30 juillet 2006
Conseil de sécurité
CS/8791

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5499e séance – soir


CHOQUÉ PAR LE BOMBARDEMENT DE CANA PAR L’ARMÉE ISRAÉLIENNE, LE CONSEIL DE SÉCURITÉ APPELLE À LA CESSATION DE LA VIOLENCE ET SOULIGNE L’URGENCE D’UN CESSEZ-LE-FEU DURABLE


Tout en demandant un accès immédiat à l’aide humanitaire, il se dit déterminé à travailler à l’adoption d’une résolution pour régler durablement la crise


À l’issue de consultations officieuses sur la situation au Moyen-Orient, le Président du Conseil de sécurité pour le mois de juillet et Représentant permanent de la France, Jean-Marc de La Sablière, a lu ce soir, au nom des autres membres du Conseil, la déclaration suivante:


Le Conseil de sécurité se déclare extrêmement choqué et bouleversé par le bombardement d’un immeuble résidentiel par les Forces de défense israéliennes à Cana, dans le Sud-Liban, qui a entraîné la mort de dizaines de civils, pour la plupart des enfants, et blessé de nombreuses autres personnes. Il présente ses plus profondes condoléances aux familles des victimes et au peuple libanais.


Le Conseil de sécurité déplore vivement la perte de ces êtres innocents et la mort des civils dans le présent conflit et prie le Secrétaire général de lui rendre compte dans une semaine au plus tard des circonstances de ce tragique incident.


Le Conseil de sécurité se déclare préoccupé par la menace d’une escalade de la violence qui aggraverait encore la situation humanitaire, appelle à la cessation de la violence et souligne l’urgence d’un cessez-le-feu durable, permanent et viable.


Le Conseil de sécurité se déclare à nouveau extrêmement préoccupé par les pertes en vies humaines et les souffrances subies par les populations libanaise et israélienne, la destruction généralisée des infrastructures civiles et le nombre accru de personnes déplacées.


Le Conseil de sécurité demande instamment à toutes les parties d’autoriser un accès immédiat et sans restriction à l’aide humanitaire.


Le Conseil de sécurité déplore tous les actes dirigés contre le personnel des Nations Unies et demande que la sûreté et la sécurité de l’ensemble du personnel et des locaux des Nations Unies soient pleinement respectées.


Le Conseil de sécurité se déclare déterminé à travailler sans plus tarder à l’adoption d’une résolution pour régler durablement la crise, en s’appuyant sur les initiatives diplomatiques en cours.


Le Conseil de sécurité demeure saisi de la question.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel