22/10/2004
Communiqué de presse
CS/8222



Conseil de sécurité

5060e séance – matin


CONSEIL DE SECURITÉ : “LA VIOLENCE EST DEVENUE LE MODE DE COMMUNICATION ENTRE ISRAÉLIENS ET PALESTINIENS”, DÉPLORE LE CHEF DES AFFAIRES POLITIQUES DE L’ONU


Le Conseil de sécurité a tenu, ce matin, sa réunion d’information mensuelle sur la situation au Moyen-Orient.  Faisant le point sur les derniers évènements, le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques, a indiqué qu’en l’occurrence “peu de positif et beaucoup de négatif” sont à signaler.  La violence et non la négociation, a dit Kieran Prendergast, est devenue le mode de communication dans cette partie de la région qui dérive vers le chaos parce que ni les Israéliens ni les Palestiniens ne remplissent leurs obligations en vertu de la Feuille de route. 


      Kieran Prendergast n’a pas caché son sentiment de pessimisme doublé de frustration parce que, s’est-il expliqué, la base du règlement du conflit – deux États vivant côte à côte - bénéficie de l’appui des Israéliens comme des Palestiniens.  Prévenant que les deux parties ne peuvent réussir seules, il a appelé à un engagement plus ferme de la communauté internationale, “ingrédient indispensable à la cessation de la violence et au retour de l’espoir au Moyen-Orient”. Le Secrétaire général adjoint a aussi évoqué la situation “relativement calme” au Sud-Liban et souligné le manque de progrès dans le volet “Syrie-Israël”.


Exposé


Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a commencé son exposé en rappelant que l’opération militaire lancée par Israël à Gaza a fait un grand nombre de victimes parmi les Palestiniens, dont des civils et des enfants.  Les attentats terroristes à Taba et au Sinaï, le 7 octobre, sont venus ajouter à la gravité de la situation. Depuis la dernière réunion d’information, il y a eu 206 morts parmi les Palestiniens et 13 parmi les Israéliens, a précisé Kieran Prendergast, en ajoutant que depuis septembre 2000, 3 839 Palestiniens ont trouvé la mort contre 979 Israéliens.  Les statistiques sont effrayantes et sont matière à réflexion. 


Kieran Prendergast a poursuivi en estimant que la violence à Gaza et dans ses alentours ne cesse de s’intensifier.  Le 29 septembre dernier, des tirs de roquettes Quassam lancés vers Israël ont tué deux enfants âgés de deux et quatre ans.  Au cours du mois passé, les militants palestiniens ont continué à tirer des roquettes Quassam causant des dégâts matériels.  L’Autorité palestinienne, a dit le Secrétaire général adjoint, doit faire tous les efforts pour faire cesser de telles attaques.  En guise de représailles, a-t-il aussi indiqué, Israël a lancé une opération importante dans le Nord de Gaza.  Le 30 septembre, au moins 35 Palestiniens ont été tués.  Au 15 octobre, date à laquelle les troupes israéliennes ont commencé leur redéploiement, 135 Palestiniens avaient été tués à Gaza.  Au cours de cette opération, une moyenne de huit Palestiniens étaient tués chaque jour et 30 autres blessés.


Compte tenu du nombre de morts parmi les civils dont des enfants, le Secrétaire général adjoint a demandé au Gouvernement israélien de respecter ses obligations en vertu du droit humanitaire international et de s’abstenir d’un recours disproportionné à la force.  Faisant également part de la poursuite des assassinats ciblés par Israël, il a réitéré son appel à l’arrêt immédiat de telles pratiques illégales, en particulier dans les zones à haute densité de population.  Il s’est aussi adressé à l’Autorité palestinienne pour lui demander de prendre des mesures décisives pour mettre fin à la terreur et traduire en justice les responsables d’actes terroristes.  Parlant de la situation en Cisjordanie, le Secrétaire général a rendu compte des actes de violence perpétrés par les colons israéliens avant d’appeler le Gouvernement israélien à exercer son autorité et traduire en justice ceux qui ont commis les crimes.


Sur le plan humanitaire, il a attiré l’attention sur les obstacles que continue de rencontrer le personnel impliqué.  L’Office de secours et de travaux des Nations Unies pour les réfugiés de Palestine dans le Proche-Orient (UNRWA), a-t-il dit, a été forcé de suspendre un grand nombre de ses opérations.  Toutefois, a-t-il encore dit, les Palestiniens souffrent beaucoup plus des restrictions imposées à la liberté de circulation.  L’économie connaît donc une situation difficile, a-t-il ajouté en annonçant une réunion des donateurs à la fin de cette année.  Rendant aussi compte de la poursuite de la destruction des maisons par Israël, il a annoncé la décision du Secrétaire général d’envoyer, au cours de cette semaine, une lettre au Président de l’Assemblée générale expliquant la structure et les activités prévues pour le constat des dommages causés par la construction du Mur.  Il est question de mettre sur pied un organe chargé d’examiner les demandes et l’éligibilité au processus du constat, de vérifier les faits et l’ampleur des dommages ainsi que le lien entre la construction du Mur et les dommages subis.


