21 avril 1997


Communiqué de Presse
ENV/DEV/411



LA COMMISSION DU DEVELOPPEMENT DURABLE DRESSE UN BILAN INTERMEDIAIRE DE SES TRAVAUX

19970421
Son président, notant que de nombreuses questions restent en suspens, exhorte les délégations à parvenir à un accord

La Commission du développement durable a poursuivi ce matin les travaux de sa cinquième session. La Commission a entendu une déclaration de son Président, M. Moutasfa Tolba (Egypte), qui a dressé un bilan intermédiaire des travaux de la Commission, entamés le 8 avril dernier. M. Tolba a indiqué qu'un projet de décision sur le programme d'action relatif à la Conférence des Nations Unies sur le développement des petits Etats insulaires en développement a été distribué afin de parvenir à un accord. Abordant la question des forêts, le Président a rappelé que des discussions ont eu lieu en fin de semaine dernière et que des désaccords subsistent sur les institutions à mettre en place et sur la conclusion d'une convention ad hoc. Le Président a indiqué que le programme d'activité futur de la Commission n'a pas jusqu'à présent fait l'objet d'un accord.

Le Président a rappelé les efforts que déploie la Commission pour éviter toute réunion simultanée des groupes de négociation et a précisé que les nombreuses autres réunions qui ont lieu ne sont que des consultations. Il a indiqué que le budget de la Division du développement durable pour l'exercice biennal 1998-1999 est toujours en voie d'élaboration et sera présenté demain, mardi 22 avril. M. Tolba a regretté que de trop nombreuses questions restent en suspens et a invité les délégations à mettre à profit les derniers jours de la présente session pour parvenir à un accord.

Le représentant de la République-Unie de Tanzanie a déploré que le rapport présenté sur les forêts ne tiennent pas compte des propositions faites par le groupe des 77 que son pays préside. Or, les vues du groupe ont été clairement définies. Le groupe des 77 a notamment arrêté sa position sur les institutions. Le représentant a souhaité qu'il y ait une harmonisation des positions des membres de la Commission et a critiqué la façon dont les consultations sont menées.

En réponse, le Président de la Commission a invité le groupe des 77 à faire connaître ses positions par écrit le plus tôt possible. Il a invité le représentant de la République-Unie de Tanzanie a avoir incessamment des consultations avec le président du groupe de travail.


- 2 - ENV/DEV/411 21 avril 1997

Le représentant des Pays-Bas, au nom de l'Union européenne, a déclaré qu'un avant-projet a été distribué à titre confidentiel. Le représentant s'est dit surpris d'apprendre qu'il faut maintenant se prononcer clairement sur ce projet. L'Union européenne a toujours été d'avis qu'une déclaration politique ne peut émaner que de consultations tenues sur les documents de base. L'Union européenne présentera ses observations en temps voulu.

M. Tolba a rappelé que des lettres ont été envoyées. Il a estimé que le rapport tient compte des observations des différents groupes. Le Président a indiqué qu'il avait adressé des lettres aux présidents des groupes.

La Commission a ensuite entendu la déclaration de deux de ses vice-présidents. M. John Ashe (Antigua-et-Barbuda) a indiqué que du dialogue avec les grands groupes est ressorti la double nécessité de renforcer la capacité d'adaptation des gouvernements et d'envisager un changement du calcul du Produit intérieur brut (PIB). De son côté, M. Bagher Asadi (République islamique d'Iran) a indiqué qu'il avait présidé la dernière réunion du dialogue avec les grands groupes, dialogue qui a eu lieu du 11 au 18 avril. M. Asadi a souligné que les recommandations formulées par les neuf grands groupes sont d'ores et déjà distribuées sous forme de document officiel. M. Asadi a précisé que les principales recommandations seront reprises et intégrées dans un grand document. Abordant la question des forêts, dont il préside également les consultations, M. Asadi s'est déclaré disponible pour toute consultation afin de parvenir à un accord.

Les neufs grands groupes identifiés par le Programme d'Action 21 sont : les enfants et les jeunes; les milieux scientifiques et techniques; les femmes; les travailleurs et les syndicats; les populations autochtones; les organisation non gouvernementales; les autorités locales; les exploitants agricoles; et le commerce et industrie.

La prochaine séance de la Commission sera annoncée dans le journal.

* *** *