28/09/2004
Communiqué de presse
CS/8199



Conseil de sécurité

5045e séance – matin


À ONZE JOURS DES ÉLECTIONS PRÉSIDENTIELLES EN AFGHANISTAN, LE CONSEIL DE SÉCURITÉ PREND NOTE DU BON DÉROULEMENT DES PRÉPARATIFS


Le Conseil de sécurité a été informé, ce matin, de l’état des préparatifs liés aux élections présidentielles prévues en Afghanistan le 9 octobre prochain.  Le Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, Jean-Marie Guéhenno, a affirmé que les préparatifs logistiques se déroulent jusqu’à présent conformément aux plans établis.  M. Guéhenno a rendu compte des efforts déployés pour finaliser les opérations électorales, assurer l’intégrité du processus, enregistrer les électeurs afghans de l’Iran et du Pakistan, et garantir le niveau de sécurité requis.  Le succès des élections du 9 octobre, a-t-il souligné, représentera une étape importante vers la démocratie en Afghanistan.  Il est donc important que les Afghans et la communauté internationale travaillent ensemble, a-t-il dit en précisant que tout dépendra du niveau de sécurité. 


La responsabilité en la matière incombe au Gouvernement afghan, a reconnu le Secrétaire général adjoint en estimant néanmoins que malgré des efforts considérables, ce Gouvernement n’est toujours pas en mesure de supporter seul ce fardeau.  Après les élections, a-t-il insisté, les Afghans et la communauté internationale doivent rester engagés pour relever les défis à venir, à savoir la préparation des élections législatives prévues pour avril 2005, la consolidation des institutions étatiques, et la lutte contre les narcotrafiquants.


LA SITUATION EN AFGHANISTAN


Exposé


M. JEAN-MARIE GUÉHENNO, Secrétaire général adjoint aux opérations de maintien de la paix, a d’abord indiqué que tous les bureaux régionaux et provinciaux en Afghanistan ont soumis des plans opérationnels, sur la base desquels le matériel et le personnel requis ont été alloués à l’Organe mixte d’administration des élections (JEMB).  À l’heure actuelle, le recrutement du personnel électoral est la tâche prioritaire, a-t-il encore indiqué en ajoutant que ce recrutement se fait en coopération avec les communautés locales, condition préalable à la sécurité et à l’intégrité du processus.  Quelque 18 candidats à la présidence et 36 candidats aux vice-présidences dont trois femmes sont en campagne depuis le 7 septembre dernier selon les règles établies par le JEMB.  Passant à l’intégrité du processus électoral, le Secrétaire général adjoint a indiqué que la Commission indépendante des droits de l’homme et la Mission d’assistance des Nations Unies en Afghanistan continuent à surveiller l’exercice des droits politiques dans l’ensemble du pays.  Un rapport a été publié le 5 septembre dernier qui contient des recommandations au Gouvernement, aux partis politiques, au JEMB et à la communauté internationale.  Un troisième rapport, portant en particulier sur les questions liées, à la campagne électorale sera publié à la fin de ce mois.


Pour garantir encore plus l’intégrité du processus, la présence d’observateurs nationaux et internationaux, en particulier le jour des élections, sera importante, a souligné le Secrétaire général adjoint, avant de faire part des efforts faits en ce sens.  Au total, a-t-il annoncé, plus de 16 000 observateurs nationaux et environ 227 observateurs internationaux ou « invités spéciaux » surveilleront les élections.  Le Secrétaire général adjoint a ensuite rendu compte des efforts déployés pour permettre aux Afghans qui se trouvent en Iran et au Pakistan de participer aux élections.  Venant à la question de la sécurité, il a rappelé que les plans en la matière ont été établis par le JEMB en consultation avec les agences nationales de sécurité, la Force internationale d’assistance à la sécurité (FIAS) et les Forces de la Coalition.  Les incidents étant toujours possibles, le Secrétaire général adjoint a salué la décision de la Coalition de déployer un bataillon supplémentaire et une capacité aérienne pour appuyer le processus.  L’achèvement du déploiement de la FIAS dans le nord-est et le nord-ouest du pays est une bonne chose, a-t-il ajouté en précisant qu’il aurait préféré que cette seconde phase d’expansion se soit achevée avec les élections afin de permettre aux Forces de la Coalition de se concentrer sur l’est et le sud.


L’élément clef, a-t-il souligné, sera l’implication des communautés locales dans la protection du personnel, des installations et du matériel dans les différentes régions.  Des efforts sont accomplis en ce sens, a-t-il assuré avant de remercier l’Iran et le Pakistan des initiatives prises pour protéger les opérations électorales.  Le Secrétaire général adjoint a conclu son intervention en évoquant le processus de démobilisation, de désarmement et de réintégration (DDR).  Il a affirmé que ce processus a connu un nouvel élan au cours de ces dernières semaines grâce à l’engagement renouvelé du Ministère de la défense, des commandants locaux, de la communauté internationale et des efforts du Ministère de la justice d’appliquer rigoureusement la loi stipulant que les partis politiques ne peuvent être enregistrés que s’ils ont rompu leurs liens avec les milices.  En conséquence, plus de 2 000 hommes ont été désarmés au cours des 10 derniers jours alors que plusieurs milliers d’autres sont sur le point d’être inclus dans le processus. 


*   ***   *