23/03/2006
Conseil de sécurité
CS/8669

Département de l’information • Service des informations et des accréditations • New York

Conseil de sécurité

5393e séance – matin


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ PROROGE DE DOUZE MOIS LE MANDAT DE LA MISSION D’ASSISTANCE DES NATIONS UNIES EN AFGHANISTAN


Déterminé à aider le Gouvernement et le peuple afghans à tirer parti du succès de la Conférence de Londres qui s’est tenue les 31 janvier et le 1er février 2006, le Conseil de sécurité a décidé à l’unanimité, ce matin, de proroger le mandat de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) pour une nouvelle période de 12 mois, à compter d’aujourd’hui.


La résolution 1662 (2006), adoptée ce matin à l’unanimité, entérine les recommandations formulées par le Secrétaire général dans son rapport du 7 mars*.  Le Secrétaire général y précise qu’il incombe en premier lieu à la Mission de continuer à fournir aux dirigeants afghans et à leurs partenaires internationaux, y compris aux forces de sécurité, les conseils politiques et stratégiques dont ils auront besoin en abordant la phase de l’édification de l’État.  En tant que coprésidente du Conseil commun de coordination et de suivi, la MANUA aidera aussi le Gouvernement afghan à acquérir de la visibilité par rapport aux activités d’assistance internationale et militera pour un travail général de reconstruction plus méthodique à l’appui de la mise en œuvre du Pacte pour l’Afghanistan.


Le Conseil dans sa résolution a également lancé un appel au Gouvernement afghan pour qu’il poursuive les réformes administratives du secteur public et ses actions de lutte contre la corruption, telles que décrites dans le Pacte.  Il invite le Gouvernement afghan, avec l’assistance de la communauté internationale, à continuer d’œuvrer à un système de justice équitable et transparent et lance un appel pour que soient respectés pleinement les droits de l’homme et le droit humanitaire international sur tout le territoire afghan.  


Le Conseil salue par ailleurs l’adoption, le 12 décembre 2005, du Plan d’action relatif à la paix, à la justice et à la réconciliation et sollicite un appui international en faveur de cette initiative.


*     S/2006/145


LA SITUATION EN AFGHANISTAN


Texte du projet de résolution (S/2006/175)


Le Conseil de sécurité,


Rappelant ses précédentes résolutions sur l’Afghanistan, en particulier sa résolution 1589 (2005), par laquelle il a prorogé le mandat de la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan (MANUA) jusqu’au 24 mars 2006, et sa résolution 1659 (2006) par laquelle il a approuvé le « Pacte pour l’Afghanistan »,


Réaffirmant son ferme attachement à la souveraineté, l’indépendance, l’intégrité territoriale et l’unité nationale de l’Afghanistan,


Réaffirmant également, dans ce contexte, son appui à l’application par le Gouvernement afghan, ainsi que par tous les membres de la communauté internationale et les organisations internationales, sous le contrôle du peuple afghan, du Pacte pour l’Afghanistan, et son soutien à la Stratégie nationale intérimaire pour le développement de l’Afghanistan,


Proclamant son appui continu au Gouvernement et au peuple afghans, qui reconstruisent leur pays, renforcent les fondements de la démocratie constitutionnelle et reprennent la place qui leur revient dans le concert des nations en faisant fond sur l’aboutissement du Processus de Bonn,


Soulignant le droit inaliénable du peuple afghan de déterminer lui-même librement son avenir, et se félicitant du bon déroulement des élections législatives et provinciales qui se sont tenues le 18 septembre 2005,


Déterminé à aider le Gouvernement et le peuple afghans à tirer parti du succès de la Conférence de Londres qui s’est tenue les 31 janvier et 1er février 2006,


Reconnaissant le caractère interdépendant des défis à relever en Afghanistan et affirmant que les progrès durables enregistrés dans les domaines de la sécurité, de la gouvernance, du développement, ainsi que de la poursuite de l’objectif intersectoriel de lutte contre les stupéfiants, qui impliquent nécessairement le renforcement des capacités, se renforcent mutuellement, et se félicitant des efforts soutenus que déploient le Gouvernement afghan et la communauté internationale pour relever ces défis,


