10/07/2002
Communiqué de presse
SC/7444



DECLARATION FAITE A LA PRESSE PAR LE PRESIDENT DU CONSEIL DE SECURITE AU SUJET DE CHYPRE


On trouvera ci-après le texte de la déclaration faite hier à la presse par le Président du Conseil de sécurité, M. Jeremy Greenstock (Royaume-Uni), au sujet de Chypre :


Les membres du Conseil de sécurité ont entendu le 9 juillet un nouvel exposé de M. Alvaro de Soto, Conseiller spécial du Secrétaire général pour Chypre, sur les pourparlers qui ont lieu directement entre les deux dirigeants à Chypre depuis janvier, conformément à l’accord conclu le 4 décembre 2001. Les dirigeants ont passé en revue l’ensemble du processus depuis l’ouverture des pourparlers le 16 janvier 2002.


Les membres du Conseil se sont félicités du soutien apporté aux pourparlers et aux efforts du Secrétaire général par les chefs d’État et de gouvernement de l’Union européenne réunis à Séville les 21 et 22 juin, et par les ministres des affaires étrangères du G-8 le 13 juin.


Les membres du Conseil de sécurité se sont déclarés déçus de constater qu’en dépit de l’engagement d’un personnel précieux du Secrétaire général et de sa visite dans l’île au mois de mai les progrès demeurent très lents, et que l’objectif de parvenir à un accord en juin n’ait pas été atteint. À cet égard, ils ont noté qu’à ce jour, la partie chypriote turque adoptait une démarche moins constructive, et avait rejeté l’objectif qui aurait consisté à régler les principaux problèmes essentiels avant la fin de juin. Ils ont également noté avec regret que l’appel qu’ils avaient lancé le 2 mai en faveur d’un rôle plus actif des Nations Unies dans les pourparlers n’avait pas encore été entendu comme ils l’avaient espéré et ils l’ont renouvelé.


Les membres du Conseil ont appuyé la poursuite des pourparlers actuels pour une nouvelle période, conformément à la mission que le Conseil a confié au Secrétaire général dans sa résolution 1250. Ils ont demandé instamment aux deux parties de coopérer pleinement à cette initiative et, en particulier, d’aider le Conseiller spécial du Secrétaire général à définir les composantes d’un règlement d’ensemble qui tiendrait dûment compte des traités et résolutions pertinents du Conseil de sécurité. Ils ont fortement insisté sur la nécessité pour la partie turque en particulier de fournir un effort en ce sens.


Les membres du Conseil ont invité le Secrétaire général à lui soumettre un nouveau rapport au début de septembre.


*   ***   *