7/7/2004
Communiqué de presse
SG/SM/9374



À L’OCCASION D’UNE CÉRÉMONIE AU SIEGE, LE SECRÉTAIRE GÉNÉRAL DEMANDE À TOUTES LES PARTIES EN CONFLIT DE DÉPOSER LES ARMES DURANT LES JEUX OLYMPIQUES


On trouvera ci-après les observations que le Secrétaire général, Kofi Annan, a faites lorsqu’on lui a remis le Flambeau olympique au Siège de l’Organisation des Nations Unies, à New York, le 19 juin:


Je suis profondément ému et très honoré de recevoir le Flambeau olympique, qui se trouve pour la première fois au Siège de l’Organisation des Nations Unies.


Il est particulièrement opportun que cette flamme, symbole de l’amitié entre les pays, éclaire l’Organisation des Nations Unies de sa lumière et de sa grâce.


Le Flambeau a déjà parcouru une très longue distance –Asie, Moyen-Orient, Afrique et Amérique latine– depuis qu’il a quitté l’Olympie il y a 12 semaines.  Je suis certain que les peuples de toutes ces régions auront été inspirés par le message qu’il véhicule.


Il est très approprié que ce soit des jeunes qui nous aient remis le Flambeau, d’autant que nos deux jeunes amis ont connu les souffrances causées par les conflits armés.


Mes amis, ces dernières années ont été difficiles et troublantes pour la famille des Nations.


C’est pourquoi, il est plus important que jamais que nous unissions nos forces pour donner vie à nos idéaux universels fondamentaux, idéaux partagés par le Mouvement olympique et l’Organisation des Nations Unies, à savoir la tolérance et la compréhension, l’égalité et la justice et, avant tout, la paix.


Un moyen d’y parvenir est d’observer la Trêve olympique, qui veut que le monde entier dépose les armes durant les Jeux.


La Trêve olympique est un concept unique.  Cette ancienne tradition grecque a été ravivée par l’Assemblée générale des Nations Unies, qui demande à tous les États Membres de cesser les combats pendant que des athlètes du monde entier sont réunis sous la noble flamme de ce Flambeau.


La Trêve devrait être perçue comme étant plus qu’un symbole.  Bien que limitée dans le temps et l’espace, elle peut offrir un sujet de consensus, une pause pour entamer un dialogue et une chance pour venir au secours d’une population qui souffre.  En bref, elle peut donner une raison d’espérer.


Ce soir, je demande à toutes les parties à un conflit armé, de quelque type que ce soit, d’observer la Trêve olympique et d’utiliser cette possibilité pour promouvoir la paix, le dialogue et la réconciliation.


Durant les Jeux olympiques de 2004, j’espère que la sérénité de la Flamme olympique fera taire le bruit des canons.  J’espère que tout un chacun recevra le message d’espoir que le Flambeau olympique véhicule à travers le monde, un message qui exprime toutes nos aspirations pour un monde meilleur et plus pacifique.


*   ***   *