Conscient qu’il demeure important de lutter contre les attentats terroristes de plus en plus fréquents perpétrés par les Taliban, Al-Qaida et les autres groupes extrémistes et contre les menaces que font peser les stupéfiants,


Se déclarant préoccupé par la menace croissante que les activités extrémistes font peser sur la population locale, les forces nationales de sécurité, les forces militaires internationales et les efforts d’assistance internationale, et soulignant l’importance de la sécurité et de la sûreté du personnel des Nations Unies,


Redisant l’importance de la Déclaration de Kaboul sur les relations de bon voisinage (Déclaration de Kaboul), en date du 22 décembre 2002 (S/2002/1416), et soulignant que la coopération régionale constitue un moyen efficace de promouvoir la sécurité et le développement de l’Afghanistan,


Remerciant le Secrétaire général et son Représentant spécial pour l’Afghanistan de leurs efforts, qu’il soutient fermement,


Mettant l’accent sur le rôle central et impartial que l’Organisation des Nations Unies continue de jouer pour promouvoir la paix et la stabilité en Afghanistan, notamment en coordonnant et en contrôlant les efforts déployés pour mettre en œuvre le Pacte pour l’Afghanistan,


Accueille avec satisfaction le rapport du Secrétaire général du 7 mars 2006 (S/2006/145);


Se félicite de l’engagement pris par l’Organisation des Nations Unies de travailler durablement avec le peuple et le Gouvernement afghans;


Décide de proroger le mandat de la MANUA comme indiqué dans le rapport du Secrétaire général daté du 7 mars 2006 (S/2006/145) pour une nouvelle période de 12 mois à compter de la date d’adoption de la présente résolution;


Invite de nouveau le Gouvernement afghan, tous les membres de la communauté internationale et les organisations internationales à appliquer pleinement le Pacte et ses annexes;


Souligne qu’il importe d’atteindre les objectifs intermédiaires et de respecter les délais prévus dans le Pacte en vue d’aller de l’avant dans les domaines de la sécurité, de la gouvernance, du développement, et de la lutte contre les stupéfiants, qui est un objectif intersectoriel, et en vue d’accroître l’efficacité et d’améliorer la coordination de l’assistance à l’Afghanistan;


Engage toutes les parties et tous les groupes afghans à participer de façon constructive à l’évolution politique pacifique du pays, et à s’abstenir de recourir à la violence;


Se félicite des progrès considérables accomplis dans l’opération de désarmement, de démobilisation et de réinsertion, conformément à l’Accord de Bonn, notamment de l’aboutissement de l’entreprise de désarmement et de démobilisation; engage le Gouvernement afghan à achever l’opération d’ici à juin 2006; demande au Gouvernement afghan, notamment à ses services de sécurité, d’entreprendre vigoureusement de dissoudre les groupes armés illégaux et d’éliminer les stocks de munitions; et prie la communauté internationale de continuer à le soutenir dans cette entreprise, en tenant pleinement compte des orientations données par la MANUA;


Salue la formation de l’armée et de la police nationales afghanes et les efforts actuels tendant à renforcer leurs moyens comme autant d’étapes importantes sur la voie de la création de forces de sécurité afghanes qui veillent à la sécurité et garantissent l’état de droit dans tout le pays, et se félicite à cet égard des résultats de la Conférence de Doha sur le contrôle des frontières tenue le 28 février 2006;


Accueille avec satisfaction l’installation de la nouvelle Assemblée nationale afghane; salue les efforts déployés par les Afghans pour assurer son bon fonctionnement, qui est capitale pour l’avenir politique de l’Afghanistan; se félicite des initiatives internationales d’assistance technique; et engage toutes les institutions à travailler dans un esprit de coopération;


Lance un appel au Gouvernement afghan pour qu’il poursuive les réformes administratives du secteur public et ses actions de lutte contre la corruption, telles que décrites dans le Pacte;


