01/08/2002
Communiqué de presse
SC/7476



SC/7476

1 août 2002


DECLARATION DE PRESSE FAITE PAR LE PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE CONCERNANT L’ACCORD ENTRE LA REPUBLIQUE DEMOCRATIQUE DU CONGO ET LE RWANDA, ET LE MOYEN-ORIENT


On trouvera ci-après le texte de la déclaration de presse concernant l’accord entre la République démocratique du Congo et le Rwanda, et le Moyen-Orient, faite hier par le Président du Conseil de sécurité, M. Jeremy Greenstock:


Accord entre la République démocratique du Congo et le Rwanda


Nous avons eu une brève discussion sur la République démocratique du Congo après la signature du Mémorandum d’accord entre les Gouvernements congolais et rwandais ce matin en Afrique du Sud, et je suis autorisé à vous donner les détails suivants au nom des membres du Conseil. Ceux-ci se sont félicités de la signature de l’accord aujourd’hui à Pretoria. Ils ont chaleureusement remercié le Gouvernement sud-africain d’avoir joué le rôle de facilitateur de cet accord. Ils attendent avec intérêt de pouvoir examiner l’accord de près (nous n’en avons pas le texte) et d’entendre en temps utile l’avis réfléchi du Département des opérations de maintien de la paix et de la mission de l’ONU au Congo. Je crois comprendre que le représentant des États-Unis d’Amérique, qui assurera alors la présidence du Conseil, prévoira probablement de présenter un exposé d’information sur la question au début de la semaine prochaine. Les membres du Conseil ont demandé aux Gouvernements rwandais et congolais, et aux autres parties aux accords de Lusaka intéressées, de tenir dès que possible une discussion détaillée avec la Mission de l’Organisation des Nations Unies en République démocratique du Congo (MONUC) sur l’application pratique de cet accord. L’ONU a beaucoup à faire ici, mais il faudra en débattre longuement pour déterminer exactement quelle sera sa tâche. Nous avons donc là un fait nouveau positif aujourd’hui.


Moyen-Orient


Nous avons aussi tenu un bref débat sur le Moyen-Orient. Le texte du Groupe arabe reste à l’examen. Nous n’avons pas pu cet après-midi obtenir de consensus sur ce texte. Les discussions se poursuivent dans le cadre de consultations officieuses et le texte demeure à l’étude. C’est donc là un sujet sur lequel nous ne sommes pas parvenus à une conclusion cet après-midi.


*   ***   *