06/01/2005
Communiqué de presse
SC/8283
AFR/1088



DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR  LA RÉPUBLIQUE CENTRAFRICAINE


      Vous trouverez ci-après la déclaration à la presse faite aujourd’hui par le Président du Conseil de sécurité, César Mayoral (Argentine), sur la République centrafricaine:


Les membres du Conseil de sécurité ont entendu un exposé du Représentant du Secrétaire général, le général Lamine Cissé, sur la situation en République centrafricaine et les activités du bureau des Nations Unies pour la consolidation de la paix en République centrafricaine (BONUCA).  Ils ont réitéré leur plein soutien à l’action du Représentant du Secrétaire général dans ce pays.


Les membres du Conseil de sécurité se sont félicités des progrès accomplis jusqu’à présent par les Centrafricains dans la conduite du processus de transition qui doit permettre le retour à la légalité constitutionnelle et à l’État de droit.


Les membres du Conseil de sécurité ont encouragé les partenaires internationaux de la République centrafricaine à continuer à soutenir ce processus, en particulier en ce qui concerne le financement des prochaines échéances électorales qui doivent avoir lieu le 13 février 2005.


Les membres du Conseil ont pris note des difficultés résultant dela récente décision de la Cour constitutionnelle de transition d’exclure de l’élection présidentielle certains candidats.  Ils considèrent comme encourageantela décision du général François Bozizé, Chef de l’État, d’admettre la candidature des trois des sept candidats exclus par la Cour constitutionnelle de transition de l’élection présidentielle.  Ils ont appelé fermement le Général Bozizé, Chef de l’État, et tous les acteurs politiques à trouver rapidement une solution pertinente et consensuelle à cette situation pour sauver le processus électoral et la transition qui ont nécessité tant d’efforts et d’énergie.


Les membres du Conseil ont rappelé que seul un environnement propice à la tenue d’élections libres transparentes et démocratiques peut favoriser le fonctionnement régulier des institutions républicaines et la pérennité de l’État conformément aux dispositions de la nouvelle Constitution centrafricaine.  Toutes les mesures appropriées devront être prises à cet effet.


Les membres du Conseil ont appelé la communauté des donateurs internationaux à répondre généreusement à l’appel consolidé lancé par les Nations Unies au nom de la République centrafricaine en vue de satisfaire les besoins humanitaires préoccupants.


Les membres du Conseil ont invité le Secrétaire général à les tenir informés de tout nouveau développement en RCA et à faire le point de la situation dans ce pays par le biais de son Représentant au plus tard à la fin du mois de mars 2005.


*   ***   *