22/02/05
Communiqué de presse
CS/8318



Conseil de sécurité

5128e séance – après-midi


LE SOMMET DE CHARM EL-CHEIKH DONNE UN NOUVEL ÉLAN AU PROCESSUS DE PAIX ENTRE ISRAËL ET LES PALESTINIENS, DÉCLARE KIERAN PRENDERGAST


Le Conseil de sécurité a entendu cet après-midi une présentation faite par le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, Kieran Prendergast, sur la situation au Moyen-Orient, y compris la question palestinienne.


Après s’être félicité de l’amélioration des relations israélo-palestiniennes à la suite du Sommet organisé à Charm el-Cheikh par le Gouvernement égyptien le 8 janvier dernier, et au cours duquel le Premier Ministre israélien, Ariel Sharon, et le Président de l’Autorité palestinienne, Mahmoud Abbas, se sont rencontrés en présence du Roi de Jordanie et du Président de l’Égypte, M. Prendergast a décrit au Conseil les progrès accomplis grâce à la relation de travail revigorée entre Israël et l’Autorité palestinienne.  Il a ensuite évoqué les obstacles qui pourraient se poser à la mise en œuvre de la Feuille de route du Quatuor, notamment la persistance des limitations imposées aux déplacements des Palestiniens et à l’éclosion de leur économie, l’instabilité créée par l’attentat qui a coûté la vie à l’ancien Premier Ministre libanais, Rafiq Hariri, et les problèmes causés par les violations de l’espace aérien libanais par des avions de combat israéliens ainsi que par la barrière de sécurité construite par Israël sur des terres palestiniennes.  Évoquant la Conférence prévue au début du mois de mars à Londres, M. Prendergast a indiqué que les membres du Quatuor y auraient des entretiens afin d’évaluer les progrès enregistrés par les parties, et envisager les actions à mener au cours des prochains mois.  Le Secrétaire général prendra part à cette rencontre à laquelle participeront aussi les membres du G-8 et d’autres donateurs clefs, a précisé M. Prendergast.


LA SITUATION AU MOYEN-ORIENT, Y COMPRIS LA QUESTION PALESTINIENNE


Exposé


Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, M. KIERAN PRENDERGAST, a rappelé que depuis sa dernière présentation au Conseil de sécurité, les habitants du Moyen-Orient ont eu l’occasion d’espérer, à travers les progrès accomplis, le retour à la paix entre Israël et les Palestiniens.  En revanche, certains habitants de la région ont aussi exprimé leur colère et leur frustration face à l’attentat terroriste commis au Liban, et qui a coûté la vie à Rafiq Hariri.


Les espoirs qui se font jour au Moyen-Orient résultent du récent Sommet de Charm el-Cheikh au cours duquel le Premier Ministre Sharon et le Président Abbas se sont rencontrés, a dit M. Prendergast.  Les deux dirigeants ont réaffirmé au cours de cette rencontre leur attachement à la Feuille de route du Quatuor.  Ils ont aussi exprimé leur désir de s’éloigner de la mauvaise atmosphère créée par les violences, les bains de sang et le désespoir.  M. Abbas a ainsi déclaré que « tous les Palestiniens mettront fin aux actes de violence perpétrés contre des Israéliens où que ce soit » et M. Sharon a déclaré qu’« Israël mettra partout fin à ses activités militaires contre les Palestiniens ».  Les deux parties ont pris des initiatives pour profiter de l’élan imprimé par le Sommet de Charm el-Cheikh et le maintenir, a indiqué M. Prendergast.  Le Gouvernement d’Israël a ainsi annoncé qu’il libérerait 900 prisonniers palestiniens et qu’il se retirerait des villes de Cisjordanie et des zones environnantes, a dit M. Prendergast.  À la date du 21 février, a-t-il précisé, 500 prisonniers ont été libérés par Israël et des négociations visant la levée des obstacles qui peuvent se poser au retrait israélien sont en cours.  Nous espérons que les villes de Jéricho, Tulkarm, Qalqiliya, Bethléem et Ramallah pourront bientôt être transférées à l’Autorité palestinienne, a dit le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques.


Nous nous félicitons de la décision d’Israël de mettre fin à la démolition punitive de maisons palestiniennes, a poursuivi M. Prendergast.  Israël a d’autre part annoncé qu’il allait délivrer davantage de permis de travail aux palestiniens, et que le nombre de ces permis, qui permettent aux travailleurs palestiniens de se rendre en Israël par le point de passage d’Erez, atteindrait 1 600, a-t-il indiqué.  Du coté palestinien, a-t-il poursuivi, le Président Abbas a agi avec courage, afin de mettre fin aux violences.  Au cours du mois qui s’achève, 1 000 officiers de sécurité ont été déployés par l’Autorité palestinienne le long de la ligne de démarcation nord entre Israël et la bande de Gaza, a précisé M. Prendergast, en ajoutant que plusieurs centaines d’agents des forces de sécurité palestiniennes avaient également été déployées dans les districts du Centre et du Sud de Gaza.  Dans un geste de respect pour les engagements pris dans le cadre de la Feuille de route, Mahmoud Abbas a aussi entrepris la restructuration des services de sécurité palestiniens qu’il a divisés en trois branches distinctes: les forces nationales, les services de renseignements, et la police, qui toutes doivent rendre compte au Premier Ministre de l’Autorité palestinienne, a déclaré M. Prendergast.  Cette démarche, a-t-il estimé, démontre la détermination de M. Abbas à prévenir toutes les attaques.  Il a obtenu un résultat significatif quand, le 12 février dernier, le Hamas et le Jihad islamique, ont accepté un cessez-le-feu provisoire, a indiqué M. Prendergast.


