23 octobre 2000


Communiqué de Presse
PI/1301



TOUS LES MESSAGERS DE LA PAIX ET LES AMBASSADEURS DE BONNE VOLONTE DES NATIONS UNIES REUNIS POUR LA PREMIERE FOIS AU SIEGE

20001023

Quarante-huit Messagers de la paix et Ambassadeurs de bonne volonté des Nations Unies étaient réunis, ce matin, pour la première fois au Siège de l'Organisation. M. Kofi Annan, Secrétaire général des Nations Unies les a invités pour saluer leur contribution au travail de l'Organisation et discuter des moyens de sensibiliser davantage le public et de renforcer son appui en faveur des objectifs et des activités de l'ONU.

Dans sa déclaration liminaire, le Secrétaire général a insisté sur le fait que les Ambassadeurs de bonne volonté et les Messagers de la paix ont la capacité de captiver l'imaginaire des peuples et des preneurs de décisions et de les convaincre de l'importance du travail des Nations Unies. Il a indiqué que leurs actions permettent de faire tomber la barrière de l'indifférence et de faire prendre conscience au public des différents domaines d'action de l'ONU et de leur impact sur la vie des peuples. Notre plus grand atout est votre créativité, votre charisme et votre engagement qui confèrent à votre message une importance plus grande encore pour les vies des peuples que nous tentons d'aider, a-t-il déclaré.

Gillian Sorensen, Sous-Secrétaire générale aux relations extérieures, a, dans son discours de bienvenue, rappelé que leur contribution se traduit de différentes manières: en utilisant leurs talents artistiques, en se rendant dans des camps de réfugiés, en participant à des campagnes contre la faim ou bien encore en faisant des appels de fonds.

Le débat, animé par Riz Khan, journaliste à CNN, et consacré à "L'ONU et ses porte-parole célèbres à l'ère du cynisme", a été précédé d'un film intitulé "40 ans de représentation par les Ambassadeurs de bonne volonté".

Les participants au débat étaient les suivants:

Messagers pour la paix nommés par le Secrétaire général: Muhammad Ali, ancien champion de boxe dans la catégorie poids lourd (Etats-Unis); Anna Cataldi, écrivain et journaliste (Italie); Michael Douglas, acteur (Etats-Unis); Enrico Macias, chanteur (France)

Ambassadeurs de bonne volonté:

- Programme des Nations Unies pour le développement (PNUD): Danny Glover, acteur (Etats-Unis); Nadine Gordimer, lauréate du Prix Nobel de littérature (Afrique du Sud); Misako Konno, écrivain, personnalité de télévision et actrice (Japon); Luis Nazario de Lima dit «Ronaldo», joueur de football (Brésil); Hussein Fahmy, acteur (Egypte).


- Fonds des Nations Unies pour la population (FNUAP): Kattis Ahlstrom, journaliste (Suède); Nicolaas Biegman, ancien co-Président de la Conférence du Caire sur la population et le développement (Pays-Bas); Mary Banotti, députée au Parlement européen (Irlande); Magenta Devine, journaliste de radio et de télévision (Royaume-Uni); Geri Halliwell, chanteur (Royaume-Uni); Waris Dirie, mannequin-top model et militante, (Somalie); Safia El-Emary, actrice (Egypte); Catarina Furtado, actrice (Portugal); Wendy Fitzwilliam, ancienne Miss Univers (Trinité-et-Tobago); Lupita Jones, ancienne Miss Univers (Mexique); Feryal Ali Gauhar, actrice et réalisatrice (Pakistan); Linda Gray, actrice et militante écologiste (Etats-Unis); Hanne-Vibeke Holst, écrivain et journaliste (Danemark); Manisha Koirala, actrice (Inde); Mikko Kuustonen, chanteur et compositeur (Finlande); Mpule Kwelagobe, ancienne Miss Univers (Botswana); Goedele Liekens, personnalité médiatique (Belgique); Bui Nakhirunkanok, ancienne Miss Univers (Thaïlande); Bertrand Piccard, scientifique-aventurier (Suisse); Rosy Senanayake, actrice et ancienne Miss Monde (Sri Lanka).

- Fonds des Nations Unies pour l'enfance (UNICEF): Harry Belafonte, chanteur et acteur (Etats-Unis); Johann Olav Koss, Champion olympique de patinage de vitesse (Norvège); Mia Farrow, actrice (Etats-Unis); Tetsuko Kuroyanagi, personnalité de télévision (Japon); Nana Mouskouri, chanteuse (Grèce); Youssou N’ Dour, musicien (Sénégal); Susan Sarandon, actrice (Etats-Unis); Vendela Thommessen, mannequin (Norvège); Sir Peter Ustinov, acteur (Royaume-Uni).