Parlant de la mise en oeuvre de la Feuille de route, le Secrétaire général adjoint a indiqué qu’Israël n’a toujours pas honoré ses obligations, n’ayant ni démantelé  les colonies de peuplement ni imposé un gel sur les installations de colonies, y compris dues à la croissance démographique naturelle.  Pendant les années 2002 et 2003, le colons de la Cisjordanie et de Gaza ont reçu deux fois plus d’aide financière du Ministère de l’intérieur que n’importe quelle autre communauté juive.  Cela est d’autant plus préoccupant, a confié le Secrétaire général aux affaires politiques, que la première colonie à l’avant-poste de Gaza vient d’être construite et que le nombre de nouveaux appartements vendus en Cisjordanie et à Gaza a augmenté de plus de 20% au cours des sept premiers  mois de cette année, par rapport à 2003. 


De son côté, a précisé Kieran Prendergast, l’Autorité palestinienne doit prendre des mesures véritables, déterminées et durables pour s’assurer qu’un Premier Ministre et un Cabinet dotés des pleins pouvoirs peuvent honorer les obligations des Palestiniens en vertu de la Feuille de route.  Les tensions continuent dans le territoire palestinien occupé, a-t-il prévenu, en citant l’attentat auquel a échappé le chef des renseignements militaires Moussa Arafat. Le nombre croissant des incidents indique que les militants sont de plus en plus prêts à défier l’Autorité palestinienne.


Le Secrétaire général adjoint aux affaires politiques a également réitéré son appel au Président Arafat, lui demandant de progresser dans la mise en œuvre des réformes tant attendues, aussi bien dans le domaine de la sécurité que des institutions.  Dans ce contexte, a-t-il poursuivi, nous continuons d’appuyer les mesures visant à préparer les élections palestiniennes.  Les opérations d’inscription des électeurs ont été clôturées et, en date du 13 octobre, 64,7% des électeurs pouvant voter en Cisjordanie et dans la bande de Gaza, à l’exception de Jérusalem-Est, avaient ét inscrits.  Malheureusement, les restrictions de mouvements imposées par Israël ont empêché la Commission électorale centrale de compléter l’inscription des électeurs dans la bande de Gaza, a-t-il regretté.


Rappelant que le 11 octobre dernier, à l’ouverture de la session d’hiver de la Knesset, le Premier Ministre israélien avait réaffirmé son appui à la Feuille de route, M. Prendergast a indiqué que le plan du Premier Ministre concernant le retrait de Gaza doit à présent être soumis au processus législatif en date du 25 octobre.  Comme réaffirmé par le Quatuor depuis sa réunion à New York le 22 septembre dernier, ce retrait de Gaza doit être complet, entier et entrepris de façon compatible avec la Feuille de route, a indiqué M. Prendergast.  Dans ce cadre, le retrait peut représenter un pas positif pour mettre fin à l’occupation qui a débuté en 1967 et renouer le dialogue en vue de parvenir à l’objectif ultime de la création de deux États vivant côte à côte dans la paix et la sécurité, a-t-il estimé.  À cet égard, le Quatuor soutient également les efforts entrepris par l’Égypte pour aider les Palestiniens à mettre en œuvre la réforme des forces sécuritaires et mettre fin à la violence à Gaza. 


S’agissant de la situation au Sud-Liban, M. Prendergast a souligné qu’un calme relatif avait été observé.  Les seules violations sérieuses qui ont eu lieu sont à mettre sur le compte du survol par Israël de l’espace aérien libanais, a-t-il ajouté.  De telles violations ont été observées en date du 21 septembre, des 11, 18 et 19 octobre.  À cet égard, il a une nouvelle fois appelé le Gouvernement israélien à mettre fin aux violations de la ligne bleue.  Par ailleurs, plusieurs incidents ont été constatés en dehors de la zone d’opération de la FINUL, a-t-il expliqué.  En outre, aucun progrès n’a été réalisé en ce qui concerne la voie Syrie-Israël, a poursuivi M. Prendergast, qui a souligné que la reprise et le parachèvement des négociations, ainsi que l’application des résolutions 242 et 338, constituaient également des éléments indispensables du processus de paix au Moyen-Orient.


*   ***   *