Au-delà des démarches positives entreprises par chacune des parties, nous sommes encouragés par la reprise des contacts directs entre Israéliens et Palestiniens.  M. Sharon s’est dit prêt à coordonner son Plan de désengagement de Gaza et de certaines zones de la Cisjordanie avec la partie palestinienne, et les premières réunions relatives à cette politique ont déjà eu lieu, a annoncé M. Prendergast.  Nous félicitons le Premier Ministre israélien pour cette démarche qu’il accomplit malgré la multiplication des menaces proférées à son endroit par l’opposition israélienne.  La Knesset a exprimé son soutien à la politique de M. Sharon, en adoptant le 16 février dernier une loi sur les indemnisations et les évictions, qui est un acte d’accompagnement important pour les mesures de retrait.  Au cours du mois qui vient de s’écouler, a ensuite dit M. Prendergast, 54 Palestiniens et huit Israéliens ont été tués, tandis que 150 Palestiniens et 46 Israéliens étaient grièvement blessés, a-t-il cependant tenu à relever.  Malgré l’amélioration du climat politique et les premières mesures prises par Israël, la plupart des interdictions sur les mouvements de personnes restent en place à travers les contrôles, les couvre-feux, et les permis de travail et de déplacement, a-t-il fait remarquer au Conseil.  Ces obstacles à la vie normale des Palestiniens sont une menace au processus de paix, a indiqué M. Prendergast.


Le Secrétaire général adjoint s’est inquiété de la politique de bouclage des territoires qui continue de compromettre les activités de l’UNRWA, en entraînant des coûts financiers importants.  Il a ensuite rappelé que le 20 février dernier, le Cabinet israélien a approuvé la version révisée de la barrière de sécurité dont la trajectoire inclut toujours une large partie du territoire palestinien.  Tout en reconnaissant le droit d’Israël de protéger sa population, M. Prendergast a néanmoins lancé un appel au pays pour qu’il fasse en sorte que ses besoins en matière de sécurité n’augmentent pas les souffrances des Palestiniens, ni ne préjugent des solutions qui seront apportées aux questions liées au statut final ou ne menacent les perspectives à long terme de paix, en rendant difficile la création d’un État palestinien viable. 


M. Prendergast a aussi annoncé que les principaux membres du Quatuor tiendront une réunion, le 1er mars, en marge de la Conférence de Londres.  Cette Conférence, a-t-il fait observer, doit réunir les membres du Quatuor, ceux du G-8, un large éventail de pays donateurs et les représentants de l’Autorité palestinienne.  Le Président de l’Autorité palestinienne devrait y présenter l’ordre du jour de la réforme et évaluer des mécanismes appropriés pour aider les Palestiniens a jeté les bases d’un État indépendant, souverain, viable et démocratique.  La Conférence sera aussi l’occasion, a-t-il poursuivi, de mettre à jour la situation fiscale préoccupante de l’Autorité palestinienne et de répondre aux besoins d’assistance à court terme.  Une action consolidée de la part de la communauté internationale est nécessaire pour assurer la stabilité financière de l’Autorité palestinienne à ce moment critique, a souligné le Secrétaire général adjoint.


Parlant de la situation au Liban, M. Prendergast a rappelé que le Secrétaire général vient d’envoyer sur place une équipe, créée le 18 février, pour enquêter sur les circonstances, les causes et les conséquences de l’assassinat de l’ancien Premier Ministre, Rafiq Hariri.  Concernant, en particulier le Sud-Liban, il a fait part des tensions qui continuent d’opposer le Hezbollah et les forces de défense israéliennes.  Après avoir appelé le Gouvernement du Liban à étendre son autorité sur l’ensemble du territoire, le Secrétaire général adjoint a estimé qu’en adoptant un nouveau train de mesures à Charm el-Cheikh, le Premier Ministre israélien et le Président de l’Autorité palestinienne ont effectivement relancé le processus de mise en œuvre des dispositions de la Feuille de route.  L’objectif final demeure de mettre fin au conflit, à l’occupation et de créer un État palestinien vivant aux côtés d’Israël et en toute sécurité.  Le Secrétaire général adjoint s’est dit convaincu que l’année 2005 sera celle de toutes les occasions et a invité la communauté internationale à contribuer à transformer ces occasions en résultats concrets.


*   ***   *