18/03/2005
Communiqué de presse
SG/SM/9766
ENV/DEV/828
OBV/470


KOFI ANNAN INVITE À FAIRE PLUS POUR MIEUX GÉRER LES RESSOURCES EN EAU QUI SONT LA « CLEF DE NOTRE SURVIE »


On trouvera ci-après le texte du message du Secrétaire général de l’ONU, M. Kofi Annan, à l’occasion de la Journée mondiale de l’eau, le 22 mars 2005:


L’eau est indispensable à la vie.  Or, des millions de personnes, partout dans le monde, manquent d’eau.  Des millions d’enfants meurent chaque année de maladies d’origine hydrique.  Et certains des pays les plus pauvres de la planète souffrent régulièrement de la sécheresse.


Le monde doit trouver de réelles solutions à ces problèmes.  Nous devons utiliser l’eau de façon plus rationnelle, surtout dans l’agriculture.  Nous devons libérer les femmes et les filles forcées d’aller chercher l’eau, parfois très loin, de cette corvée quotidienne.  Nous devons les associer aux décisions relatives à la gestion de l’eau.  Nous devons faire de l’assainissement une priorité, car c’est dans ce domaine que les progrès sont les plus lents.  Et nous devons montrer que les ressources en eau ne sont pas inévitablement une source de conflit, et peuvent au contraire stimuler la coopération. 


Des progrès considérables ont été accomplis.  Mais il reste de sérieux efforts à faire.  C’est pourquoi cette année, la Journée mondiale de l’eau marque le début d’une Décennie internationale d’action sur le thème « L’eau, source de vie ».  Le but est d’atteindre d’ici à 2015 les objectifs convenus à l’échelon international dans le domaine de l’eau et de l’assainissement, et de poser les bases de nouveaux progrès dans les années qui suivront.


Il s’agit d’un problème urgent de développement humain, autant que d’une question de dignité humaine.  En cette Journée mondiale de l’eau, prenons la résolution d’en faire plus pour que tous les êtres humains disposent d’eau salubre.  Et réaffirmons notre volonté de mieux gérer les ressources en eau de notre planète, qui sont la clef de notre survie et d’un développement durable au XXIe siècle.


*   ***   *