- Haut Commissariat des Nations Unies pour les réfugiés (HCR): Djordje Balasevic, chanteur (Yougoslavie); Adel Imam, acteur (Egypte); Arja Saijonmaa, chanteuse (Finlande).

- Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme (OHCR): Seamus Heaney, lauréat du Prix Nobel de littérature (Irlande); Marian Wright Edelman, militante en faveur des droits des enfants (Etats-Unis).

- Office des Nations Unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime (OCDPC): Al Bano Carrisi, chanteur (Italie); Franz Klammer, Champion olympique de sky (Autriche); Tetsuya Komuro, musicien (Japon); Letizia Moratti, cadre à la télévision (Italie).

- Volontaire des Nations Unies (VNU): Takehito Nakata, bénévole et militant (Japon).

Déclarations liminaires

MME GILLIAN SORENSEN, Sous-Secrétaire générale aux relations extérieures, a souhaité la bienvenue aux Messagers de la paix et Ambassadeurs de bonne volonté, à ceux qu'elle a appelé les avocats des Nations Unies, les qualifiant de groupe d’amis particulier des Nations Unies. Elle les a remerciés de leur présence, précisant qu’ils se trouvaient ici, réunis pour la première fois, afin de discuter de la manière dont on peut agir davantage pour faire mieux. Elle a rappelé que 50 hommes et femmes de talents se trouvaient réunis dans la salle, des personnalités qui apportent leur soutien aux Nations Unies dans la poursuite de leurs objectifs. Leur contribution se traduit de différentes manières: en utilisant leurs talents artistiques, en se rendant dans des camps de réfugiés, en participant à des campagnes contre la faim ou bien encore en faisant des appels de fonds. Vos voix, a-t-elle dit à leur adresse, constituent une ressource unique et précieuse pour les Nations Unies. La Sous-Secrétaire générale a remercié ces hôtes de marque d’avoir répondu à l’invitation de l’Organisation, en venant pour certains d'entre eux de loin, et a exprimé l’espoir que cette réunion sera enrichissante pour tous.

M. KOFI ANNAN, Secrétaire général des Nations Unies, a déclaré qu’il avait rarement vu autant d’énergie, de créativité et de talent rassemblés dans une même pièce. Les Nations Unies ont en besoin, a-t-il affirmé. Les Nations Unies sont une association d’Etats mais leur rôle est de protéger les droits et de répondre aux besoins des peuples. C’est là où les Ambassadeurs de bonne volonté et les Messagers de la paix interviennent, a-t-il déclaré, expliquant que les personnes ici rassemblées ont une personnalité propre à captiver l’imagination des peuples et des preneurs de décisions ainsi que le pouvoir de les convaincre de l’importance du travail des Nations Unies pour la vie des peuples. Vous représentez des Nations Unies d’artistes et de personnes connues: vous venez de plus de trente pays mais par vos appels vous unissez des personnes au-delà des frontières. Vous représentez des professions qui ne connaissent pas de frontières nationales et vous pouvez toucher des personnes partout dans le monde, vous touchez des personnes qui sont passionnées par la musique, qui admirent le football, sont passionnées par le cinéma. Vous êtes ici car vous souhaitez que ces personnes connaissent mieux les difficultés que d’autres endurent. Vous avez le don de l’empathie et vous utilisez ce don pour ceux qui ont moins de chance que vous. Vous êtes défenseurs et avocats. Vous permettez de réunir des fonds dont les Nations Unies ont cruellement besoin. Votre action peut faire la différence entre l’espoir et le désespoir pour tous ceux qui savent que vous êtes leur allié. Dès lors que vous apposez votre nom à un message, vous augmentez la prise de conscience des preneurs de décision et des millions de personnes qui les élisent. Alors que les médias limitent toujours plus leur couverture des informations internationales, vous qui plaidez pour notre cause, êtes notre chance de briser la barrière de l’indifférence. Vous expliquez ce que font les Nations Unies, pourquoi c’est important, quels sont les obstacles et les possibilités dans ces domaines, comment cela peut changer la vie des gens, renforcer la paix et assurer le respect des droits de l’homme. Vous représentez un large éventail d’intérêts, de l'éradication de la pauvreté au droit à l’éducation des fillettes, de la lutte contre le sida à la santé dans la reproduction, de la protection des plus vulnérables à la protection de la planète, de la promotion du désarmement à celle des droits de l’homme. Il s'agit en l'occurrence d'importantes questions. L’ONU peut apparaître comme une vaste institution. En réalité, comparée à une entreprise ou à un gouvernement, ce n'est qu'une petite ligue. La taille de notre

