.  Actuellement, le chômage et l'inflation font l'objet d'une attention toute particulière.  Mme Gwi-Yeop Son a également insisté sur l'importance que revêtent la bonne gouvernance, associée à un cadre juridique adéquat, et de bonnes politiques macro-économiques. 


Commentaires et questions


Un représentant a rappelé l'importance de l'Indonésie en tant que modèle pour d'autres pays du Sud.  Le chômage, certes important, n'atteint pas des niveaux catastrophiques dans ce pays, a-t-il été souligné. 


Un autre intervenant s'est étonné que les difficultés structurelles de l'Indonésie soient traitées comme si le pays émergeait d'un véritable conflit, alors qu'il pourrait s'agir, a-t-il suggéré, d'une lente sortie de crise institutionnelle.  La stratégie de développement actuellement appliquée en Indonésie est-elle durable, compte tenu des problèmes de gestion de ressources naturelles que connaît encore le pays, a-t-il été demandé? 


Un intervenant s'est enquis du rôle de l'Organisation des Nations Unies pour l'alimentation et l'agriculture (FAO) et du secteur informel dans les réformes mises en œuvre en Indonésie. 


Un intervenant s'est enquis de l'effectif exact de l'équipe de pays en Indonésie et de sa répartition dans le pays.  Des conflits existent-ils au sein même des équipes des Nations Unies, a-t-il été demandé?  Il a aussi été demandé si les Nations Unies entendent mener une évaluation de leur action dans le pays. 


Le problème de la gestion de l'afflux massif d'aide après le raz de marée de 2004 a aussi été évoqué. 


Réponses des panélistes


M. WIDIANTO a souligné qu'en Indonésie, 70% des emplois se concentrent dans le secteur informel et qu'il n'est, par conséquent, pas possible d'appliquer toutes les règles des pays développés.  Certes la croissance est très importante, mais elle ne suffit pas; en outre, améliorer le climat des investisseurs va prendre un temps considérable.  En attendant, que faire, s'est-il interrogé ?  Une chose est sûre: l'emploi est au centre des soucis de l'Indonésie, a précisé le Ministre indonésien. 


M. ASPLUND a précisé que, quel que soit le volume de l'aide publique au développement, ce n'est qu'une goutte d'eau dans la mer si on le compare à ce que le Gouvernement dépense pour le développement.  Les relations avec la Banque mondiale sont excellentes, a-t-il par ailleurs fait remarquer.  Il peut exister des différences de fond, mais, en fin de compte, elles constituent une bonne chose, a estimé le Coordonnateur résident.  S'agissant de la question du chevauchement des mandats, il a précisé que les différents fonds et programmes sont plus enclins à travailler comme un système unique qu'en tant que sièges distincts. 


MME SON a souligné qu'en ce qui concerne Aceh, le processus de paix a commencé parce que le Gouvernement était déterminé à établir un dialogue et à soutenir ce processus.  Elle a convenu que les provinces autres qu'Aceh ont tout autant besoin d'aide.  Même si le travail se focalisait surtout sur Aceh, nous avons veillé à ce qu'il n'y ait pas de « jalousie » de la part des communes et provinces voisines, a précisé la représentante résidente du PNUD.  De fait, de l'aide leur a aussi été apportée, a-t-elle ajouté. 


M. MATSUSHITA a attiré l'attention sur les disparités de développement économique existant entre Java, Sumatra ou l'agglomération de Jakarta, précisant qu'elles causaient incertitudes et frustrations pour ceux qui vivent en zone rurale.  Ce facteur pourrait contribuer à expliquer l'instabilité qui règne dans certaines régions, a-t-il affirmé.  L'équipe de pays des Nations Unies en Indonésie est très forte et s'est consolidée, et c'est ce travail d'équipe qui explique les bons résultats enregistrés, a-t-il par ailleurs fait valoir.  Bien qu'indépendantes, les différentes institutions travaillent de concert dans le cas de l'Indonésie, a souligné le représentant de l'ONUDI. 


M. RADEMAKER a insisté sur le fait que le secteur de l'agriculture a beaucoup souffert suite à la catastrophe de décembre 2004.  Les stratégies mises en place dans le pays concernent aussi le secteur informel, a-t-il souligné, citant l'exemple des salaires qui ont été fixés dans ce secteur et qui servent désormais de critère.  L'emploi des jeunes reste fondamental, a rappelé le Directeur adjoint du bureau de l'OIT.  Ce n'est certes pas l'emploi qui crée la paix, mais l'absence d'emploi la compromet, a-t-il fait remarquer.


*   ***   *


À l’intention des organes d’information • Document non officiel