16/12/2004
Communiqué de presse
CS/8270



Conseil de sécurité

5102e séance – matin


LE CONSEIL DE SÉCURITÉ EST INFORMÉ D’UNE CONJONCTURE PROPICE À LA REVITALISATION DU PROCESSUS DE PAIX AU MOYEN-ORIENT


« Aujourd’hui, nous sommes dans une conjoncture propice à la revitalisation du processus de paix au Moyen-Orient », a affirmé, ce matin, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques devant le Conseil de sécurité.  Kieran Prendergast a cité deux facteurs qui rendent désormais plausible une réelle mise en œuvre de la Feuille de la route; le bon déroulement du processus de transition mené par la Direction palestinienne et l’initiative d’Israël de se retirer de Gaza et du nord de la Cisjordanie.


Les autorités palestiniennes ont continué à conduire la période de transition d’une manière qu’il faut saluer, a souligné le Secrétaire général adjoint en attirant l’attention du Conseil sur les préparatifs des élections présidentielles du 9 janvier prochain; l’intention déclarée du Président de l’Organisation pour la libération de la Palestine (OLP) de mettre fin à « la lutte armée »; ou encore la reconnaissance par les autorités palestiniennes de la nécessité de discipliner l’appareil sécuritaire. 


Avec l’émergence d’une atmosphère plus positive, l’appui des Palestiniens aux actes de violence et de terreur contre les Israéliens s’est sensiblement affaibli.  Toutes les factions palestiniennes semblent avoir pris note de cette transformation de l’opinion publique, a indiqué Kieran Prendergast, en rappelant que le Hamas a évoqué la possibilité d’un cessez-le-feu de longue durée et d’accepter la création d’un État palestinien vivant côte à côte avec Israël, dans les frontières de 1967, et avec Jérusalem comme capitale. 


LA SITUATION AU MOYEN-ORIENT, Y COMPRIS LA QUESTION PALESTINIENNE


Exposé


Dans son intervention, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a indiqué que les élections seront surveillées par plus de 400 observateurs internationaux, ajoutant que les Nations Unies avaient apporté une assistance technique à la Commission centrale électorale.  L’enregistrement des électeurs a repris le 24 novembre et s’est poursuivi jusqu’au 1er décembre.  Israël n’a pas levé l’interdiction d’enregistrer les électeurs de Jérusalem-Est, a-t-il reconnu, en se félicitant néanmoins que le Gouvernement israélien ait assuré l’ONU que les résidents de cette zone seraient en mesure de voter conformément aux modalités des élections présidentielles de 1996 établies dans les Accords d’Oslo.  Le Secrétaire général adjoint s’est aussi félicité de l’intention d’Israël de lever les restrictions imposées aux déplacements et de se retirer des villages et villes palestiniens.


Croyant en la tenue d’élections libres, justes et démocratiques, Kieran Prendergast a ensuite fait part des efforts déployés par les autorités palestiniennes pour la période postélectorale.  Il a rappelé les discussions qu’elles ont tenues avec les autorités syriennes et libanaises après une importante visite en Égypte.  Il a aussi cité les chiffres selon lesquels, pour la première fois depuis septembre 2000, une majorité de Palestiniens s’opposent aux actes de violence contre Israël et ont foi en l’avenir.  Toutes les factions palestiniennes semblent avoir noté cette transformation de l’opinion publique.


L’optimisme se reflète aussi, a-t-il dit, parmi les Israéliens.  Il a indiqué que 70% de personnes sont plus optimistes sur les chances de paix avec les Palestiniens et que 75% se prononcent en faveur d’une reprise des négociations.  Il a souligné que le Gouvernement d’Israël a grandement contribué à ce que se déroule une période de transition positive.  Le Premier Ministre israélien a parlé de contacts quotidiens entre les parties pour coordonner différents aspects des choses.  Il a réduit les activités militaires dans les zones contrôlées par l’Autorité palestinienne et fait part de son intention de cesser toutes les actions militaires pour autant que cesse la violence. 


Le Président de l’OLP et le Premier Ministre israélien ont aussi fait part de leur volonté de se rencontrer.  En outre, conformément à la demande du Quatuor, le Premier Ministre israélien a dit sa volonté de coordonner les arrangements en matière de sécurité avec l’Autorité palestinienne, dans le cadre du retrait des troupes et des colons israéliens de Gaza et des parties du nord de la Cisjordanie et du transfert des régions évacuées aux Palestiniens.


Faisant part d’autres évènements encourageants, le Secrétaire général adjoint a noté, dans ce contexte, que le niveau de violence a baissé au cours du mois de novembre.  Il a tout de même souligné que les militants palestiniens continuent de tirer des roquettes contre les colonies de peuplement et de viser le territoire d’Israël.  Il a aussi indiqué qu’à Gaza, la situation demeure instable et qu’Israël a continué ses exécutions extrajudiciaires, la destruction de maisons et maintenu les restrictions à la liberté de mouvement.  La construction du mur de sécurité, s’est aussi poursuivie, a ajouté le Secrétaire général adjoint avant de détailler les conséquences économiques de cette politique.  Là encore, il a indiqué que le nouvel esprit de coopération s’est illustré, la semaine dernière à Oslo, lors de la réunion du Comité ad hoc de liaison des donateurs, où Palestiniens, Israéliens et représentants clefs de la communauté internationale se sont rencontrés pour la première fois depuis un an. 


Passant à la réunion du Quatuor, le 23 novembre à Charm el-Cheikh, Kieran Prendergast a fait du consensus selon lequel la situation actuelle est porteuse de changement.  Les Nations Unies et leurs partenaires sont prêts à aider les parties à maintenir l’élan, a-t-il assuré, en rappelant que le but ultime demeure le même; la fin de l’occupation qui a commencé en 1967 et la création d’un État palestinien indépendant, souverain, viable, démocratique et vivant côte à côte avec Israël dans la paix et la sécurité.


Au niveau régional, le Secrétaire général a noté que les choses ont également avancé avec la volonté de la Syrie de reprendre les négociations avec Israël sans conditions et dans le cadre des résolutions pertinentes du Conseil de sécurité et du principe fondamental de la terre contre la paix.  Il s’est aussi félicité de la déclaration du Ministre israélien des affaires étrangères selon laquelle « Israël ne peut ignorer une main tendue ».  Compte tenu de ce contexte, le Secrétaire général a d’autant plus regretté la persistance de la tension le long de la Ligne bleue. 


*   ***   *