06/07/2004
Communiqué de presse
REC/169
WOM/1450



LES FEMMES ARABES LANCERONT CETTE SEMAINE UN APPEL À LA PAIX LORS DE LA RÉUNION

RÉGIONALE BEIJING + 10 DE LA COMMISSION ÉCONOMIQUE ET SOCIALE POUR L’ASIE OCCIDENTALE


(Adapté de l’anglais)


BEYROUTH, 6 juillet (Service d’information des Nations Unies) -- Plus de 400 femmes arabes ministres, parlementaires ou représentantes d’organisations non gouvernementales (ONG) lanceront un « appel à la paix », jeudi à Beyrouth, lors d’un forum régional organisé par la Commission économique et sociale pour l'Asie occidentale (CESAO) qui a son siège dans la capitale libanaise.


L’importance de cet événement, intitulé « Forum arabe régional 10 ans après Beijing: un appel à la paix », qui se tiendra du 8 au 10 juillet à la Maison des Nations Unies, tient à l’intérêt particulier que portent les Nations Unies aux conférences organisées par les cinq commissions régionales, dont la CESAO, dans le cadre des préparatifs de la 49e session de la Commission de la condition de la femme, qui aura lieu en mars 2005.


Au cours d’une réunion de pré-forum, mardi, la Secrétaire exécutive de la CESAO, Mervat Tallawy, a souligné que la condition de la femme était une priorité pour l’ONU depuis que l’Organisation a entrepris de faire mieux connaître et comprendre le rôle des femmes en tant qu’actrices du développement et dans la création des richesses nationales, que cette reconnaissance « s’exprime par la formation d’une commission spéciale sur les femmes, par la rédaction de lois, ou par le début de l’application de ces lois ».


L’« Appel à la paix » constituera le slogan de la réunion du Beyrouth, a souligné Mme Tallawy, devant des journalistes car au cours des trois décennies qui ont suivi la première Conférence internationale sur les femmes à Mexico, l’intérêt était porté aux questions d’égalité et de développement plutôt qu’au thème de la femme et de la paix alors que la  violence, les guerres, les purifications ethniques faisaient de plus en plus de ravages parmi les civils, les réfugiés, les personnes déplacées, dont une majorité sont des femmes et des enfants.


Selon Mme Tallawy alors que la condition de la femme arabe est parfois utilisée pour ternir la région, le sujet de l’émancipation et de l’indépendance des femmes arabes ne doit pas être jugé à l’aune du statut dont bénéficient les femmes occidentales, car « il ne leur est pas demandé d’imiter les femmes européennes ou américaines, mais plutôt d’être émancipées et indépendantes dans le contexte de leur environnement, de leur culture et de leur civilisation ».


Le Forum, qui débutera le 8 juin à 10 heures par la lecture d’un message du Secrétaire général des Nations Unies, Kofi Annan, examinera et évaluera les progrès accomplis dans les pays arabes en matière de condition féminine 10 ans après Beijing.


Parmi les participantes, outre des ministres, seront aussi présentes des chefs d’entreprises, des universitaires, des intellectuelles et des militantes qui suivront aux quatre séminaires prévus dans le cadre de la réunion et portant sur le rôle des femmes dans la vie politique, la vie publique, les médias et l’éducation, ainsi que dans les différents aspects de la société civile.


Pour plus d’information, veuillez consulter le site: www.escwa.org.lb.


*   ***   *