11/06/2004
Communiqué de presse
SC/8119
AFR/966



DÉCLARATION À LA PRESSE DU PRÉSIDENT DU CONSEIL DE SÉCURITÉ SUR LE LIBÉRIA


Vous trouverez ci-dessous la déclaration à la presse faite hier par le Président du Conseil de sécurité, Lauro Baja (Philippines), concernant la situation au Libéria:


Le Conseil de sécurité a effectué un examen à mi-parcours du régime des sanctions à l’égard du Libéria, conformément à sa résolution 1521 (2003) du 22 décembre 2003. Ses membres ont entendu un exposé du Président du Comité du Conseil créé par la résolution 1521 (2003), concernant les travaux du Comité, notamment son examen du dernier rapport en date du Groupe d’experts concernant le Libéria.


Les membres du Conseil ont pris note de l’amélioration de la situation au Libéria et de son influence bénéfique sur l’application du régime des sanctions. Ils ont également constaté qu’aucune violation grave de l’embargo sur les armes et des mesures visant les diamants et le bois d’œuvre n’avait été signalée depuis août 2003. Cela étant, ils ont estimé que la paix restait fragile et que les conditions de la levée des sanctions n’étaient pas encore réunies.


Les membres du Conseil ont pris note des vues exprimées au Conseil le 3 juin 2004 par le Président du Gouvernement national de transition du Libéria, S. E. M. Gyude Bryant, et le Représentant spécial du Secrétaire général, Jacques Klein, sur la nécessité de lever les sanctions touchant les diamants et le bois d’œuvre dans les meilleurs délais afin de permettre au Gouvernement national de transition d’utiliser les propres ressources du Libéria aux fins de la reconstruction et du développement de ce pays dans l’intérêt de la population libérienne.


Les membres du Conseil ont pris acte des progrès réalisés par le Gouvernement national de transition en vue de satisfaire aux conditions de la levée des sanctions, en particulier celles touchant les diamants et le bois d’œuvre, et indiqué qu’ils étaient disposés à aider les autorités libériennes à réunir ces conditions.


Les membres du Conseil ont souligné que l’objet de la poursuite de l’application des mesures visant le Libéria n’était pas de punir le Gouvernement national de transition et la population libérienne, mais bien de garantir le caractère irréversible du processus de paix. Ils se sont déclarés disposés à continuer d’examiner périodiquement les mesures touchant les diamants et le bois d’œuvre en vue de leur éventuelle levée, compte tenu des résultats d’une nouvelle évaluation des progrès réalisés en ce qui concerne les critères retenus.


Les membres du Conseil ont pris acte des difficultés rencontrées par le Gouvernement national de transition dans les efforts qu’il déploie en vue de la reconstruction et du relèvement du Libéria et demandé aux membres de la communauté internationale de fournir en temps utile une assistance à ce pays et, en particulier, d’honorer les engagements qu’ils ont pris lors de la Conférence pour la reconstruction du Libéria tenue à New York les 5 et 6 février 2004.


*   ***   *