19/07/2004
Communiqué de presse
AG/1487



Assemblée générale

26e séance – après-midi

10ème session extraordinaire d’urgence


L’ASSEMBLÉE GÉNÉRALE SE PRONONCERA ULTÉRIEUREMENT SUR L’ÉDIFICATION D’UN MUR ISRAÉLIEN EN TERRITOIRE PALESTINIEN OCCUPÉ


Dans le cadre de la reprise de la dixième session d’urgence de l’Assemblée générale, la Jordanie, au nom de ses coauteurs, a présenté cet après-midi un projet de résolution relatif à l’avis consultatif de la Cour internationale de Justice (CIJ) du 9 juillet 2004 sur les « conséquences juridiques de l’édification d’un mur dans le territoire palestinien occupé, y compris à l’intérieur et sur le pourtour de Jérusalem-Est ».


Le texte faisant toujours l’objet de consultations, l’Assemblée a décidé de reporter le vote à une date qui sera annoncée dans le Journal des Nations Unies.


Après présentation du projet de résolution, le Représentant permanent d’Israël auprès des Nations Unies, Dan Gillerman, est intervenu pour protester contre la tenue de cette séance de l’Assemblée générale.  « La plupart des délégations ont des choses plus importantes à faire que d’écouter une allocution de 30 secondes », a-t-il souligné, en s’interrogeant sur l’opportunité d’une telle réunion. « Les Palestiniens devraient être les derniers à nous donner des leçons sur la loi, l’ordre et le droit international », a ajouté le représentant israélien, en rappelant la démission du Premier Ministre palestinien.  « On se trouve dans une situation où la loi n’est pas appliquée », a-t-il fait remarquer.


Exerçant son droit de réponse, l’Observateur de la Palestine, Nasser Al-Kidwa, a assuré que le projet de résolution bénéficiait « déjà du soutien d’une large partie » de l’Assemblée générale.  Selon lui, les consultations en cours « devraient aboutir dans les heures qui viennent à l’élaboration d’un nouveau texte ».  C’est pourquoi, les coauteurs proposent de remettre à demain le vote », a-t-il précisé.  Le représentant palestinien a également affirmé qu’Israël, qui « colonise les terres du peuple autochtone de Palestine »  était « la seule puissance coloniale au monde ».


De son côté, le Président de l’Assemblée générale, Julian Robert Hunte (Sainte-Lucie), a mis en garde les délégations contre des propos qui ont pu être tenus sur un sujet aussi sensible que le conflit israélo-palestinien. « Ces propos ne contribueront qu’à jeter de l’huile sur le feu et ne feront pas forcément avancer notre cause », a-t-il estimé.  La CIJ, qui a déclaré illégale la construction d’un mur « dans le Territoire palestinien occupé, y compris à l'intérieur et sur le pourtour de Jérusalem-Est», avait été saisie par l’Assemblée générale aux termes de sa résolution du 8 décembre 2003.


*   ***   *