personnel au Siège est plus petite que celle du personnel du Département de police de la ville de New York alors que notre rôle est mondial et le leur est local. Nous n’avons que peu de moyens pour soutenir nos activités. Votre relation avec nous n’est pas motivée par un accord juridique ni par des honoraires considérables. Votre créativité, votre charisme et votre engagement sont nos plus grands atouts. Ils étayent votre message fondamental adressé à la vie des peuples que nous nous efforçons d’aider. Je suis ici pour vous remercier d'avoir répondu si généreusement à nos appels à l’aide. Nous sommes aussi ici pour réfléchir ensemble sur les moyens de faire mieux et plus à l’avenir, pour faire en sorte que les Nations Unies représentent davantage pour les personnes que vous touchez. Il y a sept semaines, les dirigeants du monde entier se sont rassemblés ici à l’occasion du Sommet du millénaire et se sont engagés à répondre aux besoins des peuples, à les libérer de la pauvreté abjecte, du fléau de la guerre, et de la menace de vivre sur une planète qui ne soit pas en mesure de répondre aux besoins de ses habitants. Il est temps d’agir. Mais nous ne pouvons le faire que si les gens ordinaires insistent auprès de leurs dirigeants pour qu’ils traduisent leurs engagements en action. Vous pouvez susciter leur soutien et je vous invite à prendre une part active à nos nouvelles missions.

Débat: "L'ONU et ses porte-parole célèbres à l'ère du cynisme"

Interrogées par le journaliste de CNN, Riz Kahn, sur la capacité qu'ont les personnes célèbres de promouvoir l'action des Nations Unies dans le monde, les personnalités présentes au débat ont toutes indiqué que leur rôle prioritaire est de se servir de leur célébrité pour faire entendre la voix de l'ONU dans un langage simple et accessible par tous. L'objectif est aussi de faire connaître les différents domaines d'activités de l'ONU et de ses institutions spécialisées à un large public. Elles ont également reconnu que parallèlement leur rôle tient essentiellement à sensibiliser le public et à influencer ainsi les preneurs de décision. A cet égard, Seamus Heaney, Ambassadeur du Haut Commissariat des Nations Unies aux droits de l'homme, a estimé qu'ils étaient avant tout des "Ambassadeurs de la conscience", étant donné que leur mission est d'éveiller chez le grand public la conscience de l'autre et de l'humanité dans son ensemble. De son côté, Geri Halliwell, Ambassadrice du Fonds des Nations Unies pour la population, a estimé que leur célébrité pouvait aussi leur permettre de servir de lien entre les hommes politiques et le public.

Le musicien Youssou N'Dour, Ambassadeur de l'UNICEF, a proposé de repenser la communication en matière de lutte contre le sida, en prenant notamment en considération les différentes cultures des populations ciblées. A cet égard, le représentant d'UNAIDS a affirmé qu'auprès des jeunes qui les admirent, les célébrités font plus que n'importe quelle campagne de prévention ou d'information et que leur poids est indéniable.

Beaucoup ont insisté sur l'importance de mobiliser les médias autour des messages dont les ambassadeurs sont porteurs. A ce sujet, Letizia Moratti, Ambassadrice de l'Office des Nations Unies pour le contrôle des drogues et la prévention du crime, a proposé de profiter de la couverture médiatique du Forum mondial de la télévision, en consacrant une journée spéciale à la coordination des actions entreprises par les ambassadeurs, leur permettant ainsi de faire entendre les voix de ceux que l'on n'entend jamais.

Les hôtes célèbres des Nations Unies ont également estimé que pour renforcer la portée de leur message, il leur faut aussi travailler de façon plus étroite avec les ONG. Dans ce contexte, Michael Douglas, Messager de la paix, a fait valoir l'importance du rôle des ONG et engagé les personnalités présentes à faire connaître aussi les travaux de celles-ci. L'acteur a également évoqué l'action plus particulière qu'il mène en faveur de la lutte contre les armes légères. Concernant le problème de la violence et des conflits, le chanteur Enrico Macias, Messager de la Paix, a affirmé que le rôle des ambassadeurs est de faire prendre conscience à l'humanité du fait qu'en détruisant l'autre on se détruit soi-même.

Nadine Gordimer, Ambassadrice du Programme des Nations Unies pour le développement a stigmatisé le phénomène de la mondialisation et ses effets pervers dans bien des pays, indiquant que les Ambassadeurs de bonne volonté ne sont pas les personnes indiquées lorsqu’il s’agit d’économie et qu'ils ont besoin d'être appuyés dans les forums économiques par de grands économistes retraités, afin de plaider la cause de ceux qui subissent les effets néfastes de la mondialisation.

Les participants ont également lancé un appel en faveur d'une meilleure coordination et de la mise en place de mécanismes de suivi de leurs actions, au sein du système des Nations Unies, afin de renforcer l'impact de leurs démarches. A ce sujet, Nana Mouskouri et Susan Sarandon, Ambassadrices de l'UNICEF, ont précisé que le suivi est indispensable à la crédibilité de leurs actions.

* *** *