Se félicite de la mise au point finale de la Stratégie décennale pour la réforme de la justice en Afghanistan, telle que décrite de façon détaillée dans le document « Justice for all » présenté par le Ministère de la justice; et invite le Gouvernement afghan, avec l’assistance de la communauté internationale, à continuer d’œuvrer à constituer un système de justice équitable et transparent, notamment en reconstruisant des prisons et en réformant le système pénitentiaire, tel que souligné dans le Pacte, afin de consolider l’état de droit dans l’ensemble du pays et de mettre fin à l’impunité;


Lance un appel pour que soient respectés pleinement les droits de l’homme et le droit humanitaire international sur tout le territoire afghan; à cet égard, prie la MANUA de continuer, avec l’appui du Haut Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, à aider à donner pleinement suite aux dispositions de la nouvelle Constitution afghane et aux traités internationaux auxquels l’Afghanistan est partie, en particulier ceux consacrant la pleine jouissance par les femmes de leurs droits fondamentaux; rend hommage à la Commission afghane indépendante des droits de l’homme pour les efforts courageux qu’elle déploie afin d’assurer le respect des droits fondamentaux en Afghanistan ainsi que la promotion et la défense de ces droits; et salue l’adoption, le 12 décembre 2005, du Plan d’action relatif à la paix, à la justice et à la réconciliation; et sollicite un appui international en faveur de cette initiative;


Accueille avec satisfaction la Stratégie nationale intérimaire pour le développement national de l’Afghanistan présentée à la Conférence de Londres; demande au Gouvernement afghan de donner des directives fermes pour sa mise en œuvre; et encourage les participants à la Conférence à honorer les engagements financiers, y compris l’assistance financière disponible pour la mise en œuvre de ladite stratégie, dont le montant se chiffre à 10,5 milliards de dollars;


Reconnaît le risque que présentent la culture, la production et le trafic d’opium pour la sécurité, le développement et la gouvernance de l’Afghanistan, ainsi que sur les plans régional et international; accueille avec satisfaction la Stratégie nationale de lutte contre les stupéfiants présentée par le Gouvernement afghan à la Conférence de Londres; lance un appel au Gouvernement afghan à continuer d’appliquer rapidement la stratégie; et encourage la communauté internationale à continuer d’apporter un appui accru aux quatre priorités dégagées dans ladite stratégie, notamment par des contributions au Fonds d’affectation spéciale pour la lutte contre les stupéfiants;


Souligne le rôle important que peut jouer, dans le suivi de la mise en œuvre du Pacte, le Conseil conjoint de coordination et de suivi qui, coprésidé par le Représentant spécial du Secrétaire général et le Gouvernement afghan, bénéficiera de l’appui d’un secrétariat restreint;


Accueille avec satisfaction la proposition du Secrétaire général tendant à renforcer la présence des bureaux régionaux, si la situation sur le plan de la sécurité le permet;


Invite toutes les parties afghanes et tous les membres de la communauté internationale à continuer de coopérer avec la MANUA à l’exécution de son mandat et à assurer la sécurité et la liberté de mouvement de son personnel dans tout le pays;


Appelle le Gouvernement afghan, aidé en cela par la communauté internationale et notamment la coalition de l’« opération Liberté immuable » et la Force internationale d’assistance à la sécurité, conformément à leurs attributions respectives qui peuvent évoluer, à continuer à faire face à la menace à la sécurité et à la stabilité de l’Afghanistan que font peser les membres d’Al-Qaida, les Taliban et d’autres groupes extrémistes et les activités criminelles;


Encourage à adopter des mesures de nature à instaurer la confiance entre l’Afghanistan et ses voisins dans l’esprit de la Déclaration de Kaboul afin de favoriser le dialogue et la coopération dans le respect total des principes d’intégrité territoriale, de respect mutuel, de bon voisinage et de non-ingérence dans les affaires intérieures;


Prie le Secrétaire général de lui faire rapport tous les six mois sur l’évolution de la situation en Afghanistan;


Décide de rester saisi de la question.


*   ***   *



À l’intention des organes d’information • Document non officiel